«
»

Top

Les cancers chez les hommes, premières victimes de ces maladies

Publié le 1 nov. 2021 • Par Claudia Lima

Le mois de novembre est le mois de la prévention des cancers masculins, l’occasion de sensibiliser le public à ces cancers. 

Le cancer résulte d’un dysfonctionnement au niveau des cellules de l’organisme pouvant atteindre différents endroits du corps. 
Bien que la plupart des cancers concernent à la fois les hommes et les femmes, certains touchent davantage voire exclusivement les hommes. Quels sont-ils ? Comment les prévenir et les dépister ?  

Vous souhaitez des réponses, on vous dit tout dans notre article ! 

Les cancers chez les hommes, premières victimes de ces maladies

Dans le monde, on estimait à 18,1 millions de nouveaux cas de cancers en 2018
Un homme sur 5 et une femme sur 6 en développeront un au cours de leur vie.  

En France, on parle de 382 000 nouveaux cas en 2018, dont 54% chez les hommes. Les cancers représentent la première cause de décès chez l’homme et la deuxième chez la femme. Nous nous situons parmi les pays européens à fort taux d’incidence de cancer, avec une mortalité par cancer élevée, notamment chez l’homme. 

Les cancers les plus fréquents sont ceux de la prostate, du sein, du côlon, du rectum et du poumon

Etat des lieux des cancers chez l’homme 

Hormis les cancers liés au sexe, les hommes sont concernés par tous les types de cancers : cerveau, sphère ORL, appareil digestif, sang, peau, moëlle osseuse. 

Les cancers spécifiques à l’homme sont ceux de la prostate, le plus fréquent avec 50 400 cas estimés en 2018, et ceux des testicules avec 2 800 cas. 

Les hommes sont également davantage touchés par le cancer de la bouche et de la gorge (10 000 cas par an), celui du rein (10 200 cas), de la vessie (10 600 cas) et les cancers de la peau (mélanome, 7 900 cas). 

En termes de mortalité, c’est le cancer du poumon qui est le cancer responsable du plus grand nombre de décès chez l’homme (22 800 décès), viennent ensuite les cancers colorectaux (9 200) et de la prostate (8 100). 

A savoir, le cancer du sein chez l’homme existe, il concerne moins de 1% des cancers affectant les hommes mais n’est pas à négliger.

Quelles sont les causes des cancers chez l’homme ? 

Aujourd’hui, 40% des cancers peuvent être évités, tout sexe confondu. Les facteurs de risques principaux pour les hommes et les femmes sont le tabac, l’alcool, une alimentation déséquilibrée et, entre autres, le surpoids. 

Quels sont-ils et en quoi ces facteurs sont-ils responsables ?  

Le tabac : responsable à hauteur de 29% des nouveaux cas chez les hommes. Il est la première cause de cancer du poumon, des lèvres, de la bouche et de la gorge. 

L’alcool : près d’un cancer masculin sur 10 peut être attribué à la consommation d’alcool, actuelle ou ancienne. De plus, il semble qu’une consommation excessive soit un facteur de risque d’aggravation du cancer de la prostate. 

L’alimentation : représentant la cause d’environ 6% des nouveaux cas chez les hommes, en raison d’une consommation régulière de graisses saturées (beurre, fromages) et de viandes transformées (charcuteries, bacon, saucisses, etc.). Ceci peut doubler le risque de cancer de la prostate. 

Le surpoids et l’obésité : 49% des français sont concernés dont 54% d’hommes. L’obésité abdominale est considérée comme un facteur aggravant l’évolution du cancer de la prostate à cause de la libération par le tissu graisseux abdominal de facteurs de croissance des cellules tumorales et par une hyperandrogénie, surtout néfastes aux cancers hormonodépendants masculins. 

Les antécédents familiaux : près de 10 % des cancers de la prostate seraient d’origine héréditaire. 

Certaines expositions professionnelles : responsables de 5,7% des nouveaux cas de cancers masculins. 

Comment les dépister ? 

Les dépistages des cancers ont pour objectif de pouvoir agir sur la maladie de manière précoce, afin de mieux soigner les cancers et leurs symptômes. Il existe des dépistages sous forme de programmes et organisés par les pouvoirs publics comme le dépistage organisé du cancer colorectal, et des dépistages individuels, prescrits par les médecins. 

L’Institut National du Cancer, sans se substituer à l’avis d’un professionnel de santé, propose un lien vers une page Internet où anonymement et en fonction de son âge et de son sexe, il est possible de savoir quels sont les dépistages recommandés : Conseil de dépistage. L’institut a également publié, à l’attention et à l’usage des médecins généralistes, un ensemble de guides comprenant des recommandations et conduites à tenir en fonction des symptômes rencontrés chez un patient.  

Il n'existe pas de dépistage organisé des cancers de la prostate et des testicules mais une démarche de diagnostic précoce dont les hommes doivent connaître les tenants et aboutissants pour faire les bons choix. 

Concernant le cancer de la prostate, les médecins disposent d’outils pour réaliser un diagnostic précoce chez les hommes, à partir de 50 ans et dont les antécédents familiaux supposent statistiquement une hérédité de ce cancer. Cela consiste en un toucher rectal et une prise de sang qui vise à mesurer le taux d’antigène spécifique de la prostate (PSA), un marqueur fiable de l’activité prostatique et donc de cancer. 

Concernant le cancer des testicules, le diagnostic peut être établi lors d’un examen clinique, une palpation chez les hommes, entre 20 et 30 ans et ceux de plus de 60, et aussi chez les patients ayant des antécédents de cryptorchidie testiculaire (absence ou mauvais positionnement d’un testicule). 

Pour sensibiliser aux cancers masculins, l’un des mouvements les plus connus est Movember, pour lequel nous avons consacré un article sur le forum de Carenity : Qu’est-ce que Movember, cette association qui lutte en faveur de la santé masculine à travers le monde ? 

Comment ces cancers sont-ils traités ?  

Les traitements des cancers sont identiques pour l’homme et la femme. Ils sont dits “traditionnels”, il s’agit de la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie

Plus spécifiquement, la chirurgie, si elle est jugée nécessaire, sera une orchidectomie pour l’ablation du testicule malade et une prostatectomie pour le cancer de la prostate

A côté de cela, l’offre des traitements anticancéreux a été bouleversée avec l’arrivée de nouveaux médicaments, dits d’hormonothérapie et d’immunothérapie

Comment prévenir les cancers masculins ? 

Sachant que les facteurs de risques principaux sont liés au tabac, à la consommation d’alcool et à une alimentation déséquilibrée entre autres, quelques astuces à suivre pour prévenir ces cancers masculins :  

  • L'arrêt du tabac,  
  • La modération voire l’arrêt de l’alcool, 
  • Une alimentation équilibrée, 
  • La pratique d’une activité physique régulière selon ses capacités,  
  • Une protection face aux rayons UV.

Et ensuite ? 

Après les traitements, il faut prendre en compte les séquelles de la maladie et des traitements utilisés. Celles-ci peuvent être des douleurs, de la fatigue (35,7% des hommes), une limitation dans les activités physiques (48,8%), une dégradation psychologique. 

Bien sûr, un suivi et une surveillance sont mis en place, avec pour objectif de prévenir une récidive du cancer et de coordonner des services supports afin de maintenir une qualité de vie. Les modalités et le rythme de ce suivi se fait au cas par cas. 


Cet article vous a plu ?
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !

Prenez soin de vous !


10
avatar Claudia Lima

Auteur : Claudia Lima, Rédactrice Santé

Claudia est créatrice de contenus chez Carenity, elle est spécialisée dans la rédaction d’articles santé.

Claudia est titulaire d’un Executive MBA en Direction Commerciale et Marketing et continue de se... >> En savoir plus

Qui a revu : Charlotte Avril, Pharmacienne, Data Scientist

Charlotte est docteur en pharmacie et diplômée du mastère spécialisé en management pharmaceutique et des biotechnologies de l’ESCP. Elle a une forte appétence pour la e-santé, la Health Tech ainsi que pour les... >> En savoir plus

Commentaires

Vous aimerez aussi

Qu’est-ce que l’hormonothérapie ?

Cancer

Qu’est-ce que l’hormonothérapie ?

Lire l'article
Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Leucémie
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Lire l'article
Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Leucémie
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Lire l'article
Cancer colorectal : 2 millions de Français se sont fait dépister

Cancer colorectal

Cancer colorectal : 2 millions de Français se sont fait dépister

Lire l'article

Discussions les plus commentées

Fiches maladies