«
»

Top

8 idées reçues sur le cancer du sein !

Publié le 23 oct. 2021 • Par Courtney Johnson

À l'occasion d'Octobre rose, mois de sensibilisation au cancer du sein, nous avons voulu faire la lumière sur cette maladie qui touche une femme sur huit en France.

Quelles sont les idées reçues les plus répandues sur le cancer du sein ? Qu'est-ce qui est vrai et qu'est-ce qui est faux à propos de cette maladie ?

Toutes les réponses se trouvent dans notre article !

8 idées reçues sur le cancer du sein !

Le cancer du sein ne touche que les femmes

Faux. Bien qu'il soit plus rare, le cancer du sein peut survenir chez les hommes. De nombreuses personnes pensent que les hommes ne peuvent pas développer de cancer du sein parce qu'ils n'ont pas de seins - pourtant, ils ont du tissu mammaire. Le cancer du sein masculin représente moins de 1 % des cas de cancer du sein en France. Si le cancer du sein reste relativement rare chez l'homme, il est souvent diagnostiqué à un stade plus avancé car les médecins et les patients n'associent généralement pas les bosses et autres modifications du tissu mammaire à un cancer du sein.

Le cancer du sein ne touche que les femmes d'âge moyen et les femmes âgées

Faux. S'il est vrai qu'être une femme et avoir un âge avancé font partie des principaux facteurs de risque de développer un cancer du sein, l'American Cancer Society a constaté qu'en 2017, environ 4 % des cancers du sein invasifs ont été diagnostiqués chez des femmes de moins de 40 ans (contre 23 % chez les femmes de 50 ans et 27 % chez les femmes de 60 à 69 ans). Bien que 4 % puisse sembler faible, ce n'est pas 0 % ; cela signifie que 1 cas de cancer du sein sur 25 est survenu chez des femmes de moins de 40 ans.

>> Découvrez le témoignage de Muriel, diagnostiquée du cancer du sein à 33 ans <<

>> Découvrez aussi le témoignage de Justine, diagnostiquée du cancer du sein à 34 ans <<

Si vous n'avez pas d'antécédents familiaux de cancer du sein, vous êtes "à l'abri" du cancer du sein

Faux. De nombreuses personnes pensent que le cancer du sein est une maladie héréditaire. Cependant, statistiquement, seules 10 % environ des personnes diagnostiquées avec un cancer du sein ont des antécédents familiaux de la maladie, ce qui signifie que d'autres facteurs tels que le mode de vie et l'environnement doivent contribuer à leur risque, et non la génétique. 

Malheureusement, les médecins ne savent toujours pas pourquoi une personne peut développer un cancer du sein plutôt qu'une autre. Comme indiqué ci-dessus, les facteurs de risque les plus importants pour le cancer du sein sont le fait d'être une femme et de vieillir. En vieillissant, les cellules saines de nos seins peuvent développer des mutations et devenir des cellules cancéreuses. 

Si vous avez de lourds antécédents familiaux de cancer du sein, comme un ou plusieurs parents au premier ou au second degré touchés par la maladie, veillez à en informer votre médecin.

Le port d'un soutien-gorge peut provoquer un cancer du sein 

Faux. Les médias et diverses sources Internet ont parfois alimenté l'idée que le port d'un soutien-gorge augmente le risque de développer un cancer du sein. 

L'une des théories proposées est que le port d'un soutien-gorge, en particulier d'un modèle avec armature, pourrait entraver l'écoulement du liquide lymphatique hors du sein, provoquant l'accumulation de toxines dans le tissu mammaire. 

Cependant, il n'existe aucune preuve scientifique permettant d'étayer cette affirmation. Une étude menée en 2014 sur près de 1 500 femmes atteintes d'un cancer du sein a révélé qu'il n'y avait aucun lien entre le port d'un soutien-gorge et le cancer

La découverte d'une masse dans votre sein signifie que vous avez un cancer du sein

Faux. Heureusement, il s'agit d'un mythe. Toutes les grosseurs ou anomalies du sein ne sont pas des cancers - en fait, les études estiment que 60 à 80 % de toutes les grosseurs du sein sont bénignes

Si vous découvrez une nouvelle grosseur persistante dans votre sein ou si vous remarquez des changements dans votre tissu mammaire, il est important de consulter un médecin pour un examen clinique des seins. Il pourra vous prescrire d'autres examens d'imagerie mammaire afin de déterminer si la grosseur est inquiétante. 

L'utilisation de déodorants ou d'anti-transpirants sous les aisselles provoque le cancer du sein

Faux. Au fil des ans, des rumeurs persistantes ont circulé selon lesquelles les déodorants ou anti-transpirants pour les aisselles, en particulier ceux contenant de l'aluminium ou d'autres substances chimiques, sont absorbés par les ganglions lymphatiques et se déplacent vers les cellules du sein, augmentant ainsi le risque de cancer. On pensait que le rasage des aisselles aggraverait ce phénomène, en créant des microcoupures qui permettraient aux produits chimiques de pénétrer plus facilement dans la circulation sanguine. Une autre théorie prétendue est que les anti-transpirants, qui empêchent la transpiration des aisselles, empêchent la libération de toxines par les ganglions lymphatiques, augmentant ainsi le risque de cancer. 

Malgré ces constats, il n'existe pas assez d'études de grande ampleur liant l'utilisation de déodorants ou d'anti-transpirants au développement ultérieur d'un cancer du sein. Cependant, quelques études ont observé que les femmes qui utilisent des produits pour les aisselles contenant de l'aluminium sont plus susceptibles d'avoir des concentrations plus élevées d'aluminium dans leur tissu mammaire. 

Tous les cancers du sein sont traités de la même manière

Faux. Les stratégies de traitement du cancer du sein varient considérablement en fonction des caractéristiques du cancer et des besoins de la patiente. Il y a un certain nombre de variables à prendre en compte lors du choix des traitements, notamment : 

  • La taille, le stade et le grade du cancer, en plus de sa localisation (lobules vs canaux),
  • Si l'on sait ou pense que le cancer est lié à une mutation génétique héréditaire, comme BRCA1 ou BRCA2
  • Si le cancer présente des récepteurs de progestérone ou d'œstrogène (ce qui signifie que sa croissance est stimulée par les hormones),
  • Si le cancer présente des copies supplémentaires du gène HER2
  • Les résultats de tests permettant de prédire le risque de récidive, comme MammaPrint® ou OncotypeDX®. 
  • Les préférences de la patiente concernant le calendrier des séances de traitement ou l'évitement de certains effets secondaires

À la fin de votre traitement, vous en avez terminé avec le cancer du sein

De nombreuses personnes atteintes d'un cancer du sein ressentent une pression de la part de leur famille, de leurs amis ou même de la société pour être prêtes à "passer à autre chose" ou à "revenir à la normale" après la fin de leur traitement. Cependant, certaines options de traitement, comme les thérapies ciblées ou les thérapies hormonales, peuvent être prescrites jusqu'à 10 ans après la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chirurgie. De plus, si une femme décide de subir une reconstruction mammaire, elle peut avoir à subir plusieurs interventions chirurgicales sur une période de plusieurs mois. Et pour les patientes atteintes d'un cancer du sein de stade IV ou métastatique, le traitement se poursuivra jusqu'à la fin de leur vie. 

Même lorsque le traitement principal est terminé, certaines personnes peuvent continuer à ressentir des effets secondaires. Selon le traitement, certains de ces effets secondaires peuvent être physiques : fatigue, neuropathie (picotements ou engourdissement des extrémités), modifications de la peau, tiraillements et douleurs, symptômes de la ménopause, etc. D'autres effets secondaires peuvent être de nature mentale ou émotionnelle : dépression, anxiété ou peur des récidives, problèmes relationnels, etc.  

Pour de nombreuses personnes, ces effets du cancer du sein peuvent perdurer pendant des années - voire toute une vie dans le cas du cancer du sein métastatique - mais malheureusement, les proches ne comprennent pas toujours. 


Cet article vous a-t-il été utile ? 

Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous ! 
   
Prenez soin de vous ! 


19

Commentaires

Vous aimerez aussi

Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Cancer du sein

Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Lire l'article
Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Cancer du sein

Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Lire l'article
Le diagnostic du cancer du sein raconté par les membres Carenity

Cancer du sein

Le diagnostic du cancer du sein raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Cancer du sein

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Lire l'article

Discussions les plus commentées

Fiche maladie