«
»

Top

La décompensation psychotique, qu’est-ce que c’est ?

Publié le 22 nov. 2021 • Par Claudia Lima

La décompensation psychotique, c’est quand un individu ne différencie plus ce qui est réel de ce qui ne l’est pas. Apparaissent alors des hallucinations, des délires et parfois des symptômes de violence. 
Qui est concerné ? Quels sont les causes de la manifestation de ces troubles ? Y'a-t-il des signes d’alerte ? 

Vous souhaitez des réponses, lisez notre article ! 

La décompensation psychotique, qu’est-ce que c’est ?

La décompensation psychotique, qu’est-ce que c’est ? 

Le terme décompensation signifie que la structure psychique, jusque-là en équilibre (compensée), se déséquilibre (décompense) et que des symptômes caractéristiques apparaissent alors. Ce terme sous-entend une fragilité structurelle, un déséquilibre potentiel, qui auparavant était compensé, puis brusquement ne l'est plus, suite à des circonstances déstabilisantes. 

Au niveau médical, il existe plusieurs types de décompensation, leurs champs d’application peuvent être au niveau cardiaque, métabolique, respiratoire et aussi psychique. Il s’agit à chaque fois de la rupture ou de la dégradation brutale d’un organe, d’un organisme ou d’une structure psychique.  

La décompensation psychotique ou rupture psychotique est ainsi une rupture de l’équilibre psychique chez une personne suite à une crise émotionnelle, un contexte dangereux, une épreuve traumatisante… Elle implique une rupture avec la réalité et survient le plus souvent après-coup, une fois le “danger” écarté.  

La décompensation psychotique est l’une des caractéristiques des maladies psychotiques telles que la schizophrénieles troubles bipolaires, ou la psychose hallucinatoire chronique et peut toucher aussi les personnes souffrant de névrose et/ou de dépression. Cependant, elle peut également apparaître isolément chez des personnes ne souffrant d’aucun trouble psychotique. 

Le patient psychotique n’est pas conscient de ses troubles mentaux. 

Les symptômes et les causes de la décompensation psychotique ? Comment est-elle diagnostiquée ? 

La décompensation psychotique est marquée par des symptômes graves et très handicapants. Elle peut se manifester par plusieurs signes : physiques et psychiques. Ceux-ci peuvent disparaître ou persister selon la manière dont le nouvel équilibre se forme. 

Physiquement, on observe des symptômes de sudation, des douleurs thoraciques, des arythmies cardiaques et des insomnies.  

Au niveau psychique, ce violent déséquilibre produit des symptômes bruyants et inhabituels comme :  

  • Des bouffées délirantes aiguës, leurs débuts sont soudains et guérissent spontanément en quelques jours ou quelques semaines. La personne parle de persécution (complot, possession), de grandeur (puissance, découvertes), de thèmes mystiques. L’humeur est variable,
  • Des illusions ou hallucinations mentales (pensés) ou sensorielles (auditives, visuelles, olfactives et/ou sensitives), 
  • Et aussi : de la confusion, des phobies, des addictions, des crises d’angoisse, des TOC et une dépression

Souvent, les premières décompensations psychotiques se déclarent chez des personnes déjà psychotiques ou dites “borderline”.  

Les causes de la décompensation psychotique sont encore mal connues. Les troubles mentaux seraient dus à une association de facteurs biologiques, psychologiques et sociaux. Elle peut, par conséquent, être provoquée par un facteur externe, la consommation de drogues et/ou d’alcool, le surmenage, le manque de sommeil, etc... Le confinement et l’enfermement peuvent aussi favoriser ces manifestations. 

L’adolescence peut-être un facteur déclencheur, ceci expliquerait pourquoi souvent les premiers épisodes psychotiques se déclenchent entre 15 et 25 ans.  

Les critères diagnostiques de la décompensation psychotique sont répertoriés dans les deux principaux systèmes de classification utilisés dans le cadre des soins psychiques qui sont la Classification Internationale des Maladies (CIM) et le Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (DSM)

Comment traite-t-on une décompensation psychotique ?  

Face à un épisode de décompensation psychotique, le premier réflexe à avoir est d’accompagner la personne aux urgences. Souvent, une hospitalisation en unité psychiatrique est nécessaire, ce qui permet, pour la personne concernée, de retrouver un équilibre psychique. 

Dans un premier temps, un traitement médicamenteux est prescrit par les thérapeutes. Il peut s’agir d’anxiolytiques, d’antidépresseurs et/ou d’antipsychotiques (neuroleptiques). Ces derniers ont pour objectif de diminuer l’excès de dopamine de l’organisme en cause pendant un épisode délirant. Un équilibre dans les dosages est important pour maintenir la vie affective et sociale du patient. 

Les antipsychotiques provoquent de la dyskinésie, c’est à dire la survenue de mouvements musculaires anormaux ou la gêne dans les mouvements volontaires, qui doit être corrigée. 

Ensuite vient l’approche psychologique, essentielle dans la prise en charge d’un patient psychotique. Il est important dans cette situation d’instaurer un dialogue et une écoute active avec celui-ci, ainsi qu’avec les proches et les professionnels. L’entourage et la famille jouent un rôle primordial dans l’accompagnement d’une personne affectée par une décompensation psychotique.  

Il est conseillé de traiter l’épisode psychotique le plus rapidement possible, pour éviter de mettre en danger la vie de la personne ou de son entourage. 

Il existe d’autres formes de soins visant à aider la personne malade à retrouver son équilibre psychique. Cela peut-être : la pratique d’un sport, la méditation, la sophrologie, la cohérence cardiaque et aussi la musique, l’art, le théâtre. 

Il faut plusieurs années pour retrouver un équilibre durable mais celui-ci est atteignable. Le suivi psychothérapeutique, s’il est régulier, permet de travailler sur soi, de retrouver confiance, de réapprivoiser son environnement. L’instauration de rituels, la mentalisation et l’anticipation des tâches et des activités sont des méthodes qui aident à mener une vie quasi normale.

Comment prévenir une décompensation psychotique ?  

La prévention de ces troubles est un enjeu de santé publique. Pour réduire les risques psychiatriques, il faut informer et accompagner les personnes à risques. 

La pandémie en cours a démontré qu’un chamboulement stressant pouvait amener un grand nombre de personnes à décompenser. Le confinement a représenté un facteur déclencheur, qui a bousculé les repères et les habitudes. Un nouvel équilibre à trouver était nécessaire. Ensuite, le déconfinement a été un nouveau choc, il faut de nouveau restaurer son équilibre.  

Pour prévenir une éventuelle décompensation psychotique, il faut maintenir ses repères, éviter l’ennui, continuer d’avoir une vie sociale, être au courant de l’actualité sans se focaliser sur les événements négatifs et pouvoir échanger avec les autres.  

Aussi, pour les personnes ayant déjà vécu une ou des décompensations psychotiques, un travail sur les facteurs précipitants est également entrepris afin de mieux les éviter ou les maîtriser. 

Cet article vous a plu ?    
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !    

Prenez soin de vous ! 
14

5 commentaires


aquarella
le 26/11/2021

je pense souvent aux personnes fragiles dans notre contexte actuel ça doit être vraiment compliqué pour eux, faire régner la peur pour obliger les gens à se vacciner va faire beaucoup, beaucoup de dégâts et ça ne rentrera jamais dans les statistiques


BorderlinePower
le 02/12/2021

J'ai déjà eu des décompensations psychotiques. Avec mon trouble on sait très bien qu'on a halluciné ou qu'on a des messages autitifs. C'est d'autant plus flippant qu'on a l'impression de devenir 'fou', de perdre la raison complètement. C'est toujours arrivé à un moment ou j'étais psychiquement et physologiquement à plat. Puis il y a toujours eu un évènement difficile. Souvent quelque chose de terrible que j'ai refusé d'accepter. J'aurais voulu l'effacer, et vivre comme avant, ce qui est impossible. Les neuroleptiques m'ont aidés à traverser ces moments. Il m'a fallu aussi beaucoup de repos. Heureusement je peux en parler très rapidement avec la personne avec qui je vis.


BorderlinePower
le 02/12/2021

Désolé, le message a été posté plusieurs fois.


BorderlinePower
le 02/12/2021

Message reposté. Je peux pas le retirer de l'appli.


BorderlinePower
le 02/12/2021

Message reposté, je peux malheureusement pas le retirer sur l'appli.

Vous aimerez aussi

Maladies psychiatriques : comment mieux vivre le confinement ?

Psychiatrie

Maladies psychiatriques : comment mieux vivre le confinement ?

Lire l'article
Dépression : est-ce dû à un dysfonctionnement du cerveau ?

Dépression
Dépression post partum

Dépression : est-ce dû à un dysfonctionnement du cerveau ?

Lire l'article
L'anxiété : qu'est-ce que c'est et quel est son effet sur le corps ?

Anxiété chronique - Stress
Trouble anxieux généralisé
Trouble d'anxiété sociale

L'anxiété : qu'est-ce que c'est et quel est son effet sur le corps ?

Lire l'article
Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère

Dépression post partum

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère

Lire l'article

Discussions les plus commentées

Fiches maladies