Traitements de l'acné

Différents traitements sont disponibles pour l'acné : traitement médical, phytothérapie ou encore traitements spécifiques d'intervention.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Les antibiotiques et médicaments contre l'acné

Le traitement médical de l’acné prévoit l’administration d’antibiotiques à utilisation topique, parmi lesquels la clindamycine et l'érythromycine. Ces antibiotiques inhibent la sous-unité ribosomiale 50S de la bactérie, en arrêtant ainsi le processus de formation de la chaine polypeptidique ; ce blocage de la synthèse protéique cause l’arrêt de la prolifération bactérienne. Ce sont des antibiotiques à action bactériostatique, mais à doses élevées, ils peuvent devenir des bactéricides.

Les effets secondaires les plus fréquents se manifestent eux aussi au niveau cutané, avec des brûlures, de la sécheresse et des irritations dans les zones de l’application.

>> Donnez votre avis sur les médicaments sur notre plateforme dédiée ! <<

Les rétinoïdes sont de puissants médicaments dermatologiques, largement impliqués dans le traitement de l’acné. En particulier, l’acide rétinoïque ou trétinoïne, appliqué au niveau cutané et qui favorise la desquamation des kératinocytes et le renouvellement cellulaire. C’est pour cette raison que lors des premiers traitements de l’acné on peut observer une aggravation de la pathologie, alors que l’effet thérapeutique se manifeste plus tard.

Un autre principe actif de cette catégorie est l'isotrétinoïne, un rétinoïde de synthèse impliqué pour le traitement de l’acné kystique. Le traitement se fait par administration orale et est très efficace. Il faut néanmoins être attentif aux éventuels effets secondaires qui peuvent être une sécheresse, des irritations de la peau ainsi qu’un effet tératogène qui perdure dans le temps.

Le peroxyde de benzoyle et l’acide azelaïque, sont tous les deux traitements impliqués comme antimicrobiens à utilisation topique.

Il existe aussi d’autres médicaments dermatologiques comme les corticostéroïdes à utilisation topique, utilisés pour leur action anti-inflammatoire. Les effets secondaires peuvent être locaux, on peut observer une atrophie cutanée, hypertrichoses, augmentation de la pression intraoculaire, ou encore systémiques causant le syndrome de Cushing et un retard de croissance.

Les autres thérapies de l’acné

Guérir l'acné grâce aux plantes

Contre l’acné, il existe des phytothérapies efficaces, qui se distinguent en fonction de la typologie d’action :
- Systémique à action drainante,
- Dépurative et antiinflammatoire,
- Topique à action hydratante et hygiéniste pour la peau.

En présence d’acné, on peut ainsi recourir au bouleau, au pissenlit, à l'échinacée et au calendula.

Les interventions chirurgicales

On peut recourir à d’autres thérapies interventionnelles pour traiter l’acné, telles que la microchirurgie ou « nettoyage de peau », qui permet d’accélérer l’amélioration de l’acné en complément à un traitement médicamenteux ; le peeling, qui permet le renouvellement des cellules superficielles de la peau ; le laser et la photothérapie dynamique.

Adapter son alimentation

Il est utile d'adopter une alimentation saine, avec des quantités abondantes de fruits et légumes, pour garantir à l’organisme toutes les substances nutritives dont il a besoin pour maintenir son équilibre hormonal.

Il est conseillé de boire beaucoup d’eau pour maintenir la peau hydratée, d'essayer de contrôler son stress et de se laver régulièrement le visage avec des savons délicats qui aident à maintenir les pores dilatés et la peau saine.

>> Découvrir les causes de l'acné <<

Eviter le soleil pour éviter l'acné

Le soleil, un faux ami

Les précautions à prendre concernent surtout les peaux grasses à tendance acnéique typiques de l’adolescence. Le soleil peut en effet induire en erreur : lors des premières expositions, il semble effectuer une action bénéfique sur la peau en « séchant » les boutons. Cependant, avec le temps, le soleil a tendance à provoquer au contraire l’aggravation de l’acné, en augmentant notamment l’épaisseur de la couche cornée de la peau, « emprisonnant » les comédons qui donnent alors lieu à de nouveaux boutons.

Le phénomène s’observe facilement en automne, lorsqu’une récidive d’acné se manifeste souvent à la suite d’une période de vacances à la mer par exemple. Cela ne signifie pas que les personnes sujettes à l’acné ne doivent pas s’exposer au soleil : l’important est d’adopter une bonne stratégie de protection solaire

Lorsque l’on expose sa peau au soleil, et surtout pour les peaux acnéiques, une protection solaire doit toujours être appliquée avant l’exposition : celle-ci doit être fluide et légère, en mesure de protéger, d’hydrater et d’opacifier la peau. La plupart des femmes qui ont une peau grasse ne la protègent pas de peur que ce soit la crème qui provoque des poussées d’acné. Il existe alors des crèmes solaires adaptées aux peaux grasses afin d’éviter ce genre de problèmes.

Soleil et traitements contre l'acné ne font pas bon ménage

Si l’on suit un traitement contre l’acné lors de l’exposition au soleil, il est important que la protection soit maximale.

Certains traitements sont en effet photosensibilisants et peuvent alors provoquer des réactions cutanées, favoriser les coups de soleil ou encore créer des tâches pigmentées qui apparaitront par la suite ; il est même conseillé de suspendre le traitement quelques jours avant l’exposition au soleil, mais dans tous les cas, il est nécessaire de demander conseil à son dermatologue.

Lors d’une exposition au soleil, il est aussi important de soigner sa peau le plus fréquemment possible (matin et soir), afin de prévenir la poussée d’acné qui peut faire suite à l’exposition.

>> Lire la définition de l'acné <<

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 192 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & anonyme