Sida : Une souche agressive du VIH découverte à Cuba

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/sidavih.jpg

Patients SIDA-VIH

1 réponse

7 lectures

Sujet de la discussion



Posté le
Bon conseiller

Une souche agressive du VIH a été découverte sur l'île de Cuba. Cette variante du virus expose les personnes infectées à une charge virale particulièrement forte.

Le virus du Sida mute. Une nouvelle souche particulièrement agressive a été découverte à Cuba par une équipe de chercheurs de l'Université catholique de Louvain (Belgique) et l'Institut de Médecine Tropicale Pedro Kouri de La Havane. Leurs travaux ont été publiés dans la revue EBioMedicine et relayés par le magazine Courrier International.

La maladie survient en trois ans

Les chercheurs ont étudié les résultats sanguins et le suivi thérapeutique de 95 personnes atteintes du virus sur l’île. Ils ont observé que cette nouvelle souche provoque chez les personnes infectées une charge virale très forte, qui accélère le développement du Sida. Ainsi, les personnes qui ont contracté le virus développent la maladie seulement trois ans après avoir été contaminées, contre six à dix ans pour les autres souches.

Selon les auteurs des travaux, la progression de ce virus est si rapide que les patients tombent malades avant même de réaliser qu’ils sont séropositifs. Les experts craignent une évolution rapide du virus, qui pourrait devenir de plus en plus difficile à diagnostiquer et à traiter.

Des formes de virus recombinantes

Cette variante, appelée CRF19, combine le matériel biologique de trois variantes du VIH. « La communauté des chercheurs connaît bien la capacité du VIH à muter pour former de nouvelles souches », précise dans Hector Bolivar, de l'Ecole de médecine Miller de Miami, dans le Miami Herald. Il existe en effet soixante souches épidémiques du VIH-1 dans le monde. En novembre 2013, une autre souche agressive avait ainsi été découverte en Guinée-Bisseau.

Ces formes « recombinantes » du virus sont issues du croisement de plusieurs souches du VIH. Réputées plus virulentes que les souches à partir desquelles elles se sont développées, elles sont en pleine expansion, selon la communauté scientifique. Elles pourraient notamment émerger dans les endroits de forte immigration, comme les États-Unis et l’Europe, où la flore de VIH est complexe et mélangée.

Pour les auteurs, la découverte de la souche CRF19 pourrait expliquer, en partie du moins, la rapide progression de la maladie sur l’île – même si le taux d’incidence à Cuba reste faible (<0,1). Par ailleurs, d’autres facteurs ont pu contribuer à cette progression (pénurie de préservatifs, présence de maladies infectieuses opportunistes du Sida…).

Source : Pourquoidocteur.fr

Début de la discussion - 23/02/2015

Sida : Une souche agressive du VIH découverte à Cuba


Posté le
Pas une nouvelle épidémie ni un nouveau virus

Ainsi la coordinatrice scientifique de Sida Info Service, le docteur Radia Djebbar, a publié un article (18 février) qui explique que les chercheurs belges et cubains ont recherché la présence du CRF19 chez 52 personnes ayant déclaré la maladie rapidement, 22 personnes dont la séropositivité date de plus de trois ans, 21 personnes vivant avec le VIH n’ayant pas développé de symptômes, soit 95 personnes au total. "Le virus recombiné CRF19 a été retrouvé dans le 1er groupe qui a déclaré rapidement le stade sida, mais pas chez les membres des deux derniers groupes", explique Radia Djebbar.

Virologiste à l’hôpital Necker, le professeur Christine Rouzioux a expliqué le 18 février dans l’émission scientifique de France Inter "La tête au carré" de Mathieu Bidart, que sur l’ensemble des 95 personnes, 9 d’entre elles sont infectées par le CRF 19, que ces personnes sont sous traitement et que le traitement marche. Dans certains articles, on a pu lire qu’aucun traitement ne marchait sur cette souche, ce qui est faux.

La virologiste a aussi indiqué qu’elle avait regardé dans la cohorte française ANRS-Primo (cette cohorte permet de suivre sur le long terme des patients nouvellement infectés) et qu’il existe, dans les données françaises, un unique cas de personne ayant la souche CRF 19 depuis 2007. "C’est extrêmement rare", indique-t-elle. "Cette souche n’est pas nouvelle, elle existe depuis 1980 à Cuba", explique Christine Rouzioux. Pour elle, il ne "s’agit pas d’une nouvelle épidémie ni d'un nouveau virus". Elle ajoute que l’épidémie de VIH est à un niveau faible à Cuba, que la situation y est particulière comme le démontrent des articles scientifiques anciens qui ne sont d’ailleurs pas rappelés dans la récente étude cubano-belge.

Comme on pouvait s’y attendre, l’annonce a suscité, un grand classique du genre, un effet d’emballement dans la plupart des médias et son corollaire : de fausses informations. D’autres sources, à l’inverse, ont donné des informations vérifiées et qui donnent une portée très différente à l’informatio

Pour Christine Rouzioux, si le titre de l’article de présentation des résultats pose problème tout comme son relais dans les médias et si elle estime que l’étude comporte des failles méthodologiques, l’étude reste intéressante pour la question posée et les hypothèses soulevées. Par exemple, cette épidémie concentrée à Cuba s’explique-t-elle par une agressivité particulière de la souche CRF 19 ? A ce stade, cela n’est pas démontré. Comme l’explique le docteur Djebbar de Sida Info Service : "Il n’est pas totalement certain que ce virus se développe plus vite dans l’organisme grâce à ses spécificités génétiques". L’épidémie pourrait s’expliquer par les comportements des personnes. Comportement sexuel, génétique du virus : le débat n’est pas tranché.

Enfin, Christine Rouzioux a expliqué sur France Inter qu’elle avait parlé avec une des scientifiques belges et que sa collègue lui a dit être surprise voire dépassée par le "bruit" qu’a suscité cette publication et ses effets collatéraux… hyper agressifs !

Discussions les plus commentées