Diagnostic de la maladie d’Alzheimer

Le diagnostic de la maladie d'Alzheimer est difficile pour le médecin. Les symptômes de la maladie sont souvent imputés à l’inévitable vieillissement naturel alors qu’il s’agit en réalité du début de la maladie.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

La maladie d’Alzheimer est commune et connue de la population. Pourtant, les symptômes sont souvent imputés à l’inévitable vieillissement naturel alors qu’il s’agit en réalité du début de la maladie.
Ce diagnostic est également difficile pour le médecin car il n’existe aucun test spécifique de cette maladie. Afin de différencier la maladie d’Alzheimer des autres démences, le médecin procède à plusieurs examens.

Entretien
Le médecin interroge le patient sur ses antécédents familiaux (de démence ou d’AVC), sur ses prises de médicament ou d’alcool (qui peuvent tous deux provoquer des démences) ainsi que sur son mode de vie. Ces éléments influencent le diagnostic et la décision de traitement.

Examen physique et neurologique
Le médecin évalue différentes fonctions à l’aide de tests :
- équilibre ;
- coordination et réflexes ;
- vue ;
- toucher ;
- tonus musculaire ;
- force musculaire ;
- Évaluation des fonctions cognitives.

Un test standardisé pour évaluer la maladie d'Alzheimer

Évaluation des fonctions cognitives
Le MMSE pour Mini-Mental Status Examination (court test d’évaluation mentale) est un questionnaire de 30 items qui couvrent différents domaines :
- orientation ;
- apprentissage ;
- attention et calcul ;
- mémoire ;
- langage ;
- praxie constructive (capacité à organiser une série de mouvements dans un but précis).
Quand le score est inférieur à 24, une démence est suspectée.

Imagerie
L’imagerie par résonance magnétique (IRM) présente le double intérêt de révéler les changements fonctionnels cérébraux et d’éliminer les pathologies qui pourraient causer des symptômes identiques à la maladie d’Alzheimer.

Examens sanguins
Ils ne permettent pas de diagnostiquer la maladie mais permettent de rejeter des pathologies entraînant une symptomatologie proche : carence en vitamines, troubles thyroïdiens, etc.

Article rédigé sous la supervison du Dr. Philippe Boulu, neurologue à Paris et praticien hospitalier à l'hôpital Beaujon.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 197 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & confidentiel