«
»

Top

Un Français sur deux cacherait son Parkinson ou sa SEP s’il en était atteint

8 oct. 2014

Un Français sur deux cacherait son Parkinson ou sa SEP s’il en était atteint

La quasi-totalité des Français (neuf sur 10) voient une bonne raison de cacher une maladie neurodégénérative que ce soit la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques, révèle une étude TNS Sofres. Selon cette enquête présentée mardi à Montpellier lors de la 4e université d'été de l'Espace éthique de la région Ile-de-France, "près d'un Français sur deux (47%) ne révélerait pas finalement sa maladie, une difficulté particulièrement ressentie chez les cadres". Des conclusions dérangeantes, alors qu’en France quelque 250.000 personnes souffrent de Parkinson et 80.000 de SEP.

Parmi les raisons avancées pour ne pas révéler son état, les conséquence auprès des banques et des assurances (37%), la peur des moqueries -essentiellement pour ceux qui seraient atteints de la maladie de Parkinson (27%), ou la volonté de préserver ses proches (34% pour Parkinson, 33% pour la sclérose en plaques). Les jeunes sont aussi plus nombreux à vouloir préserver leurs proches en cachant ces maladies (près d'un quart des 15-24 ans), relève l'enquête.

La maladie de Parkinson est davantage connue dans la population française que la sclérose en plaques. Sept français sur 10 déclarent savoir ce qu'est la maladie de Parkinson contre un peu plus de cinq sur 10 pour la sclérose en plaques. Mais pour ces deux maladies, la connaissance apparaît superficielle. Seuls 18% des Français déclarent "très bien" connaitre la maladie de Parkinson et 15% la sclérose en plaques, précise l'enquête.


L'étude "Maladie de Parkinson, sclérose en plaques quel est le regard des Français?" a été menée auprès de 1.004 Français âgés de 15 ans et plus interrogés par téléphone du 18 au 20 septembre 2014.

 

La quasi-totalité des Français (neuf sur 10) voient une bonne raison de cacher une maladie neurodégénérative que ce soit la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques, révèle une étude TNS Sofres. Selon cette enquête présentée mardi à Montpellier lors de la 4e université d'été de l'Espace éthique de la région Ile-de-France, "près d'un Français sur deux (47%) ne révélerait pas finalement sa maladie, une difficulté particulièrement ressentie chez les cadres". Des conclusions dérangeantes, alors qu’en France quelque 250.000 personnes souffrent de Parkinson et 80.000 de SEP.

Parmi les raisons avancées pour ne pas révéler son état, les conséquence auprès des banques et des assurances (37%), la peur des moqueries -essentiellement pour ceux qui seraient atteints de la maladie de Parkinson (27%), ou la volonté de préserver ses proches (34% pour Parkinson, 33% pour la sclérose en plaques). Les jeunes sont aussi plus nombreux à vouloir préserver leurs proches en cachant ces maladies (près d'un quart des 15-24 ans), relève l'enquête.

La maladie de Parkinson est davantage connue dans la population française que la sclérose en plaques. Sept français sur 10 déclarent savoir ce qu'est la maladie de Parkinson contre un peu plus de cinq sur 10 pour la sclérose en plaques. Mais pour ces deux maladies, la connaissance apparaît superficielle. Seuls 18% des Français déclarent "très bien" connaitre la maladie de Parkinson et 15% la sclérose en plaques, précise l'enquête.
L'étude "Maladie de Parkinson, sclérose en plaques quel est le regard des Français?" a été menée auprès de 1.004 Français âgés de 15 ans et plus interrogés par téléphone du 18 au 20 septembre 2014.

Commentaires

le 08/10/2014

et encore ils n'ont pas parlés de la SPA ou polyarthrite ou encore fibro et toutes ces maladies qui concernent en tout des millions de gens

le 08/10/2014

Encore une étude qui enfonce les portes ouvertes, encore de l'argent mis par les fenêtres, on ne saurait pas dire qu'il en manque partout !

On a fait l'étude pour ces maladies là, elle serait tout aussi valable quelle que soit la maladie.

Qui va dire qu'il a un cancer, une maladie cardiaque ou une fibromyalgie quand il peut l'éviter ?

Les malades font peur, les patrons n'en veulent pas, ils ne sont plus aussi fiables. Et je comprends que plus on est jeune pire c'est. J'ai 67 ans, je suis retraitée, je ne risque plus rien, mais ceux qui sont en âge de travailler ?

Même chose pour les personnes handicapées qui ne sont pas obligatoirement malades, pas ou peu de travail.

Francine

le 08/10/2014

Tout à fait Scoobidoo..

La maladie fait peur..des qu'elle se voit, les regards se détournent ,gênés ,moqueurs voire dégoûtés. .le malade représente tout ce que l'autre ne veut pas être et renvoie à ses propres peurs .

Autrefois,on cachait les malades,on les cloîtrait  à la maison .C'était honteux voire signe d'une punition divine .Quand on y pense,les mentalités ont,malheureusement,  peu changé .

le 08/10/2014

même toi fanny pour dire lol

le 08/10/2014

Je me souviens de ma première belle-mère, elle disait que mes parents s'étaient débarrassés de moi en me mariant, ils avaient caché une tare. La preuve, j'avais été opérée du cœur 4 mois après mon mariage !

Bon, c'est vieux, je sais, mais c'est ainsi que ça se passait.

Francine

Vous aimerez aussi

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Lire l'article
Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Lire l'article
Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Lire l'article