«
»

Top

Tout savoir sur l’andropause, la “ménopause masculine” !

Publié le 2 janv. 2023 • Par Candice Salomé

L’andropause correspond à la “ménopause masculine”. Aussi appelée “déficit androgénique lié à l’âge” ou “DALA”, elle s’accompagne d’une baisse de la testostérone liée au vieillissement naturel et de nombreux symptômes y sont associés. 

Mais alors, à quel âge survient l’andropause ? Quels sont les symptômes qu’elle engendre ? Comment mieux vivre cette période ? 

On vous dit tout dans notre article ! 

Tout savoir sur l’andropause, la “ménopause masculine” !

Qu’est-ce que l’andropause ?

L’andropause se définit comme la baisse de production de testostérone chez l’homme. On parle aussi de Déficit androgénique lié à l’âge ou DALA. 

La testostérone est une hormone mâle sécrétée par les glandes surrénales chez les femmes et les hommes, mais en plus grande quantité chez l’homme. Un taux normal de testostérone est associé à la performance sexuelle, à la fonction reproductrice, à l’entretien de la masse musculaire et à la bonne pousse des cheveux

La diminution de la testostérone est liée à l’âge et débute généralement aux alentours de 40 ou 45 ans

L’andropause se définit en dehors de toute autre maladie. Elle ressemble à la ménopause chez la femme en termes de symptômes mais la reproduction reste possible. 

Néanmoins, l’andropause n’est pas systématique. Le risque s’accroît avec l’âge, particulièrement après 60 ans. Son incidence est d’environ 12 nouveaux cas pour 10 000 personnes par an

Les symptômes de l’andropause sont les suivants : 

  • Une baisse de la libido, 
  • Une diminution voire une disparition des érections dites réflexes (involontaires) nocturnes et au réveil, 
  • Une dysfonction érectile, 
  • Une sudation importante en dehors de toute activité physique, 
  • Des bouffées de chaleur, 
  • Une perte d’énergie et une fatigabilité plus importante, 
  • Des troubles du sommeil, 
  • Des troubles de l’humeur, 
  • Une tendance dépressive, 
  • Une diminution de la masse musculaire, 
  • Une augmentation du périmètre abdominal, 
  • Une fragilité osseuse, 
  • Une régression de la pilosité et de la croissance des cheveux. 

Quelles sont les causes de l’andropause ? 

Il n’y a que 2% de la testostérone qui circule librement dans le sang. En effet, cette hormone est majoritairement liée à deux protéines plasmatiques : la SHBG (fortement liée) et l’albumine (faiblement liée). 

La baisse de la sécrétion de testostérone a pour origine le vieillissement naturel mais aussi l’élévation du taux de SHBG (“Sex hormone-binding globulin” ou “globuline liée aux hormones sexuelles”). L’augmentation du taux de SHBG a pour conséquence de retirer de la circulation sanguine la testostérone utilisable. Ainsi, elle favorise grandement l’andropause et ses manifestations physiologiques. 

Le DALA a pour origine principale le vieillissement mais une mauvaise hygiène de vie peut prédisposer à ce trouble. On retrouve notamment : 

  • Le surpoids et l’obésité, 
  • Un syndrome métabolique, 
  • Les troubles métaboliques tels que le diabète, l’hypercholestérolémie 
  • Une maladie hépatique, 
  • Le stress chronique, 
  • Le tabagisme, 
  • Une consommation excessive d’alcool, 
  • Une alimentation déséquilibrée, 
  • La sédentarité, 
  • La prise de certains médicaments tels que les antihypertenseurs, les antiépileptiques, les antipsychotiques, les narcotiques, les corticoïdes 
  • La consommation régulière de stupéfiants. 

Certaines affections comme le cancer, le VIH, le lupus, les oreillons et la défaillance d’un organe peuvent avoir un impact significatif sur la baisse de la testostérone. 

Est-il possible de lutter naturellement contre l’andropause ?

Une mauvaise hygiène de vie peut accélérer le déclin de la testostérone. En adoptant un mode de vie sain, il est possible de préserver naturellement son taux de testostérone et de diminuer les symptômes de l’andropause. 
 
Voici quelques recommandations : 

Maintenez un poids sain 

L’augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) peut avoir un impact sur le taux de testostérone de façon négative. Une étude a démontré que le surpoids est le facteur de risque qui joue le plus sur le déficit en testostérone. 

Réduisez votre consommation d’alcool 

La production hormonale masculine au niveau des testicules mais aussi au niveau central se trouve affectée par une consommation excessive d’alcool. 

Ainsi, l’alcool réduit le taux d’hormone lutéinisante (LH) dans le sang. Il s’agit d’une des principales hormones qui contrôlent le système reproducteur. Produite dans l’hypophyse, la LH stimule la production de testostérone. 

Dormez suffisamment 

C’est bien connu, le sommeil est un élément essentiel au bon fonctionnement du corps. Il permet, entre autres, de maintenir un bon taux de testostérone. Des recherches ont démontré que des nuits de moins de 6h sur du long terme pouvaient faire chuter le taux de testostérone de près de 15%. 

Dites aurevoir à la sédentarité 

Une pratique physique régulière présente de nombreux avantages sur la santé, permet d’améliorer la force musculaire et de réduire le risque de maladie. Une étude a révélé que les entraînements de résistance peuvent permettre l’augmentation du taux de testostérone. 

Existe-t-il des traitements contre l’andropause ?

Le traitement de l’andropause repose uniquement sur l’administration de testostérone. Il en existe sous plusieurs formes : en injection intra-musculaire, en comprimé, en gel transdermique, en patch… 

Les insuffisances érectiles, quant à elle, peuvent faire l’objet d’un traitement spécifique et complémentaire (SildénafilVardénafil ou Tadalafil). 

Un traitement par testostérone demande un bilan prostatique au préalable avec, particulièrement, un dosage du PSA (antigène spécifique de la prostate) et une surveillance régulière

Néanmoins, la prise de testostérone est contre-indiquée en cas de cancer du sein ou de cancer de la prostate


Cet article vous a plu ?     
 
Cliquez sur J’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !     
 
Prenez soin de vous ! 

32
avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

1 commentaire


Abderrahime84
le 30/01/2023

Bonjour

Je suis épileptique suite à traumatisme crânien et je fait des crises généralisées un fois par mois en moyenne.

J'ai des problèmes d'érection et j'ai 47 ans et je n'ai toujours pas d'enfant.

C'est difficile psychologiquement mais je garde espoir.

Bon courage à tous les épileptiques

Abdé

Vous aimerez aussi

Qu’est-ce qu’un essai clinique décentralisé (DCT) ?

Qu’est-ce qu’un essai clinique décentralisé (DCT) ?

Lire l'article
Les animaux de compagnie : quels sont les bienfaits sur la santé de leurs propriétaires ?

Les animaux de compagnie : quels sont les bienfaits sur la santé de leurs propriétaires ?

Lire l'article
Tout ce qu’il faut savoir sur les acouphènes !

Tout ce qu’il faut savoir sur les acouphènes !

Lire l'article
Les vasoconstricteurs oraux contre le rhume : sont-ils dangereux ?

Les vasoconstricteurs oraux contre le rhume : sont-ils dangereux ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées