Hépatite fulminante

L'hépatite fulminante, aussi appelée hépatite aiguë grave est une forme grave d'hépatite, qui peut être soignée si elle est rapidement prise en charge.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

L’hépatite fulminante correspond à la forme la plus grave d’hépatite, dans laquelle le foie présente une nécrose (dans certains cas avec une destruction quasi complète de l’organe en très peu de temps) et une atrophie jaune aiguë.
Le foie est un important laboratoire biochimique qui possède plus de six cent activités enzymatiques différentes, qui participent aux fonctions métaboliques et à l’activité détoxifiante de l’organisme. L’insuffisance hépatique provoque alors une perte de ces fonctions, et peut dans les cas les plus graves, provoquer la mort.

Le cadre clinique de l’hépatite fulminante est aspécifique et similaire à celui des autres hépatites, mais l’apparition est plus rapide, ainsi que l’évolution de la maladie. Le malade présente des signes d’endommagement encéphalique à détérioration rapide (encéphalopathie hépatique) conséquente à l’œdème cérébral qui engendre un cadre ischémique important, car il créé un blocage de la circulation cérébrale.

Le diagnostic de l’hépatite fulminante est basé sur des examens de laboratoire. La mortalité est très élevée, et dans 90% des cas, la mort survient en quelques jours.

n savoir plus sur l'hépatite fulminante

L’hépatite fulminante est la conséquence d’une forte réponse immunitaire ou toxique et peut être provoquée par tous les virus hépatiques (A ou B le plus souvent), par des substances toxiques comme certains médicaments (par exemple le paracétamol) ou encore par des drogues comme l’ecstasy et la cocaïne. D’autres causes possibles sont l’hépatite auto-immune, la maladie veino-occlusive hépatique, les néoplasies du foie et les stéatoses aigues gravidiques.

La période d’incubation (le temps nécessaire entre le moment de l’infection et le début des symptômes) varie en fonction du type d’agent viral. Elle s’étale de 15 à 50 jours pour l’hépatite A, de 2 à 6 mois pour l’hépatite B, et de 15 jours à 4 mois pour l’hépatite C. La découverte de la cause de l’hépatite fulminante est indispensable dans la mise en place du traitement.

Hépatite fulminante et traitements :
Les traitements thérapeutiques de l’hépatite fulminante sont peu nombreux ; dans les cas où le patient survit, on assiste à une progressive régénération du parenchyme hépatique avec la récupération de sa fonctionnalité. L’endommagement hépatocellulaire engendré par la nécrose des hépatocytes (cellules du parenchyme hépatique qui assurent les fonctions biochimiques du foie) crée l’état fonctionnel appelé «la théorie de la masse critique», selon laquelle une masse hépatique minimale est nécessaire pour survenir aux besoins métaboliques journaliers de l’organisme, en dessous de laquelle se manifeste un cadre de grave carence métabolique. Il est alors vital de contrer ces carences grâce à une greffe de foie dans la plupart des cas.

Dernière mise à jour : 11/08/2018

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Hépatite A