Alimentation et stéatose hépatique non alcoolique

Une meilleure alimentation peut être un traitement efficace contre la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) et sa forme plus sévère, la stéatohépatite non alcoolique (NASH).

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Chez les patients présentant un surpoids ou une obésité centrale, l’objectif est une perte de 7 à 10% du poids corporel. Deux volets de prise en charge sont préconisés en pratique.

Modifier ses habitudes alimentaires

Le premier volet thérapeutique consiste en une modification des habitudes alimentaires avec des apports en macronutriments ­adaptés. Le régime tra­ditionnel méditerranéen a de très nombreux effets bénéfiques sur la santé globale. La consommation de café (notamment à la cafetière électrique) est plutôt protectrice de la stéatose, voire de la fibrose hépatique.

Restriction énergétique

Il faut diminuer la ration calorique de 500 à 1000 kcal pour perdre entre 500 et 1000g/semaine. Le but est de perdre, au total, entre 7 et 10% de son poids. Il s'agit d'un effort au long terme qui doit être couplé avec une augmentation de l'activité physique. 

Les aliments à consommer et à bannir

Il faut consommer au moins cinq fruits et légumes par jour. Le café n'est pas soumis à restriction dans le cadre de la luttte contre la stéatose.

En revanche, les patients sont invités à éviter les sodas et aliments riches en fructose industriel. La consommation d'alcool doit également rester en-dessous des recommandations habituelles (30 g/jour pour les hommes et 20 g/jour pour les femmes). 

Augmenter l'activité physique

Le deuxième volet de la prise en charge est celui de l’augmentation de l’activité physique (activité physique aérobie ou en résistance) et de la lutte contre la sédentarité. L’augmentation de l’activité physique améliore la stéatose hépatique même en l’absence de perte de poids.

>> Définitions, symptômes... qu'est-ce que la stéatose hépatique non alcoolique ? <<

Réaliser entre 2 et 4 heures d'exercice par semaine est recommandé, en trois à cinq sessions, de marche rapide ou de vélo, par exemple. L'effort doit être modéré à intense. Les exercices en résistance sont également efficaces. Pour lutter contre la sédentarité, il faut que ces efforts deviennent une réelle habitude pour le patient. De ce fait, il faut privilégier une activité que l'on aime. 

Les troubles du comportement alimentaire (addiction au sucre, au sel, boulimie), doivent faire l’objet d’une prise en charge en addictologie et/ou d’une thérapie comportementale. En cas de fibrose sévère ou de cirrhose, l’arrêt de toute boisson alcoolisée est recommandé.

Source

Association Française de Formation Médicale Continue en Hépato-Gastro-Entérologie