Traitement de la maladie d'Alzheimer

Le traitement a pour but principal d’atténuer les symptômes de la maladie.
Il est actuellement impossible de guérir la maladie d’Alzheimer.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Les médicaments peuvent améliorer le fonctionnement cognitif du patient.

Il n’existe actuellement que 2 types de traitements médicamenteux. Le médecin ne prescrit généralement qu’un médicament car les études n’ont pas montré de supériorité de la bithérapie.

À l’aide du traitement, il peut y avoir au début de la maladie :
- diminution des symptômes dans 40% des cas ;
- stabilité de l’état dans 40% des cas : la maladie ne progresse pas ;
- absence d’effet dans 20% des cas : la maladie peut progresser.



Différents médicaments sont disponibles pour cette maladie dégénérative

Les inhibiteurs de la cholinestérase
Une des anomalies retrouvées dans la maladie d’Alzheimer est le déficit d’un réseau de connexion de neurones fortement impliqués dans la mémoire et qui utilisent l’acétylcholine, une molécule qui sert de messager. Le but de ces traitements est de bloquer la destruction de ce messager afin de combler ce manque.

En France, les 3 médicaments utilisés sont le donépézil, la rivastigmine et la galantamine. Ces traitements sont destinés aux formes légères à modérées de la maladie d’Alzheimer. Les patients ne répondent pas forcément de la même façon à ces molécules, le médecin peut donc être amené à adapter le traitement afin de trouver le traitement le plus approprié.
La maladie progressant, les neurones cholinergiques (qui utilisent ce messager) sont de moins en moins nombreux. L’efficacité du traitement diminue donc avec la progression de la maladie.

Les antagonistes du récepteur NMDA
Il s’agit d’une classe qui ne contient qu’un médicament : la mémantine. Cette molécule bloque un récepteur appelé NMDA. Elle empêche l’action d’un messager considéré comme négatif dans la maladie d’Alzheimer : le glutamate.
Il est destiné en France aux formes modérées à sévères.

Innovation thérapeutique
Bien qu’il n’y ait pas de traitement chirurgical, la recherche pour les traitements de la maladie est très prometteuse. On attend des médicaments qui devraient réduire voire de bloquer la synthèse anormale de la protéine bêta-amyloïde.
De plus on pourrait utiliser des cellules souches au niveau du cerveau pour les différencier en neurone afin de conserver la masse neuronale.

Article rédigé sous la supervison du Dr. Philippe Boulu, neurologue à Paris et praticien hospitalier à l'hôpital Beaujon.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 164 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & anonyme