«
»

Top

Histoire du cancer : tout savoir !

Publié le 22 févr. 2021 • Par Candice Salomé

Première cause de mortalité en France, le cancer se développe à partir de cellules anormales qui se multiplient de manière incontrôlée au détriment de l’organisme.

Mais que savons-nous du cancer ? D’où vient le nom “cancer” ? A quand remonte le premier cas de cancer ? Quand sont apparus les divers traitements contre le cancer ? Quelles sont les différentes théories expliquant les causes du cancer ?

On vous dit tout dans notre article !

Histoire du cancer : tout savoir !

D’où vient le nom "cancer'' ?

Le mot “cancer” est un mot latin qui signifie “crabe”. Hippocrate (460-377 avant Jésus-Christ) a été le premier à comparer le cancer à un crabe par analogie à l’aspect des tumeurs du sein lorsqu’elles s’étendent sur la peau. En effet, la tumeur est centrée par une formation arrondie entourée de prolongements en rayons semblables aux pattes d’un crabe.

La comparaison au crabe est reprise plus tard par Galien (131-201 après Jésus-Christ) qui écrivit un traité des tumeurs et décrivit avec beaucoup de précision le cancer du sein :

"Maintes fois, nous avons vu aux mamelles une tumeur exactement semblable à un crabe. En effet, de même que chez cet animal, il existe des pattes des deux côtés du corps, de même, dans cette affection, les veines étendues sur cette tumeur contre nature présentent une forme semblable à celle d'un crabe. Nous avons souvent guéri cette affection à son début. Quand elle a pris une étendue considérable, personne ne l'a guérie sans opération."

Quelles sont les grandes théories liées au cancer ?

Il existe de nombreuses théories de causes de cancer tout au long des âges :

  • La théorie humorale : la théorie des humeurs, popularisée par le Corpus hippocratique, est l’une des bases de la médecine antique européenne. Selon la théorie des humeurs, le corps est constitué des quatre éléments fondamentaux : l’air, le feu, l’eau et la terre. Ces éléments possèdent quatre qualités : le chaud, le froid, la sécheresse ou l’humidité. Ces éléments antagoniques doivent coexister en équilibre pour qu’une personne soit en bonne santé. Un déséquilibre mineur entraîne des “sautes d’humeurs” et un déséquilibre majeur menace la santé du patient.
    Les découvertes postérieures ont discrédité la théorie humorale pour plusieurs raisons : incompréhension du rôle des organes, non prise en compte de la circulation sanguine, méconnaissance de la chimie de base… De nombreux diagnostics et traitements farfelus ont vu le jour.
  • La théorie de lymphe : elle fit suite à la théorie humorale du cancer. Cette théorie met en avant la formation du cancer par un autre fluide corporel : la lymphe. Selon cette théorie, la vie consistait en un mouvement continu et approprié des parties fluides du corps à travers les parties solides. Parmi tous les fluides, les plus importants étaient la lymphe et le sang. Stahl et Hoffman ont théorisé que le cancer était composé de lymphe en dégénérescence et en fermentation, variant en acidité, alcalinité et densité. Le chirurgien écossais des années 1700, John Hunter, a convenu que les tumeurs se développaient à partir de la lymphe constamment rejetée par le sang. 
  • La théorie du blastema : en 1838, Johannes Muller, pathologiste allemand, a démontré que le cancer est constitué de cellules et non de lymphe. Il croyait que les cellules cancéreuses ne provenaient pas de cellules normales. Il proposa que les cellules cancéreuses se développaient à partir d’éléments bourgeonnants (blastema) entre des tissus normaux. 
  • La théorie de l’irritation chronique : Rudolph Virchow (1821-1902), le célèbre pathologiste allemand, proposa que l’irritation chronique était la cause de cancer. Cependant, il a cru que les cancers se propageaient “comme un liquide”. Dans les années 1860, le chirurgien allemand Karl Thiersch a montré que les cancers se métastasent par la propagation de cellules malignes et non par un fluide non identifié. 
  • La théorie des traumatismes : de la fin des années 1800 jusqu’aux années 1920 et ce, malgré les progrès réalisés dans la compréhension du cancer, certains pensaient que l’origine du cancer provenait des traumatismes. Cette croyance a été maintenue longtemps en dépit de nombreuses études menées sur des animaux en laboratoire. 
  • La théorie des maladies infectieuses : deux médecins néerlandais, Zacutus Lusitani (1575-1642) et Nicholas Tulp (1593-1674), ont conclu presque en même temps que le cancer était contagieux. Ils tirèrent leur conclusion sur la base de leur expérience du cancer du sein chez les membres d’un même ménage. Ils ont alors proposé que les patients atteints de cancer soient isolés afin de prévenir la propagation du cancer.

De quand date le premier cas de cancer répertorié ?

Le premier cas de cancer a été répertorié dans l’Egypte antique. Il est décrit dans le plus ancien document chirurgical connu, le Papyruse Edwin Smith, datant d’environ 1600 avant Jésus-Christ. 

editor_meta_bo_img_fcf32a648ef3d20ba05976c0f2107888.jpg

Fragment du papyrus chirurgical Edwin Smith traitant des traumatismes de la face. © Grook Da Oger, Wikimedia commons, DP

Il contient une référence à un cancer du sein :

"Présence sur la poitrine de tumeurs protubérantes sphériques, froides au toucher."
Premier cas de cancer répertorié , Papyrus Edwin Smith

Le papyrus mentionne que les tumeurs non identifiées ont été brûlées ou cautérisées avec un “bâton enflammé”. 

Quand sont apparus les différents traitements contre le cancer ?

Avec l’utilisation de plus en plus répandue de la stérilisation et de la désinfection, ainsi que l’utilisation de l'anesthésie (William Morton en 1846) pour une intervention chirurgicale, la chirurgie connaît son âge d’or au 19e siècle. Cela permit aux pionniers de la chirurgie de réaliser des interventions sur des tumeurs comme des mastectomies pour prévenir la propagation du cancer.

Wilhelm Röntgen, professeur de physique allemand, découvre les rayons X en 1895.
Plusieurs hôpitaux du monde entier font ensuite l’acquisition d’un appareil d’imagerie qu’ils vont utiliser pour établir des diagnostics. Il est ainsi découvert que les radiations émises par les rayons X pourraient traiter plusieurs maladies cutanées.

C’est la naissance de la radiothérapie pour le traitement du cancer. Mais les effets secondaires l’emportent rapidement sur les avantages de cette technique. 

Ce n’est qu’à la fin du 20e siècle que les progrès en matière d’informatique et de physique permettent aux scientifiques de cartographier avec précision la forme et la localisation des petites tumeurs afin de les cibler plus précisément avec les rayons X.

C’est au 20e siècle également que naissent les médicaments anticancéreux ou les chimiothérapies

Le premier de ces médicaments est le gaz moutarde (la moutarde à l’azote) dont le gaz fit des ravages dans les tranchées de la Première Guerre mondiale.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine constate que ce produit entraîne une diminution du nombre de globules blancs (ou lymphocytes) sur les soldats exposés. En cherchant des mesures de protection contre ces effets, les scientifiques découvrent que la moutarde à l’azote est efficace dans le traitement du cancer des ganglions lymphatiques car elle attaque ces globules blancs.

Ce produit servira de modèle aux médicaments de chimiothérapie qui suivront rapidement.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !

Prenez soin de vous !


avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Community Manager France

Candice Salomé est Community Manager France chez Carenity. Elle participe également à la rédaction d’articles du Magazine Santé. Responsable de l’engagement des membres... >> En savoir plus

1 commentaire


Seinrose
le 03/03/2021

Merci pour cet article

Vous aimerez aussi

La sexualité après un cancer de la prostate : des solutions existent !

Cancer de la prostate

La sexualité après un cancer de la prostate : des solutions existent !

Lire l'article
Le diagnostic du cancer du sein raconté par les membres Carenity

Cancer du sein

Le diagnostic du cancer du sein raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Le diagnostic du cancer raconté par les membres Carenity

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Leucémie
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Le diagnostic du cancer raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Cancer : la sophrologie aide à supporter les traitements

Cancer

Cancer : la sophrologie aide à supporter les traitements

Lire l'article

Fiches maladies