«
»

Top

Comment suivre l'évolution d'une maladie cardiovasculaire ?

22 janv. 2020 • 10 commentaires

Exploration d’anomalies lipidiques, glycémie, mesure de la tension artérielle, poids, analyses de sang... Lisez notre guide pour découvrir comment l'évolution des maladies cardiovasculaires se mesure et mieux comprendre la prise en charge associée.

Comment suivre l'évolution d'une maladie cardiovasculaire ?

Les examens présentés ci-dessous sont valables pour contrôler les maladies cardiovasculaires de manière générale, comme l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque, les arythmies ou encore l’angor stable. Chaque maladie nécessite cependant un suivi particulier et adapté au patient. 

Surveiller les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires

Exploration d’Anomalies Lipidiques (EAL)

Il s’agit d’un examen biologique très fréquemment réalisé dans le cadre des maladies cardiovasculaires. En effet, les dyslipidémies (hypercholestérolémie, hypertriglycéridémies…) sont un des facteurs de risque majeurs des maladies cardiovasculaires. On va ainsi effectuer une prise de sang pour doser :

Cholestérol total 4.10 – 5.20 mmol/L 1.6 – 2.0 g/L
Triglycérides 0.40 – 1.70 mmol/L 0.35 – 1.50 g/L
Cholestérol HDL > 1 mmol/L > 0.40 g/L
Cholestérol LDL < 4.1 mmol/L < 1.60 g/L

+ Aspect du sérum à jeun

Ce bilan est effectué à jeun (depuis au moins 12h), au moins une fois par an dans le cadre de la prévention. Les valeurs ci-dessus sont les valeurs normales chez un patient sans facteur de risque. Si le patient présente des facteurs de risque, les valeurs cibles dépendront du niveau de risque cardiovasculaire.

Pourquoi ce test ?
Ces mesures permettent de dépister une dyslipidémie, d’évaluer le risque cardio-vasculaire, et de suivre le patient en cours de traitement.

Glycémie à jeun & hémoglobine glyquée

Il est important de mesurer sa glycémie et son taux d’hémoglobine glyquée au moins une fois par an dans le cadre de la prévention du diabète, ou bien 2 à 4 fois par an pour un patient déjà diabétique (pour vérifier que le diabète est bien contrôlé par les mesures hygiéno-diététiques et les traitements). On va effectuer une prise de sang à jeun pour doser :

Glucose 3.90 – 5.50 mmol/L 0.70 – 1.00 g/L
Hémoglobine A1c / Hémoglobine totale < 0.06
< 0.07
< 6% chez sujet sain
< 7% chez sujet diabétique ou présentant divers facteurs de risque

Pourquoi ce test ?
Le diabète est un facteur de risque cardiovasculaire majeur.

Mesure de la tension artérielle

Le seuil est fixé à 140 mmHg pour la pression artérielle systolique et 90 mmHg pour la pression artérielle diastolique, autrement dit 140/90 mmHg.

Il est important de noter qu’une unique valeur au-dessus du seuil ne suffit pas à poser le diagnostic d’hypertension artérielle, il faut effectuer plusieurs auto-mesures à l’aide d’un brassard dans l’idéal en respectant les règles suivantes :

- S’asseoir et rester calme au moins 5 minutes avant la mesure

- Effectuer 3 mesures consécutives en respectant au moins une minute entre chaque mesure

- Ne pas fumer ou consommer d’excitants (café, thé…) 30 minutes à 1 heure avant la mesure

- Noter toutes les valeurs mesurées

- Effectuer les mesures 3 jours avant la consultation chez le médecin

Seul le médecin pourra poser un éventuel diagnostic d’hypertension artérielle en se basant sur plusieurs séries de mesures.

Pourquoi ce test ?
L’hypertension artérielle est une maladie chronique et un facteur de risque cardiovasculaire majeur, il est donc très important d’effectuer une mesure régulière de sa tension artérielle.

Poids & mesure du tour de taille

Les valeurs du poids et de la taille permettent de calculer l’indice de masse corporel (IMC) dont la valeur définit différents stades :

Maigreur < 18.5
Normal 18.5 < IMC < 25
Surpoids 25 < IMC < 30
Obésité Modérée 30 < IMC < 35
Obésité Sévère 35 < IMC < 40
Obésité Massive ou Morbide > 40

On peut également se référer au tour de taille qui doit être inférieur à 94 cm chez l’homme et inférieur à 80 cm chez la femme.

Pourquoi ce test ?
Le surpoids et l’obésité sont également des facteurs de risque cardiovasculaires très importants. Une élévation importante et rapide du poids (sur quelques jours / semaines) doit faire suspecter la présence d’œdèmes qui peut être un signe clinique de décompensation cardiaque, il s’agit d’une urgence thérapeutique.

Surveiller ses analyses de sang une fois diagnostiqué

Un marqueur spécifique : le BNP (Brain Natriuretic Peptide)

Le BNP a un intérêt diagnostic, pronostic et de suivi thérapeutique dans le cadre de l’insuffisance cardiaque (IC) car cette neuro-hormone est développée dans l'organisme en réponse à une augmentation de la pression sanguine, en particulier lors du développement d’une insuffisance cardiaque.

BNP < 100 pg/mL 100 < BNP < 400 pg/mL BNP > 400 pg/mL
IC peu probable, Recherche d’un autre diagnostic Diagnostic incertain, Demander une échographie diagnostique IC très probable, Débuter la prise en charge

Remarque : pour les patients traités par ENTRESTO, il faut doser le NT-proBNP et non pas le BNP dont la valeur n’est pas interprétable.

Pourquoi ce test ?
Pour repérer tout début d'insuffisance cardiaque.

Surveiller les effets des traitements

Les traitements utilisés dans le cadre des maladies cardiovasculaires nécessitent une surveillance biologique soutenue, notamment aux niveaux hématologique, rénal et hépatique, afin de vérifier que les traitements ne causent pas d'effet indésirable trop important.

L’INR (International Normalized Ratio)

La prise en charge médicamenteuse des troubles cardiovasculaires peut nécessiter la prise d’anticoagulants et/ou d’antiagrégants plaquettaires. Il y a donc une augmentation du risque hémorragique pour le patient. Il est important de contrôler son INR avant de débuter le traitement, surtout pour les Anti-Vitamine K et les Héparines Non Fractionnées, et en cours de traitement.

Le traitement est jugé efficace lorsque l’INR est compris entre 2 et 4.5 sur deux mesures consécutives. Si l’INR est compris entre 4.5 et 6, il faut immédiatement prévenir son médecin traitant qui devra réduire les doses ou bien changer de traitement. Si l’INR est égal à 6, il y a un risque hémorragique majeur nécessitant une hospitalisation et un arrêt du traitement.

Pourquoi ce test ?
Surveiller et maîtriser les risques hémorragiques créés par certains traitements.

La fonction rénale & les électrolytes

On doit surveiller les taux de :

Hommes Se ou Pl Créatinine 60 – 115 µmol/L 7 – 13 mg/L
Femmes Se ou Pl Créatinine 45 – 105 µmol/L 5 – 12 mg/L
Hommes dU Créatinine 10 – 18 mmol 1100 – 2000 mg
Femmes dU Créatinine 9 – 12 µmol/L 1000 – 1350 mg/L
/ Clairance rénale à la créatinine 1.50 – 2.30 mL/s 90 – 140 mL/min
/ Pl Sodium 135 – 145 mmol/L /
/ Pl Potassium 3.5 – 4.5 mmol/L /

Les valeurs ci-dessus sont les valeurs usuelles. Ce test est particulièrement important si le traitement comprend des diurétiques (comme FUROSEMIDE, HYDROCHLOROTHIAZIDE, SPIRONOLACTONE).

La fonction hépatique & les enzymes

Il faut doser les taux de :

  Hommes Femmes
ALAT < 45 UI/L < 34 UI/L
ASAT < 35 UI/L < 35 UI/L
CK < 171 UI/L < 145 UI/L
Hémoglobine 130 – 170 g/L 120 – 160 g/L

Pourquoi ces tests ?
Une dégradation des fonctions hépatiques ou rénales peuvent être problématiques voire très graves car les médicaments ne seront plus métabolisés et/ou éliminés correctement : cela entraîne un risque de surdosage et de toxicité pour le patient, avec une majoration des effets secondaires. Il faut donc surveiller ces paramètres une à deux fois par an minimum.

Autres examens de contrôle

L’électrocardiogramme (ECG)

Cet examen est un tracé papier qui reflète l’activité électrique du cœur. Il doit être réalisé par un professionnel habilité, environ une fois par an pour contrôler la fonction cardiaque et détecter d’éventuelles arythmies qui peuvent avoir de graves conséquences sur un cœur fragilisé. C’est un examen indolore et sans danger. Il complète l’examen clinique et peut être accompagné d’une échographie cardiaque.

Le test d’effort (ou épreuve d’effort)

Il permet d’évaluer les aptitudes cardiovasculaires d’une personne atteinte de troubles cardiovasculaires ou bien dans le cadre d’un suivi cardiologique. Il est surtout indiqué chez les personnes pratiquant une activité physique de haut niveau ou bien les personnes sédentaires souhaitant se remettre au sport passé un certain âge. Il dure entre 10 et 30 minutes et est réalisé par un cardiologue.

Autres

On peut également réaliser d’autres examens plus spécialisés pour explorer la fonction cardiaque comme la scintigraphie myocardique ou la coronarographie… L’examen clinique est également très important, que ce soit pour le diagnostic ou le suivi des maladies cardiovasculaires. Devant une toux persistante, un essoufflement inhabituel, une fatigue importante, des palpitations, des maux de têtes réguliers ou encore des œdèmes (liste non exhaustive) consultez votre médecin traitant.

--

Attention, cet article est général et ne remplace en aucun cas une prescription médicale. Il ne fait pas mention des éventuels cas particuliers qui peuvent exister. Chaque patient est différent, aussi parlez-en à votre médecin ! 

Article rédigé Camille Dauvergne, étudiante en 4ème année de pharmacie, relu par Louise Bollecker, Content Manager chez Carenity.

avatar Camille Dauvergne

Auteur : Camille Dauvergne, Junior Community Manager France

Etudiante en 4ème année de pharmacie, Camille participe à la rédaction d’articles du Magazine Santé et à la mise à jour des fiches maladies et médicaments... >> En savoir plus

Commentaires

Rochambeau
le 22/01/2020

j'ignorais qu'il ne fallait  pas consommer de café 30 minutes à 1 heure avant la mesure ! ayant rv à 8h du mat, j'avais à peine réussi à avaler une mug de WHAT ELSE !

foumiwoug
le 24/01/2020

J'ai remarqué que pas mal de généralistes ne sont pas au fait de la gestion de l'INR et du dosage d'anti-coagulant correspondant.

silphiloppe
le 24/01/2020

Merci pour toutes ces infos. Je m'aperçois que j'ai de la chance parce que le professeur Diabétologue qui s'occupe de mon diabète de type 2, me fait faire chez une "Néphrologue - Hemodialyste" ces analyses de type ionogramme sanguin et urinaire, tous les trois mois en alternance entre des examens à jeun et des examens pas à jeun.  

bibi888
le 24/01/2020

bonjour 

votre article est trés intéressant , je trouve que maintenant les Docteurs sont surbookés

et ne suivent leurs patients que de loin !!!

delphine7
le 25/01/2020

Merci pour cet article que je trouve très intéressant.

Vous aimerez aussi

Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (3/3)

Maladie d'Alzheimer

Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (3/3)

Lire l'article
Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (2/3)

Maladie d'Alzheimer

Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (2/3)

Lire l'article
Le diagnostic du cancer du poumon raconté par les membres Carenity

Cancer du poumon

Le diagnostic du cancer du poumon raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Le diagnostic de l'asthme raconté par les membres Carenity

Asthme

Le diagnostic de l'asthme raconté par les membres Carenity

Lire l'article