«
»

Top

Les faux souvenirs : notre mémoire peut-elle nous trahir ?

Publié le 11 janv. 2022 • Par Candice Salomé

Les faux souvenirs, aussi appelés “illusions mnésiques” ou “pseudo-mémoires”, sont des souvenirs qui présentent des distorsions par rapport à la réalité, intégrant des interprétations et des inférences. De manière plus dramatique, ils peuvent également prendre la forme d’évènements qui ne se sont jamais produits. 

Mais alors, pourquoi notre mémoire nous trahit-elle parfois ? Quels sont les mécanismes des faux souvenirs ? Et quelles en sont les causes ?  

On vous dit tout dans notre article ! 

Les faux souvenirs : notre mémoire peut-elle nous trahir ?

Souvent, notre mémoire nous joue de mauvais tours. Parfois, nous oublions des choses et, parfois, nos souvenirs présentent une réalité approximative voire très déformée. Il se peut aussi que notre cerveau construise le souvenir d’un évènement qui ne s’est jamais passé. Ces faux souvenirs ne sont pas toujours anodins quant aux conséquences qu’ils peuvent engendrer. 

Qu’est-ce qu’un souvenir ? 

Selon la définition donnée par Le Larousse, un souvenir est “la survivance, dans la mémoire, d'une sensation, d'une impression, d'une idée, d'un événement passés.” 

Un souvenir change et est en perpétuelle création ou reconstruction. En effet, le cerveau combine des éléments déjà présents dans la mémoire avec ce qu’il entend, apprend, et pense au fil du temps. 

Ce phénomène est particulièrement vrai pour la mémoire “épisodique”. Il s’agit de la mémoire qui concerne les souvenirs de notre vie personnelle. Ainsi, un souvenir n’est jamais figé et s’étoffe à chaque récit d’une nouvelle information ou d’un nouveau commentaire. 

Au fil du temps, il paraît presque impossible d’être capable de dire à quel point un souvenir est vrai. Dans ce souvenir, il y aura du vrai mais, aussi, du faux. 

Les souvenirs sont comme des puzzles. Ainsi, une odeur peut vous rappeler un souvenir d’enfance, une musique peut vous rappeler vos vacances. A partir d’une sensation, d’autres canaux sensoriels s’activent et reconstituent le souvenir.  

Nos souvenirs sont des reconstitutions et l’imagination comble les blancs des éléments non retenus de façon à donner une cohérence à la narration du souvenir. 

Pourquoi notre mémoire déforme-t-elle les souvenirs ? 

Dans notre vie, il y a davantage de faux souvenirs que de vrais et ce, même parmi les souvenirs les plus récents. 

Freud s’est particulièrement intéressé à ce sujet, cherchant alors le sens que les faux souvenirs pouvaient avoir pour l’individu. Pourquoi notre mémoire fabrique-t-elle de faux souvenirs ? 

La mémoire se reconstruit régulièrement et intègre des évènements dénichés dans le présent qui se mélangent à d’autres, plus ou moins anciens et plus ou moins semblables. 

De fait, la mémoire est incapable de restituer une pure réalité, elle fait alors un récit de la réalité. Par conviction personnelle ou par conviction induite, nous fabriquons alors de faux souvenirs. 

Les recherches ont, par ailleurs, démontré que lorsqu'un souvenir est évoqué dans un contexte positif, il deviendra lui-même plus positif que sa version originelle. De même, lorsqu’un souvenir négatif est relaté dans un contexte négatif, celui-ci deviendra encore plus négatif que l’originelle. 

Les faux souvenirs ne représentent pas quelque chose de grave tant qu’ils ne donnent pas lieu à de faux témoignages ou qu’ils ne sont pas induits par malveillance par une personne mal intentionnée, par exemple. 

Néanmoins, il se peut parfois, même si vous semblez vous rappeler précisément d’un souvenir d’enfance, que ce dernier n’ait jamais existé. 

Qu’est-ce que la confabulation ? 

La confabulation se définie comme la survenue de souvenirs d’évènements qui n’ont jamais eu lieu. Il s’agit de cas très rares. En effet, la majorité des faux souvenirs trouvent racines dans le passé.  

Il existe plusieurs formes de confabulation.  

La forme la plus anodine consiste en la production de petites erreurs ou ajouts lorsque l’on essaie d’extraire de sa mémoire plus d’informations que celles que l’on a réellement pu stocker. Il s’agit alors de “confabulations provoquées”. 

Cela peut arriver à tout un chacun mais arrive plus fréquemment après une atteinte cérébrale. 

Les “confabulations fantasques”, quant à elles, défient tout sens des réalités. Elles sont liées à de graves perturbations de la pensée et apparaissent le plus souvent dans des cas de démences avancées

Entre ces deux formes de confabulations, on retrouve les “confabulations momentanées”. Il s’agit de récits erronés d’évènements ou d’activités qu’une personne produit en réponse à des questions ou dans une discussion.  

Selon le Pr Armin Schnider, médecin-chef du Service de neuro-rééducation aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Genève, dans la plupart des cas de confabulation, la partie antérieure du cerveau est lésée. Cela peut faire suite à une rupture d’anévrisme ou d’un traumatisme crânien

Les lésions en cause se trouvent dans le cortex orbitofrontal situé au-dessus des yeux dont le rôle est de filtrer la réalité. Cette zone du cerveau permet de déterminer si une pensée se réfère au présent. Cela se passe très vite, entre 200 et 300 millisecondes, sans même que nous nous rendions compte du contenu de la pensée en question. 

Toujours selon le Pr Armin Schnider, les patients touchés par ces lésions n’apprennent pas de leurs erreurs quand ils voient que leurs anticipations ne se réalisent pas. 

Qu’est-ce que la sensation de “déjà vu” ? 

Contrairement à la confabulation, le sentiment de déjà-vu n’est pas une confusion du passé et du présent. Au contraire, il s’agit d’une impression de familiarité exacerbée de l’instant présent. Nous restons connectés avec la réalité

En effet, nous sommes nombreux à avoir déjà éprouvé, pendant quelques secondes, le sentiment d’être déjà venu dans une maison inconnue, par exemple. Cela est pourtant impossible mais cette sensation est assez banale. Environ 7 personnes sur 10 l’ont déjà vécu au moins une fois dans leur vie. 

Cela s’explique par certains indices comme une odeur, la luminosité, la voix de la personne à nos côtés à cet instant qui vont activer la “zone de familiarité”.  

Côté cerveau, le déjà-vu serait provoqué par une interaction du cortex temporal –qui traite des informations sensorielles– et de l’hippocampe, impliqué dans la mémoire et le sens de la familiarité. Deux mécanismes distincts, deux régions du cerveau différentes, déjà-vu et confabulation n’ont donc en commun que les interrogations scientifiques qu’ils suscitent encore à l’heure actuelle. 


Cet article vous a-t-il été utile ?   
  
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !  
     
Prenez soin de vous !    


73
avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

9 commentaires


Mamankat
le 11/01/2022

Merci pour cet article très utile.

Est ce qu'il serait possible d'avoir une atteinte aux cerveau, causé par une désinformation mémorielle continue dans l'enfance.

Je m'explique, dans mon enfance ma génitrice insistait sur le fait que tous mes souvenirs étaient erronées et que je mentais sans arrêt. Aujourd'hui ma mémoire est un gruyère et je voulais savoir si ça à un rapport.



aquarella
le 11/01/2022

@Mamankat oui ça me parait logique puisque votre génitrice vous disait que vos souvenirs étaient erronés et que enfant on pense que nos parents on toujours raison, ça parait normal que vous ne vous fassiez plus confiance et donc qu'une partie de vos souvenirs soient effacés après si on a subit des choses trop difficiles dans son enfance notre cerveau pour nous protéger nous permet de les oublier et là quand on lit cet article je me demande moi aussi si mon géniteur m'a bien dit que j'étais une feignante à 10 ans, et pourtant se souvenir m'a suivi toute mon enfance et malgré la maladie chronique j'ai essayé de travailler toute ma vie pour lui prouver que j'étais pas feignante je serais libre que le jour ou il mourra....


nephertitih
le 17/01/2022

On m'a dit que comme j'étais épileptique, ma mère faisant des troubles mnésiques, plus tard j'en serai atteinte. Est-ce vrai car mon médecin s'en fiche et ne veux pas me conseiller.


aquarella
le 18/01/2022

@nephertitih qui vous a dit ça puisque votre médecin s'en fiche ?


aquarella
le 18/01/2022

Ce qui me fait peur dans cet article c'est que si on ne peut pas se fier à notre mémoire, toutes les condamnations pour viols deviennent caduques avec ce genre d'affirmation... C'est très inquiétant

Vous aimerez aussi

Quels médicaments sont nocifs pour nos yeux ?

Quels médicaments sont nocifs pour nos yeux ?

Lire l'article
Déserts médicaux en France : pourquoi sont-ils apparus ? Quelles sont les solutions possibles ?

Déserts médicaux en France : pourquoi sont-ils apparus ? Quelles sont les solutions possibles ?

Lire l'article
Canicule : quelles précautions prendre en cas de fortes chaleurs ?

Canicule : quelles précautions prendre en cas de fortes chaleurs ?

Lire l'article
Médicament Losartan : pour quelles pathologies et quels effets secondaires ?

Médicament Losartan : pour quelles pathologies et quels effets secondaires ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées