«
»

Top

Le cannabis thérapeutique, autorisé à la fin de l'année 2018 ?

11 sept. 2018 • 334 commentaires

Le cannabis thérapeutique, autorisé à la fin de l'année 2018 ?

L'autorisation du cannabis thérapeutique divise les autorités... et nos membres ! L'Agence du médicament ANSM vient de créer un comité pour évaluer la pertinence de l'utilisation thérapeutique du cannabis en France. Les premières conclusions sont attendues dès la fin de l'année 2018.

 

cannabis thérapeutique

Évaluer l'intérêt thérapeutique du cannabis

Le comité fondé par l'Agence du médicament, nommé pour un an, aura pour objectif d'évaluer l'intérêt thérapeutique du cannabis dans le traitement de certaines pathologies. Ce comité réfléchira également aux modalités de mise à disposition du cannabis le cas échéant. Les premières conclusions sont attendues d'ici la fin de l'année.

Pour mener à bien sa mission, la comité analysera l'ensemble des données scientifiques disponibles mais s'intéressera aussi à l'expérience d'autres pays l'ayant déjà mis en place. Une trentaine de pays ont, en effet, légalisé partiellement ou totalement le cannabis à usage médical.

L'ANSM revendique également de prendre en compte le point de vue des patients. "Des représentants associatifs, des professionnels en santé et en sciences humaines seront étroitement associés aux travaux de ce Comité, soit en qualité de membres, soit en étant auditionnés", a précisé l'Agence. Les membres de cette structure seront nommés "dans les prochaines semaines".

Ce que dit la loi en France

Les médicaments à base de cannabis peuvent déjà faire l'objet d'une Autorisation de mise sur le marché (AMM) depuis 2013. Dans les faits, un seul en a bénéficié : le Sativex, spray destiné à soulager des malades atteints de sclérose en plaques. Il a obtenu cette autorisation en janvier 2014 mais n'est toujours pas commercialisé, en raison d'un désaccord sur son prix de vente.

En revanche, la consommation des joints de cannabis est pénalisée quel qu'en soit l'usage: la loi française ne fait pas de distinction entre leur usage récréatif et thérapeutique.

Dans une tribune publiée en juillet, plusieurs élus PS, LREM et EELV ont demandé la légalisation du cannabis à usage thérapeutique. Ces derniers avancent le chiffre de 300.000 patients qui pourraient en profiter contre "la douleur chronique, les troubles physiques provoqués par les chimiothérapies et les spasmes musculaires liés à la sclérose en plaques".

En juillet, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait affirmé qu'elle n'excluait pas d'autoriser les cigarettes de cannabis à usage thérapeutique si elles apportent "un plus" par rapport aux médicaments déjà autorisés.

L'avis des membres sur Carenity

Plusieurs discussions sur la dépénalisation du cannabis ont fait coulé beaucoup d'encre sur notre forum...

Les membres plutôt contre : le risque de dépendance

Face à la consommation de cannabis et notamment de joints contre la douleur, @pseudo-masqué‍  ‍pense qu'il y a "accoutumance" et qu'il s'agit "d'une drogue avant tout", soutenu par @pseudo-masqué‍ qui a vu l'un de ses frères "devenir complètement dépendant au cannabis". Également opposée à la dépénalisation, @pseudo-masqué‍ s'inquiète des dégâts causés par les personnes droguées. @pseudo-masqué‍ rappelle que le cannabis n'est pas un produit miracle et que les "effets recherchés ne sont pas toujours obtenus", tout en citant des effets secondaires indésirables liés à sa consommation. 

Les membres plutôt pour : un formidable médicament s'il est encadré

@pseudo-masqué‍ ‍explique que médicalement encadré (si et seulement si), le cannabis "serait un très bon produit anti-douleur", comme @pseudo-masqué‍ : "on ne demande pas que le cannabis soit en vente libre mais il faut que ce soit distribué par un médecin. Il y en a marre de laisser les malades en train de souffrir". Idem, @pseudo-masqué‍ exorte les membres à bien "faire la différence entre le cannabis-drogue et le cannabis-thérapeutique", ce dernier n'ayant pas les mêmes effets. @pseudo-masqué‍, qui souffre de SEP, confirme que son "inhalateur spécial" est "la seule chose qui marche, aucun autre médicament ne peut calmer mes soubresauts spastiques". @pseudo-masqué‍ se désolait du retard de la France sur d'autres pays : "Nous ne pouvons plus continuer à supporter des douleurs qui peuvent être traitées".  

 

Alors, à quand la généralisation du cannabis thérapeutique ?

Carenity

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le... >> En savoir plus

Commentaires

le 12/09/2018

Ha tu m'etonnes👍légalisée je souffre avec toutes les drogues déjà  autorisée alors je veux essayer autre chose...avec ces conneries de tramadole et valium g pris un 33 tonnes de camions d'assenissement contre la tronche... gt a deux doigt d'y rester.. remarque je coûterai moin chère à  la secu c ça  le but.....? 

C nul surtout que c pas pratique qd je dois bosser pour payer mon crédit et aussi l'assurence de mon credit qui me coûte 2 bras et en passant ne fera rien pk j'ai une SPA..donc pour taffer je prend pas de medocs pour pas être  stone ben oui jm'occupe d'handicapés  mentaux donc un peu de sérieux au boulot pk tramadole oxynorm skenan hilala pas facile de se concentrer!!! Super le soir chui GRRRRR Douloureuse horrible tendu donc hop hop hop hop hop 5 pillule ...dodo 4h du mat mm ben hop hop 2 pillules dodo etc 12h j'arrete les medocs et c reparti. ..

Alors bonjour le corps etc ben ca suit pl y s c con a comprendre ça pour le gouvernement! !!!

Et pourquoi il se focalise sur la sclérose oui c une maladie grave! Y'a un ministre qui as un pote qui a cette maladie mais y'en a pleins d'autres???? Des tumeurs et les fin de vie? 

Merci bise à tous 

le 12/09/2018

Bonsoir, je suis nouvellement diagnostiqué polyarthrite rhumatoïde, je souffre énormément et je vois que vous connaissez l’huile de cannabis et je voudrais essayer ça me semble efficace, où que je peux m’en procurer rapidement ?

Autre chose,  je fais la lecture d’amaigrissement perdons nous beaucoup de livre?

Merci  de votre partage!

le 13/09/2018

Bonjour,

Si le CBD est ce qui a été décrit, alors pas d'accoutumance. Donc s'il reste le seul principe antidouleur et qu'on ne tombe pas dans un paradis artificiel, et que la production est bien contrôlée (pourquoi ne le serait-elle pas ?), je suis prêt à troquer mes Doliprane (attention au foie), Lamaline et Tramadol (opium) et leurs cortèges d'effets secondaires.

Qui a réagi à l'évocation de l'opium avec les Lamaline et Tramadol ? L'opium est aussi une drogue dure. Et la morphine ?

Je n'ai jamais consommé de drogue au sens produit illicite.

Mais la pharmacopée occidentale est (était) basée à 90% sur les principes actifs des plantes.

Et la médecine chinoise en Chine ne propose pas des pilules mais des plantes, ...

Pas peur d'une médecine raisonnée pourvu qu'elle marche, avec le moins d'effets secondaires possibles.

le 13/09/2018

Bonjour , je soutiens @pseudo-masqué‍ et @pseudo-masqué‍  concernant la problématique soulevée , à savoir l' autoriser mais avec un encadrement très strict "...  @pseudo-masqué‍ explique que médicalement encadré (si et seulement si), le cannabis "serait un très bon produit anti-douleur", comme @pseudo-masqué‍  : "on ne demande pas que le cannabis soit en vente libre mais il faut que ce soit distribué par un médecin. Il y en a marre de laisser les malades en train de souffrir". Idem, @pseudo-masqué‍  exorte les membres à bien "faire la différence entre le cannabis-drogue et le cannabis-thérapeutique", ce dernier n'ayant pas les mêmes effets...".

Si enfin il s'avère être la solution aux douleurs , spasticité , contractures , spasmes , tremblements liés à la SEP , pourquoi ne pas accompagner ces patients en souffrance 

Voir ce document actu de 2013 , et 5 ans après les résultats ... . Quand au CBD aujourd'hui vers qui certains patients se tournent par dépit ( il y en a sur ce forum qui en sont très satisfaits voir témoignages ci-dessus)  , c'est lamentable d'être obligé en arriver là pour se sentir mieux , mieux supporter les traitements et la maladie  , sans surveillance (et parfois en prenant sciemment des risques tellement c'est dur )  ni remboursement non plus comme tout ce qui fait du bien !  On mélange tout ... encore une fois les sous le fric dominent ...

le 13/09/2018

Le temps passe mais on se retrouve toujours @pseudo-masqué‍   pour les problématiques, les polémiques et ........les fous-rires quand il y a lieu ! Réconfortant !

Vous aimerez aussi

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lupus
Polyarthrite rhumatoïde

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lire l'article
Coronavirus et hypertension artérielle

Hypertension artérielle

Coronavirus et hypertension artérielle

Lire l'article
Coronavirus et cancer

Coronavirus et cancer

Lire l'article
Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Lire l'article