«
»

Top

Grippe : en quoi consiste le plan d'urgence Orsan ?

20 févr. 2015 • 6 commentaires

Grippe : en quoi consiste le plan d'urgence Orsan ?
Pour répondre à l'épidémie qui touche déjà plus de deux millions de personnes, la ministre de la Santé Marisol Touraine a déclenché ce jeudi soir le plan Orsan.

Hôpitaux surchargés, manque de lits, services des urgences sous tension... En raison de l'épidémie de grippe qui touche plus de deux millions de personnes à ce jour, la ministre de la Santé Marisol Touraine a déclenché jeudi soir le plan Orsan (organisation de l'offre de soins en situations sanitaires exceptionnelles).

» En quoi consiste ce plan ?

Selon le ministère de la Santé, ce plan permet «de déprogrammer des activités non indispensables, d'ouvrir des lits supplémentaires, de rappeler des personnels et de renforcer ponctuellement les équipes de professionnels de santé dans les établissements en difficulté», a détaillé le ministère. Concrètement, «cela veut dire qu'on arrête de faire rentrer des gens qui ont une intervention programmée dans les hôpitaux», explique le médecin urgentiste Christophe Prudhomme, porte-parole de l'Amuf (association des médecins urgentistes de France) sur France Info. De fait, les personnes ayant prévu de se faire hospitaliser voient leur rendez-vous repoussés ou sont réaffectées dans un autre service pour pouvoir libérer un maximum de places pour les grippés. «On ne décale les opérations que lorsqu'il n'y a pas de conséquence néfaste pour la santé du patient évidemment», rassure le médecin sur BFMTV. Rien que la semaine dernière, 245 nouveaux cas graves de grippe ont été hospitalisés.

» Dans quelles situations ce plan est-il déclenché ?

Pandémie grippale, gestion d'une crise nucléaire, canicule, ce plan d'urgences peut être activé en fonction de la situation. Il existe cinq plans différents:

1) ORSAN AMAVI: il s'agit de l'accueil massif de victimes non contaminées

2) ORSAN CLIM: il correspond à la prise en charge de nombreux patients suite à un phénomène climatique

3) ORSAN EPI-VAC: il consiste à gérer une épidémie ou pandémie sur le territoire national, pouvant comprendre l'organisation d'une campagne de vaccination exceptionnelle par le système de santé

4) ORSAN BIO: c'est la prise en charge d'un risque biologique connu ou émergent

5) ORSAN NRC: en cas de risque nucléaire, radiologique ou chimique, c'est ce plan qui est activé

» Qui fait quoi?

Alors que les Agences régionales de santé (ARS) ont pour mission de coordonner le plan Orasan au niveau régional, les hôpitaux publics comme privés doivent faire en sorte d'accueillir un maximum de patients prioritaires, notamment au niveau des services d'urgences. De leur côté, les médecins libéraux peuvent être amenés à participer à des campagnes de vaccination au suivi de patients hospitalisés à domicile dans le cadre de situations nécessitant de conserver des lits disponibles et à la réalisation d'analyses biologiques. Le secteur médico-social est lui aussi mobilisé pour assurer la prise en charge sur place des malades dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Le ministère de la Santé peut aussi faire appel aux réservistes sanitaires (retraités, étudiants, remplaçants) et au service de santé des armées (SSA).

Le Figaro santé

Commentaires

le 20/02/2015

R. Bachelot nous avait déclenché une pandémie lors de la grippe H1N1. ...

Le vaccin de cette année s'est révélé inefficace après les pubs traditionnelles pour la vaccination en masse...

Peut-on comparer la Pandémie de "peste noire" ou la "grippe espagnole" à la grippe 2014 ? pour les labos 2015/2016 y a du marketting à anticiper.

Serena

le 20/02/2015

ah ah ah Serena ! en matière de marketing, je ne me bile pas du tout pour les labos ! ILS S'Y CONNAISSENT PARFAITEMENT !

le 20/02/2015

C'était du 3ème degré

le 20/02/2015

bonsoir,

 ce que je trouve de plus inquiétant dans ces nouvelles, c'est que l'on déclenche ce plan à partir de deux millions de personnes atteintes, alors que l'on est 66 millions de français.

en cas de pandémie d'une maladie grave on serait foutu, les moyens ne sont pas la.

un joli plan avec aucun moyen !!!

cordialement, James42.

le 21/02/2015

Bonjour

Ce que mon expérience professionnelle, 43 ans,  y compris dans le domaine de la gestion de crise m’a appris : Déclencher un plan d’urgence réglementaire, dans lequel est décrit les règles d'organisation, les moyens en place et disponibles afin de minimiser les conséquences d'une épidémie potentiellement majeure pour les personnes, est justifié. L'élaboration du plan d’urgence se fait dans une logique volontairement déterministe. Il prend comme hypothèses l'apparition d'événements pouvant conduire à des  scénarii majorants,  il  n’a pas vocation dans sa structure et sa logique d'être exhaustif, il fourni des éléments de réponses techniques et organisationnels. C’est une démarche, qui pour être efficace et pertinente se doit d’être volontariste, elle est fastidieuse  et conduit à l'élaboration d'une méthodologie très lourde à élaborer, à gérer et surtout à exploiter lors d'une gestion de crise pour le bien de tous. jolepotager

Vous aimerez aussi

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Dépression
Dépression post partum

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Lire l'article
Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article