«
»

Top

Coronavirus et diabète

28 avr. 2020 • 3 commentaires

Selon le Centre Européen d’Etude du diabète, une personne sur dix est atteinte de diabète en France et 500 à 800 000 personnes l’ignorent encore. Le diabète de type 2 représente plus de 90% des cas. Les patients diabétiques insulinodépendants (qui ne sécrètent plus d’insuline) ainsi que ceux présentant des complications du diabète (neuropathie, néphropathie, maladies cardiovasculaires…) ont un risque plus élevé de développer une forme grave selon le Haut Conseil de Santé Publique.

Qu’est-ce qui explique ce risque ? Comment bien se protéger ? Doit-on craindre une pénurie de traitements antidiabétiques ? On répond à toutes vos questions !

Coronavirus et diabète

Pourquoi mon diabète m’expose-t-il à un risque plus important de complications ?

Selon le Professeur Lyse Bordier, Chef de Service de Diabétologie à l’hôpital militaire Begin, les patients diabétiques présentent des défenses immunitaires plus faibles que celles des patients sains. Leur corps se défend donc moins bien en cas de contamination par le SARS-CoV-2 (coronavirus) et ils peuvent développer une forme grave de l’infection.

Un diabète mal équilibré entraîne des hyperglycémies plus fréquentes qui altèrent également les organes et les défenses immunitaires, conduisant à de possibles complications en cas d’infection.

Ce risque est d’autant plus important si vous présentez des comorbidités, c’est-à-dire d’autres pathologies associées à votre diabète, comme une hypertension artérielle et autres problèmes cardio-vasculaires, un surpoids ou une obésité…

Une étude publiée dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine sur des patients pris en charge à l’hôpital en Chine entre le 9 janvier et le 15 février 2020, a montré que la majorité des patients décédés des suites de complications à l’infection étaient des hommes d’environ 50 ans qui présentaient une hypertension artérielle ou un diabète (sans préciser quel type de diabète).

Le COVID-19 peut-il aggraver mon diabète ?

Le Pr Bordier précise que l’infection au coronavirus peut aussi aggraver le diabète chez un patient stable. En effet les patients diabétiques hospitalisés peuvent présenter une augmentation des besoins en insuline pour les patients insulinodépendants, ou bien peuvent nécessiter un passage à l’insulinothérapie pour les patients traités par des antidiabétiques oraux comme la METFORMINE, GLUCOPHAGE, AMAREL ou DIAMICRON.

Il existe plusieurs hypothèses, selon le Pr Bordier, quant à cette déstabilisation du diabète par le virus. Cependant à cause du manque de recul sur l’épidémie, aucune n’est scientifiquement validée pour l’heure.
Ces hypothèses sont les suivantes : 

  • la glycémie peut être déstabilisée par les mécanismes de l’infection
  • le SARS-CoV-2 pourrait avoir une action directe sur des organes comme le pancréas et le foie, entraînant une altération de la sécrétion d’insuline.

Y a-t-il un risque différent en fonction de l’âge des patients diabétiques ?

Quelle que soit la pathologie chronique, et l'existence ou non d’une pathologie chronique, le risque de développer des complications au COVID-19 augmente avec l’âge. En effet, plus vous êtes âgé, moins vos défenses immunitaires sont capables de vous protéger efficacement contre une infection.
Donc les patients diabétiques les plus âgés sont plus exposés à ce risque.

Le prédiabète est-il un facteur de risque de complications ?

Pour rappel, le prédiabète est défini par une glycémie à jeun se situant entre 1,10 g/L et 1,25 g/L. Le prédiabète peut être observé avant le passage à un diabète de type 2 (glycémie à jeun > 1,25 g/L), et peut aussi être stabilisé par une adaptation de l’alimentation et du mode de vie.

Bien que vous ne présentiez pas d’hyperglycémie au stade de prédiabète, cette valeur de glycémie plus élevée que la normale peut vous exposer à un risque de déstabilisation de votre glycémie en cas d’infection par le coronavirus. Cette déstabilisation peut se traduire par un diabète de type 2 insulino-dépendant transitoire pendant la période de l’infection.

Le manque de données ne permet pas de dire si l’infection peut aussi entraîner le passage d’un prédiabète à un diabète à long terme, après la guérison.

Comment garder un diabète stabilisé malgré les changements de vie qu’implique le confinement ?

Le Pr Bordier ainsi que la Fédération Française des Diabétiques rappellent quelques conseils essentiels comme :

  • Renforcer votre surveillance auto-glycémique, afin de s’assurer que votre diabète est stable.
  • Avoir de quoi « tenir » 2 semaines pour le traitement (insuline notamment) mais aussi le matériel de traitement (aiguilles, cathéters et réservoirs ou pods, schéma de remplacement, piles), le matériel de surveillance (capteurs, bandelettes pour sucre et acétone, lecteur, piles et/ou chargeur), sucre, kit de Glucagen.
  • Garder une activité physique quotidienne, même modérée. Retrouvez les conseils de l’Association du Diabète (Belge).
    Un partenariat entre le ministère des Sports et les applications Be Sport, My Coach et Goove app a également été conclu pour proposer gratuitement leurs cours conçus par des professionnels du sport, mais également de la santé et de l’activité physique adaptée.
  • Connaître la conduite à tenir en cas de déséquilibre du diabète (hypoglycémies notamment) : recherche d’acétone, bolus de correction…
  • Avoir les numéros d’urgences à disposition : le 15, le numéro du cabinet ou du service de diabétologie, les numéros d’astreinte médicale et technique en cas de traitement par pompe.
  • Garder un lien thérapeutique avec votre médecin traitant ou votre diabétologue, si possible à l’aide de la téléconsultation, afin d’éviter la survenue de complications graves propres au diabète. Il est aussi fondamental de poursuivre les traitements et le suivi cardiologique nécessaires tout autant que le suivi diabétologique voire podologique, ophtalmologique ou néphrologique.
  • Éviter de se rendre dans les laboratoires d’analyse (où potentiellement le risque de contamination existe) sauf si votre médecin vous indique que l’analyse est urgente et nécessaire évidemment. Pour toute question relative à vos examens et analyses, n’hésitez pas à interroger votre médecin. Selon la Fédération Française des Diabétique, un dosage d'HbA1c peut être différé d'un mois, sans conséquences. Quoiqu'il en soit et dans tous les cas, respectez les mesures et gestes barrières.

J’ai une plaie au pied : puis-je différer mes soins ?

L’Ordre National des Pédicures Podologues a mis en place et coordonne des Structures d’Urgences Podologiques (SUP) pour permettre aux patients atteints de diabète (et autres ALD) d’être pris en charge rapidement et de limiter les risques de complications dus à un retard de soins, qui peuvent être sources d’hospitalisations lourdes.

Si vous pensez avoir besoin d’une prise en charge podologique, en urgence (plaie, lésion anormale …), contactez votre pédicure-podologue habituel ou directement votre médecin généraliste qui évaluera l’urgence de votre situation et vous orientera, si besoin, et sur prescription médicale vers la structure d’urgence de votre département.

N’hésitez pas à consulter le site de l’Assurance Maladie qui a mis au point une fiche conseil sur le suivi des pieds du diabétique !

Doit-on craindre une pénurie des traitements du diabète ?

Rien n’indique que les médicaments relatifs au traitement du diabète (insuline et autres) puissent être concernés par une pénurie. De même, il n’y a pas, pour l’instant, de ruptures d’approvisionnements pour les dispositifs médicaux (capteurs, consommable).

Nous vous rappelons que les pharmaciens d’officine sont autorisés à dispenser le nombre de boîtes de médicaments nécessaire à la poursuite de votre traitement jusqu’au 31 mai 2020, dans le cas où l’ordonnance est expirée et que vous n’avez pas pu la faire renouveler par votre médecin.

Puis-je bénéficier de dispositifs dérogatoires d'arrêt de travail mis en place par l'assurance maladie ?

Dès le 1er mai 2020 et jusqu’au 11 mai à minima, l’Assurance Maladie propose aux diabétiques de type 1 et 2 de bénéficier du dispositif dérogatoire d’arrêt de travail.

Les salariés seront considérés comme étant en chômage partiel et percevront 84% de leur salaire (100% pour les personnes touchant le SMIC). Cela est valable pour les personnes à risque mais aussi pour leurs proches (se tourner vers le médecin traitant pour les proches de patients). 

Les fonctionnaires, les travailleurs indépendants, les agents contractuels du droit public pourront continuer à demander un arrêt de travail dans les mêmes conditions sur le site de l'Assurance Maladie.

Les soignants ne pourront pas bénéficier du télé-service mis en place par l'Assurance Maladie mais pourront faire appel à la médecine du travail qui décidera au cas par cas.

Comment trouver du soutien sur Carenity ?

Carenity compte aujourd’hui des milliers de patients et proches de patients concernés par le diabète de type 1 et de type 2. Sur la plateforme, vous pouvez trouver le soutien des autres membres de la communauté. Il est important de s’entraider en particulier dans ce contexte difficile de pandémie du Covid-19. Rejoignez dès maintenant les discussions du moment !

Contacts et sites utiles

  • La Fédération française des diabétiques est une association de patients. Depuis sa création en 1938, ses principales missions sont de : prévenir, informer, accompagner et défendre les personnes touchées par le diabète.
  • L’Aide aux Jeunes Diabétiques (AJD) est une association originale qui allie familles de patients, patients et soignants pour aider les jeunes qui ont un diabète à vivre une vie pleinement épanouissante tout en préservant leur santé.
  • L’Association Française des Femmes Diabétiques (AFFD) s’adresse aux femmes atteintes de diabète (type 1, type 2, gestationnel…) et à leur entourage personnel et professionnel.
  • Programme National Nutrition Santé (PNNS) - MangerBouger.fr

Cet article vous a-t-il été utile ? Avez-vous d’autres conseils à partager à la communauté ? 

Bon courage à tous, prenez soin de vous !

 

avatar Camille Dauvergne

Auteur : Camille Dauvergne, Junior Community Manager France

Etudiante en 4ème année de pharmacie, Camille participe à la rédaction d’articles du Magazine Santé et à la mise à jour des fiches maladies et médicaments... >> En savoir plus

Commentaires

arlesienne
le 28/04/2020

bonsoir amie! votre reportage est trés bien expliqué! ile site carenity est sérieux et on suit a la lettre ce qu'il est dit! il n'y a aucun problème! tout est bien parfait! a bientot,bonne soirée

boussafsafb
le 30/04/2020
le texte permet d'avoir des idées précises sur le risque d'être contaminé par le civid-19 pour les diabétiques!
SAW1967
le 05/05/2020

Parfait , comme toujours

Vous aimerez aussi

Diabète de type 2 : mieux connaître la Metformine

Diabète de type 2

Diabète de type 2 : mieux connaître la Metformine

Lire l'article
Diabète : enquête sur une maladie banalisée

Diabète de type 1
Diabète de type 2

Diabète : enquête sur une maladie banalisée

Lire l'article
Diabète : Roche se lance dans le marché français des capteurs nouvelle génération

Diabète de type 1
Diabète de type 2

Diabète : Roche se lance dans le marché français des capteurs nouvelle génération

Lire l'article
Plus de 50% des adultes américains sont prédiabétiques ou diabétiques

Diabète de type 1
Diabète de type 2

Plus de 50% des adultes américains sont prédiabétiques ou diabétiques

Lire l'article