Traitements de l'infertilité

En France plus de 120 000 cycles de traitement ont été réalisés en 2008, toutes techniques confondues. Ils ont conduit à la naissance de plus de 20 000 enfants, soit 2,4% de l’ensemble des naissances.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Le choix du traitement se fait en fonction de l’âge du patient, de son (ou sa) partenaire et de ses préférences personnelles. Certaines causes d’infertilité demeurent incurables. Cependant, des méthodes d’assistance médicale à la procréation existent.



Chez la femme, le but est d’induire une ovulation. Il faut pouvoir libérer les ovules retenus dans les ovaires en les stimulant par des hormones.
Les médicaments utilisés sont des hormones analogues des hormones physiologiques, la FSH (hormone de stimulation folliculaire) et la LH (hormone lutéinisante). Elles stimulent, à des étapes différentes, la maturation des follicules ovariens et permettent l’ovulation.

Si le problème est situé au niveau de l’ovaire, on parle d’insuffisance ovarienne et la situation est comparable à une ménopause précoce. C’est une situation qui peut être définitive mais il existe des cas de rémission. L’équipe médicale propose alors au couple des dons de gamètes qui seront fécondés par les spermatozoïdes de l’homme et seront enfin réimplantés dans l’utérus de la mère.

Si une obstruction se situe au niveau de l’utérus ou des trompes, on peut faire appel à la chirurgie pour retirer un obstacle à l’ovulation. Enfin, dans de rares cas, la muqueuse de l’utérus est de mauvaise qualité et ne peut recevoir d’ovule fécondé.

Chez l'homme, les troubles sexuels, comme l’éjaculation précoce ou la dysfonction érectile, doivent être traités spécifiquement par des médicaments et des approches comportementales.

Quand l’infertilité est due à un manque de spermatozoïde, des traitements chirurgicaux ou hormonaux sont mis en place. Le traitement par injection d’hormones est toutefois beaucoup plus long chez l’homme que chez la femme.

Dans le cas d’une insuffisance du testicule, de la même manière que l’insuffisance ovarienne, on peut proposer au patient des dons de spermatozoïdes. En cas d’obstacle au niveau du testicule, on peut réaliser une biopsie pour prélever les spermatozoïdes retenus dans le testicule, que l’on fera maturer avant fécondation d’un ovocyte.

Assistance médicale à la procréation

On parle d’assistance médicale à la procréation dès lors que l’on procède à des injections d’hormones.

Pour la fécondation in vitro, on prélève des ovocytes chez la femme préalablement stimulée par de fortes doses d’hormones. Ces ovocytes sont ensuite mis en contact avec des spermatozoïdes. Dans le cas où ces spermatozoïdes sont injectés artificiellement dans l’ovule, on parle de micro injection intracytoplasmique (ICSI).
Une fois que la fécondation a eu lieu, l’embryon se crée par division cellulaire et cet embryon est transféré dans l’utérus.
Pour s’assurer de la réussite du traitement, on réalise enfin un dosage des bêtaHCG, hormone spécifique de la grossesse.

Article rédigé sous la supervision du Pr. Philippe Touraine, Chef du Service d'Endocrinologie et Médecine de la Reproduction à la Pitié Salpêtrière à Paris Sources : Bulletin épidémiologique hebdomadaire (14 juin 2011/n°23-24)

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 151 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme