Diagnostic de l’herpès génital

Le diagnostic de l’herpès génital repose sur l’examen des lésions par un médecin. Néanmoins, il ne s’agit pas toujours d’un diagnostic particulièrement évident. C’est pourquoi un certain nombre de professionnels de santé préfèrent passer par une confirmation virologique du diagnostic.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Ces prélèvements doivent être faits dans un laboratoire équipé pour la virologie. Il peut aussi, notamment à l’hôpital, être fait par le médecin lui-même, en tentant idéalement de prélever des vésicules ou des bulles qui sont riches en virus. Ceci implique qu’il soit effectué dans les 48 premières heures. Le résultat, généralement obtenu en 48 heures, permettra au médecin de confirmer ou non son diagnostic.    

Si l’herpès est confirmé, le médecin peut également rechercher la présence d’autres infections sexuellement transmissibles (VIH/sida, hépatites, chlamydiae, etc.) chez le patient ainsi que celle d’herpès génital chez son partenaire.

Une prise de sang pour détecter l’herpès génital ?

Une prise de sang peut être réalisée afin de rechercher la présence d’anticorps de l’herpès génital dans le sang mais cette méthode n’a pas d’intérêt diagnostique car la maladie peut être ancienne et le patient ne pas avoir de poussée alors qu'on retrouvera des anticorps. En revanche, la recherche d’anticorps spécifique du virus de l’herpès (HSV2) est utilisée pour estimer le pourcentage d’individus porteurs au sein d’une population.

Source : Eurekasante.fr

Dernière mise à jour : 26/04/2017

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Fiches maladies

Actualité - Herpès génital