Greffe de rein : tout savoir

La greffe de rein est la transplantation d’organe la plus fréquente. Elle s’effectue avec une intervention chirurgicale qui consiste à insérer un rein sain, prélevé chez un donneur décédé ou encore vivant, dans la partie antérieure de l’abdomen du patient.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Greffe de rein

La greffe de rein représente le meilleur traitement possible pour les patients affectés d’insuffisance rénale chronique, car cette intervention est en mesure de restituer une fonction rénale normale et permet à la majeure partie des patients le retour à une vie socialement productive. Un seul rein est suffisant à l’organisme pour suivre une vie normale, cependant sans excès et abus alimentaire qui peuvent provoquer un risque d’insuffisance rénale.

Les candidats à la greffe de rein doivent se soumettre à une série d’examens, pour exclure l’éventuelle présence de maladies qui contrindiquent l’intervention et la successive thérapie antirejet. Généralement, la transplantation rénale dure de 2 à 4 heures environ, et peut être effectuée chez des patients âgés de quelques mois jusqu’à plus de 75 ans. Le rein transplanté est positionné dans une zone différente de celle d’origine, et précisément dans une des deux fosses iliaques, sans endommager le péritoine. L’artère rénale est anastomosée à l'artère iliaque et la veine rénale à la veine iliaque externe du destinataire. Enfin, l'uretère est implanté dans la vessie, de manière à faire s’écouler librement l'urine dans cette dernière. Dans la majorité des cas, les reins d’origine ne sont pas enlevés, à moins qu’ils puissent être la cause de complications cliniques successives.

Transplatation rénale et rejet

Le système HLA représente chez l’homme le complexe majeur d'histocompatibilité, qui s’exprime sur la superficie cellulaire à travers un groupe d'antigènes. C’est pour cette raison que le donneur et le receveur doivent être compatibles, c’est-à-dire avoir le même groupe sanguin. Cependant, grâce aux traitements antirejets qui sont de plus en plus efficaces, la compatibilité du groupe sanguin n’est pas dans tous les cas nécessaire.

Le taux de survie un an après la greffe du rein chez les patients transplantés d’un rein prélevé sur un donneur décédé avoisine les 95% et la fonctionnalité de l’organe chez les adultes est de 91% et de 100% chez les enfants (traités avec une thérapie immunosuppressive).

Grâce aux récents médicaments immunosuppresseurs, la qualité de vie des patients transplantés d’un rein s’est améliorée de manière significative, et l'espérance de vie est beaucoup plus élevée que celui des patients sous dialyse chronique.

La thérapie antirejet (ou thérapie immunosuppressive) commence durant l’intervention et doit être poursuivie durant toute la vie du patient transplanté. Cette thérapie prévoit l’administration d’une association de médicaments à des dosages appropriés à chaque patient, de manière à ce que les fonctions du système immunitaire soient inhibées. Sans ce traitement, le système immunitaire peut reconnaitre le nouvel organe comme un corps étranger et l’attaquer.

Sources : Agence de la Biomédecine

La communauté Greffe de rein

Répartition des 91 membres Greffe de rein sur Carenity

Moyenne d'âge de nos patients Greffe de rein

Répartition géographique de nos patients Greffe de rein


Vous souhaitez échanger avec nos membres à propos de cette maladie ?


Rejoignez les 193 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & anonyme

Greffe de rein sur le forum

Forum
07/10/2018 à 01:44

Un membre a réagi à la discussion Expérience de transplantation

Forum
17/09/2018 à 13:39

Un membre a réagi à la discussion Anti-rejets doivent-ils vraiment être pris à vie ?

Voir le forum Greffe de rein

Témoignages Greffe de rein

Voir le témoignage
Voir le témoignage

Voir plus de témoignages