Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère

/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Santé de la femme

13 réponses

180 lectures

Sujet de la discussion



Posté le
Des violences gynécologiques dénoncées

Rendez-vous intime et régulier dans la vie d'une femme, l'examen gynécologique est parfois vécu comme une source d'embarras mais peut se transformer en un moment physiquement et psychologiquement violent. Le médecin généraliste et écrivain français Martin Winckler a dénoncé ce phénomène dans l’un de ses livres : « quand un professionnel maltraite physiquement ou verbalement une patiente et répond à ses protestations (ou à ses signes de douleurs) par le mépris, c'est de la maltraitance, ce n’est plus une maladresse ». Selon lui, la forme de maltraitance la plus fréquente est le jugement porté par le médecin sur le poids de sa patiente, son choix contraceptif, son orientation sexuelle, sa volonté ou non d’avoir des enfants…

>> 70% des patients ont déjà menti à leur médecin, notamment pour éviter son jugement

« Le silence, le mépris, la dérision, la menace, le chantage sont monnaie courante, et ils sont inacceptables » poursuit Martin Winckler. En effet, on se rend chez son médecin pour être accompagnée et comprise, non pour être jugée. Les violences dépassent parfois le cadre du psychologique : de nombreuses femmes ont pris la parole, notamment sur les réseaux sociaux, pour dénoncer des frottis volontairement brutaux ou des touchers vaginaux parfois inutiles et douloureux.

La situation est plus ou moins encadrée selon les pays : au Royaume-Uni, des règles strictes de comportement auxquelles les gynécologues doivent se plier ont été édictées. Des mesures suffisantes pour limiter les problèmes ?

Être comprise et devenir l’actrice de sa santé

Être l’actrice de sa contraception, de son accouchement, de ses choix médicaux, est-ce seulement possible ? Par exemple, les réseaux sociaux et les magazines féminins ont relayé l’épineuse question de la pose d’un DUI (stérilet), très souvent refusée aux femmes qui n’ont jamais eu d’enfants.

L’accouchement est également une source de crispations : refus du personnel de santé de laisser la future mère se déplacer comme elle le souhaiterait ou adopter la position qu’elle juge nécessaire, épisiotomies systématiques, manque de suivi psychologique… De nombreuses sages-femmes ont néanmoins déploré certains commentaires trop à charge, arguant qu’elles se souciaient plus que quiconque du bien-être des femmes et que les patientes n’avaient pas toujours conscience des impératifs médicaux qui se cachent derrière les décisions prises, parfois dans l’urgence, en salle d’accouchement.

La médiatisation de l’endométriose a également pesé sur les débats : cette maladie qui touche 1 femme sur 7 est sortie de l’ombre il y a seulement quelques années. Beaucoup de patientes n’ont pas été écoutées par les médecins. Leurs douleurs, pourtant comparables à des coups de couteau dans le ventre, n’ont pas été prises au sérieux pendant des années.

>> Vers le forum dédié à l’endométriose

Le scandale des Balkans

Si le mouvement #MeToo n’avait au départ pas opéré dans les Balkans, il aura eu un effet à retardement : après le discours au Parlement d’une députée croate sur les pratiques médicales « dignes du XVème siècle » en vigueur dans son pays, de nombreux témoignages ont été diffusés depuis tous les Balkans.

En Croatie, une femme sur trois n’aurait pas bénéficié d’anesthésie lors d’un traitement douloureux comme un curetage, une biopsie, une ponction folliculaire ou une épisiotomie. « Pendant qu'ils m'immobilisaient les mains, les jambes et la tête, le médecin a dit que je pleurais parce que je suis une femme gâtée » a raconté une femme victime d’un curetage sans anesthésie à une association locale qui relaie un maximum de témoignages. Au total, quelque 400 témoignages ont été recueillis, lus publiquement dans plusieurs villes du pays, et remis au ministère de la Santé.

L'association bosniaque Accouchement naturel a collecté les témoignages de plus de 300 femmes sur des traitements gynécologiques douloureux. Même constat en Serbie où, d’après l'association Centre pour les mamans, ces traitements douloureux et humiliants sont la cause de la baisse de la natalité. Un sondage a montré en 2015 que 10% des femmes serbes « ne veulent pas avoir un autre enfant en raison d'une expérience traumatisante dans les maternités lors du premier accouchement ».

Et vous, que pensez-vous de ces témoignages ?
Avez-vous déjà eu une mauvaise expérience avec un gynécologue ?
Comment s’est passé votre accouchement, si vous êtes maman ?
Avez-vous confiance dans votre professionnel de santé ?

Début de la discussion - 05/02/2019

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère


Posté le

J'ai eu la chance de ne jamais avoir rencontré ce type de violence. Je n'imaginais même pas que cela pouvait exister!!!

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère


Posté le

une horreur !!! Que des choses de ce genre arrivent de nos jours fait froid dans le dos 

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère


Posté le

En effet. Il est temps que cela.cesse. Ça suffit maintenant.!!

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère


Posté le

@Mamilou6‍ @cacommenceabienfaire‍ je suis bien d'accord avec vous ! 

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère


Posté le

@aurelie2185‍ @dany34‍ @mireille57‍ @marie41‍ @Johana41‍ @AlexandraKhellaf‍ @mamidette‍ @Ninnie‍ bonjour, je me permets de vous indiquer cet article  bonne journée, Louise

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère


Posté le

Vraiment horrible comme situation. Je n’´aurais jamais pensé que cela pouvait exister encore en Europe au 21ième siècle. Quelle barbarie!,,

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère


Posté le

moi c est a mes accouchement j ai eu 4 enfants et 3 episiotomies mais la premieres a ete un massacre ma 1ere filles vas avoir 37 ans donc cela fait 37 ans que j ai eu une episiotomies qui releve du massacre qui me fait tjrs souffrir aujourd hui  un ouverture jusqu a l anus mais le pire c est la couture vraiment tres mal faite  j ai ete recoussue vraiment n importecomment mes fils me faisaient tellement mal que je ne pouvait pas m asseoir  et j ai ete trois ans sans pouvoir porter un pantalon  aujourd hui je la sent tjrs cela fait pleins de petite bosses lorsque je passe mon doigt j ai des complexe lorsque mon mari me touche et pourtant nous sommes mariés depuis plus de 43 ans et lors des relations intimes  apres il a tjrs fallut que je mette du gel dessus car j avait mal a cette cicatrice  ca c est ce que l ont appelle une mutilation , heureusement les deux autres ont ete plus professionnelles les coutures ont ete tres bien faite je ne sent plus qu un petit endroit celui de la troisiemme car il y a eu dechirure non recoussue et pareil cela me fait mal lors des rapport intimes  , il faut absolument que cela soit bien fait avec de l aplication pour les jeunes femmes qui accouchent de nos jours car apres c est pour la vie qu il faut vivre avec  

Violences gynécologiques : la parole des femmes se libère


Posté le

@mooglie60 ohlala, je suis désolée ! Pour moi, pas eu de séquelles après mes accouchements... C'est bien qu'on puisse en parler, comme ça les nouvelles générations de sage femmes et infirmières sauront mieux que ce n'est pas à faire à la légère ! 

Discussions les plus commentées