/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Dystonie

1 réponse

23 lectures

Sujet de la discussion

Membre Carenity
Posté le

Certes, j'ai une maladie orpheline, mais j'espérais pouvoir échanger. Dans un message précédent j'avais parlé des dépressions réactionnelles dans le cadre des maladies évolutives et là aussi, j'ai l'impression que ce sujet n'a pas été abordé dans d’éventuelles réponses, ce que je regrette.

D'autant que si CARENTY est là pour apporter du réconfort, j'en aurais bien besoin. Suite à un accident de voiture violent (blessures légères mais qui a aggravé ma dystonie) et traumatisant (aucun souvenir de l'accident, désincarcération...). La gendarmerie demande une réévaluation de mon droit de conduite, ce qui est compréhensible mais inacceptable lorsque que l'on est en fauteuil.

Avec toutes les questions que l'on se posent, les délais des formalités, il est bien difficile de vivre comme si rien n'était arrivé, les blessures psychologiques sont finalement plus profondes que les blessures physiques. Quelqu'un en a t-il l'expérience ?

Tarfala

Début de la discussion - 05/03/2017

Solitude
Membre Carenity
Posté le

Bonjour,

En ce qui me concerne, j'ai commencé à ressentir les premiers signes de la dystonie dans mon enfance,  et elle a évolué très lentement ; je n'ai été contraint à me déplacer en fauteuil qu'à l'âge de 40 ans site à la déformation de mes membres inférieurs, et à l'âge de 53 ans, j'ai été opéré par un chirurgien orthopédiste qui les a redressés ( mes pieds ), ce qui me permet à présent de réapprendre ( même si c'est difficile ) à marcher. J'ai conduit ma voiture durant des années jusqu'à ce que mon incapacité me contraigne à abandonner.

J'ai toujours été soutenu et entouré par ma famille et mes amis, malgré le fait que mes difficultés d'élocution rendent le contact difficile ; c'est sans doute parce que, sans me vanter, je suis une personne très intelligente ayant étudié la Philosophie en profondeur et bien d'autres choses encore, ce qui fait de  moi une sorte de référence

Pour ce qui st de la solitude affective, liée de me marier ne m'est jamais venue à l'esprit, jusqu'à"à ce qu'elle me rattrape sur un site de rencontre  où j'avais ouvert un compte en précisant dès le premier contact que jê suis handicapé ; je pensais être là just pour échanger ds idées, mais cela n'a pas empêché une femme de tomber amoureuse de moi, de tenir à moi et c'est elle qui m'a demandé si je voulais aller jusqu'à me marier avec elle car elle veut faire partie de mon projet de vie.