flag fr
flag en flag es flag de flag it flag us
/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Dépendance à l'alcool

aucune réponse

9 lectures

Sujet de la discussion


anonymous avatar Membre Carenity • Animatrice de communauté
Posté le
Bon conseiller

Après la récente polémique sur les dangers du vin, les spécialistes regrettent un manque d’information sur les risques liés à la consommation d’alcool.

vin

"Le vin est un alcool comme un autre." En prononçant cette évidence, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a lancé une bombe incendiaire sur la place publique. Immédiatement, plusieurs membres du gouvernement et non des moindres sont montés au créneau pour défendre le vin : un patrimoine culturel, une tradition, une identité nationale. Le président de la République lui-même, au Salon de l’agriculture, a souligné que le véritable fléau n’était pas le vin, mais le "binge-drinking" des jeunes qui se saoulent avec des alcools forts ou de la bière.

Cette levée de boucliers a aussitôt provoqué les contre-feux des professionnels de la santé qui ont rappelé que "du point de vue du foie, le vin, c’est bien de l’alcool". Car que l’on boive un demi de bière (25 cl) à 5°, un verre de vin (10 cl) à 12° ou un verre de whisky (3 cl) à 40°, la quantité d’éthanol ingurgitée est la même. Et, en termes de toxicité, c’est bien l’éthanol le responsable, et non pas le breuvage dans lequel on le trouve ! Or le vin représente 58 % de la consommation d’alcool en France, comme le rappelait la Cour des comptes en 2016. "Et les jeunes aussi consomment du vin", précise le professeur Amine Benyamina, président de la Fédération française d’addictologie.

Cancer et syndrome d’alcoolisation foetale

Et d’un point de vue scientifique, les faits sont là, indiscutables : l’alcool demeure un problème de santé publique majeur. "Une étude française de 2015 a démontré que l’alcool était la première cause d’hospitalisation", martèle le professeur Mickael Naassila, président de la Société française d’alcoologie. Un risque sanitaire qui ne concernerait pas uniquement les 2 millions de personnes dépendantes ou les 5 millions ayant une consommation trop élevée. Toute consommation d’alcool comporte un risque.

Une récente étude américaine a ainsi démontré que la consommation d’un verre d’alcool par jour augmentait le risque de cancer du sein de 10 %! Une étude française suggère quant à elle qu’un risque de surmortalité apparaît avec des consommations de 1 à 1,5 verre par jour.

"Nous devons également rappeler les méfaits de l’alcoolisme passif (les effets sur l’entourage et les enfants, NDLR). L’alcool rend violent et il est à l’origine de violences domestiques mais aussi de viols et d’accidents de la route. Sans oublier le cas des mères qui consomment de l’alcool sans savoir que leur grossesse a débuté, entraînant des syndromes d’alcoolisation fœtale, première cause de retard mental évitable", rappelle le docteur Alain Braillon, médecin à l’unité d’alcoologie au CHU d’Amiens.

bouchons

Toute consommation d’alcool est dangereuse pour la santé

Pour autant, il ne s’agit pas pour les spécialistes de faire la morale à la population ou de lui interdire de boire du vin. "Ce que nous voulons, c’est informer le public. Après, chacun est libre de faire comme bon lui semble. Mais nous ne sommes pas entendus. L’aspect scientifique est systématiquement occulté et dès que nous parlons médecine, on oppose les hygiénistes, nous, aux épicuriens, ceux qui savent boire", souligne le professeur Mickael Naassila.

Pour le président de la Société française d’alcoologie et l’ensemble des acteurs de la prévention, il s’agit aujourd’hui de remplacer l’avertissement sanitaire actuel (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé) par un message signifiant que toute consommation d’alcool est dangereuse pour la santé.

Il s’agit également de promouvoir de nouvelles recommandations en matière de consommation d’alcool. Au lieu des 3 verres par jour pour les hommes et de 2 pour les femmes, les experts préconisent désormais 10 verres d’alcool maximum par semaine et 2 jours d’abstinence.

"Nous ne sommes pas là pour détruire la filière vinicole, mais pour faire de la prévention. Il est de notre responsabilité de protéger les plus vulnérables", insiste le professeur Amine Benyamina. C’est une des raisons pour lesquelles les médecins s’alarment du détricotage permanent de la loi Évin et souhaiteraient revenir à l’esprit initial du texte. "Loi, qui soyons clairs, n’a jamais concerné la consommation d’alcool mais la communication. Son objectif était d’encadrer les messages et les vecteurs de ces messages pour un produit qui, ayant une incidence sur la santé publique, ne peut pas être présenté comme un produit de consommation courante", rappelle Claude Évin.

Aujourd’hui, les médecins pourront-ils faire entendre leurs arguments? Car au-delà des lobbys des alcooliers, c’est un état d’esprit très français qu’ils doivent faire évoluer. Comme le rappelle le professeur Michel Lejoyeux, addictologue à l’hôpital Bichat à Paris: "Lors d’une soirée en France, vous aurez toujours plus à vous justifier de ne pas boire que de trop boire."

Source : Le Figaro Santé

icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 169 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme