/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Dépendance à l'alcool

6 réponses

34 lectures

Sujet de la discussion

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

L'alcool tue 3,3 millions d'individus chaque année. C'est plus que le sida, la tuberculose et la violence réunis, a averti lundi l'ONU, qui craint une aggravation de la situation.

Maladies infectieuses, accidents de la circulation, cancers, blessures, homicides, maladies cardiovasculaires, diabètes… En 2012, l'usage nocif de l'alcool a tué 3,3 millions de personnes dans le monde, contre 2,5 millions en 2005, met en garde l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dans un rapport publié lundi. Avec un décès sur vingt dans le monde, ou «un décès toutes les 10 secondes», selon le Dr Shekhar Saxena, directeur du département Abus de substances psychoactives à l'OMS, l'alcool tue davantage que le sida, la tuberculose et la violence réunies. L'agence onusienne s'inquiète de l'inertie des autorités internationales contre ce fléau, alors même que la consommation mondiale est à la hausse.

Si les pays riches (Amériques et Europe) restent les plus gros consommateurs d'alcool, la tendance est à la hausse ces dernières années dans les pays où le niveau de vie augmente rapidement, notamment en Inde et en Chine. L'OMS s'attend par exemple à ce que la consommation annuelle d'alcool en Chine gagne d'ici à 2025 1,5 litre par personne. Cela pourrait avoir des conséquences non négligeables en termes de santé publique: «Au vu de l'accroissement de la population dans le monde et de l'augmentation prévue de la consommation d'alcool, la charge de morbidité imputable à l'alcool (…) pourrait encore augmenter» si davantage de politiques de prévention ne sont pas mises en place, avertit le sous-directeur général du groupe Maladies non transmissibles à l'OMS, Oleg Chestnov.

11,8 litres par an en France

En 2012, la consommation moyenne mondiale, stable en Europe, Afrique et dans les Amériques, équivalait à 6,2 litres d'alcool pur par personne âgée de plus de 15 ans. Les plus gros buveurs d'alcool en 2010 étaient la Russie, les pays d'Europe de l'Est, le Portugal, suivi de la majorité des pays de l'UE, du Canada, de l'Australie et de l'Afrique du Sud. En France, la consommation moyenne est de 11,8 litres par personne par an, en baisse par rapport au début des années 2000 où elle atteignait 13 litres annuels. On estime à 49.000 le nombre de décès imputables à l'alcool chaque année dans l'Hexagone.

Selon l'OMS, 48 % de la population mondiale n'a jamais bu d'alcool, et l'abstinence est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Par ailleurs, 11,7 % des 15 à 19 ans pratiquent des beuveries épisodiques, contre 7,5 % pour le reste de la population. Cette tendance est toutefois inverse dans les pays du sud-est asiatique.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/05/12/22331-lalcool-tue-personne-toutes-10-secondes

Début de la discussion - 19/05/2014

L'alcool tue une personne toutes les 10 secondes
Membre Carenity
Posté le

Depuis le 14 mars, les autorités de santé (ANSM) ont accordé la RTU (Recommandation Temporaire d'Utilisation) au baclofène dans le traitement de l'alcoolo-dépendance.
Nous sommes déjà plusieurs dizaines de milliers à être guéris de cette maladie. 

Plus de la moitié de la population des malades pourrait être guérie simplement, en ambulatoire si les médecins généralistes et les psy se formaient et prescrivaient (ils sont environ 10 000 à ce jour soit moins de 10 %).

Yves BRASEY Vice-Président de l'association Baclofène www.baclofene.org et www.baclofene.com pour le forum d'entraide.

L'alcool tue une personne toutes les 10 secondes
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

J'ai réussi a arrêter de boire cela fait bientôt 4 ans sans médicaments allopathique, grâce a un suivi voulu avec des professionnel compétant, que j'ai eu du mal a trouvé mais que j'ai trouvé en cherchant bien, sans frais financiers pour les psychologue, psychothérapeute, kinésiologue, j'ai participé au frais de l'acupuncteur et de  la phytothérapie sur laquelle mes recherches ont été longue, mais c'est une réussite, j'ai écrit un livre d'espoir suite a mon arrêt de l'alcool, vous pouvez le commander à

caroline.leroy0128@orange.fr 

cordialement

Carmeline

L'alcool tue une personne toutes les 10 secondes
Membre Carenity
Posté le

Baclofène, la fin de notre addiction. Les alcooliques ne sont plus anonymes.

En vente dans toutes les librairies : http://www.baclofene.org/wp-content/uploads/2015/08/CP_livre_Baclofene.pdf

L'itw de son auteure : http://www.baclofene.net/fichiers/Presentation_livre.mp4 

L'alcool tue une personne toutes les 10 secondes
Membre Carenity
Posté le

Comment et pourquoi un "nouveau" médicament le Selincro est-il  dangereux pour la véritable guérison des malades alcoolodépendants ? Lundbeck m'a tuer...

L'alcool tue une personne toutes les 10 secondes
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

l'alcool a une puissance de dépendance telle ,que l'on ne comprend pas pourquoi la santé publique ne fais rien de plus ! on augmente le prix des cigarettes pour lutter contre l'abus du tabac ,on lutte contre la drogue ......mais on continu à vendre de l'alcool à foison dans les commerces ,avec des nouveautés sans cesse renouvelées ! je pense que si cela rapportait moins aux gouvernements ,il y aurait quelque chose de fait !!!!!!!!!!

L'alcool tue une personne toutes les 10 secondes
Membre Carenity
Posté le

Malheureusement Ptites, l'alcool rapporte beaucoup moins à l'Etat que ce que cela lui coûte. Pierre Kopp, professeur et chercheur à l’université Panthéon-Sorbonne a récemment publié une étude sur "le coût social des drogues en France". Il y établit dans le détail que l'alcoolisme représente chaque année 120 milliards d'euros de coûts sociaux !! J'ai attaché ce rapport en pièce-jointe.

Le gros problème vient de l’industrie pharmaceutique dont les budgets en lobbying auprès des autorités sanitaires en Europe à explosé de +700% depuis 2012 : http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/02/un-rapport-pointe-l-influence-excessive-du-secteur-pharmaceutique-a-bruxelles_4743132_3234.html#D6I3d0kqytGKkXvv.99

Ces industriels ne sont pas là pour guérir les malades mais faire du fric avec des molécules inefficaces dont le seul avantage est de maintenir les malades dans leur état pour mieux les rentabiliser. Et pour cela, ils savent rémunérer des médecins de complaisance pour leur faciliter l'accès aux marchés et leur faire de la pub. C'est dramatique mais c'est comme ça aujourd'hui.

Le lien vers le post de Yves Brasey juste au dessus est éloquent.