/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Crise cardiaque / Infarctus

5 réponses

56 lectures

Sujet de la discussion

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour,

Vous avez déjà subi deux ou plusieurs infarctus ? Partagez vos témoignages dans ce sujet.

Début de la discussion - 19/04/2014

Les récidives
Membre Carenity
Posté le

pour moi ça commençait par un mal de dos et après j'avais du mal a respirer et on a appelé le samu

Les récidives
Membre Carenity
Posté le

Moi au deuxième, j'étais hospitalisée dans un centre de rééducation cardiaque mais c'était le 25 décembre !

j'avais des séquelles du premier (24 novembre) car j'avais toujours de l'eau autour du coeur.

Je leur ai dit que ca n'allait pas mais personne ne m'a écouté, je me suis mise à saigner du nez,

ils m'ont mis une mèche dans le nez pendant 3 jours.

Après 6 jours et suite à une prise de sang, branle bas de combat et on me renvoit à l'hopital en réanimation.

Après 2 jours d'examens il s'avère que j'ai un trou dans le coeur de près de 3 cm colmaté provisoirement par l'eau que j'avais déjà, que deux des stens du premier infarctus se sont bouchés et qu'il faut m'opérer en urgence.

Et c'est comme ca que je me retrouve avec un beau zip et de superbes photos de mon coeur réparé !

Le troisième 6 mois après a été provoqué par une agression physique. Et là j'ai vraiment senti une forte douleur dans la poitrine,

j'ai appelé le samu et c'est bien la première fois que je savais que je faisais un infarctus.

Je n'attends pas le quatrième avec impatience !!!!!

Les récidives
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour,

Je relance ce sujet !

Les récidives
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Bonjour,

Je relance ce sujet !

Les récidives
Membre Carenity
Posté le

bonjour,
j'ai eu mon premier infarctus le 17 mars 2007.
le premier signe fut une oppression, à 9h du matin,comme un coup de poing au niveau du plexus solaire. j'ai pensé aussitôt, à une indigestion du petit dej que je venais de terminer. j'ai ralenti mon rythme, car j'avais commencé à m'occuper du linge à sécher.
le 2ème signe apparut 5 mn plus tard, alors que je secouais une couette pour la défroisser. une douleur fulgurante, toujours au niveau du plexus.
là, j'ai étalé la couette sur mon lit et suis allée m'assoir dans la salle de séjour. la douleur sourde qui cette fois étreignait ma poitrine m'a décidé à appeler mon médecin traitant. la secrétaire, en l'absence du médecin, m'a conseillé d'appeler le 15 et de la rappeler ensuite.

8 médecins du SAMU et pompiers confondus, sont arrivés quelques minutes plus tard. un ECG fut pratiqué et devant ma confusion, j'ai été dirigée vers le chu de besançon. j'ai perdu conscience dans le véhicule, stationné devant chez moi. je me rappelle avoir eu des frissons et des suées abondantes. je me suis plainte de douleurs de plus en plus fortes et on m'a injecté plusieurs fois de la morphine.
je me suis réveillée dans la nuit, à 2h du matin, toujours avec des douleurs et en geignant.
là, un fait étrange que j'ose à peine relater : mon mari ,décédé 2 mois plutôt, m'a appelée. j'ai eu comme un hoquet et mes douleurs ont disparu !

oui, je sais, vous pensez que c'est mon imagination ou que je "débloque" !  ...

après ce séjour aux soins intensifs puis en cardiologie, l'hôpital a jugé opportun, de m'envoyer dans un centre de réadaptation cardiaque à quelques kms de besançon. étant seule à la maison (suite au décès de mon mari) et ma famille proche très éloignée, les soignants m'ont dirigée donc vers ce centre pour 1 mois ... seulement, j'étais obligée de faire un détour chez moi, pour rassembler quelques affaires et une ambulance devait venir me récupérer ensuite.
malheureusement, j'ai été oubliée pendant 1 mois et je suis restée, seule et assise sur une chaise pendant ce mois, en attendant "la mort" ... ma famille, inquiète me harcelait par téléphone pour que je consente à accepter cette hospitalisation, car tous pensaient que je l'avais refusée pour rester chez moi.
ignorant tout de la procédure, je suis parvenue à prendre contact avec le centre de réadaptation et c'est ainsi, que j'ai appris que le CHU de besançon avait "oublié" de faire la demande de prise en charge.
l'oubli réparé, j'ai été admise sans problème dans ce centre pour une période d'un mois, à la suite de laquelle, je suis rentrée chez moi, le 15 juin, la veille de mon rdv de contrôle, chez le cardiologue qui m'avait opérée précédemment.
pendant tout ce temps, et depuis ma sortie de l'hôpital, j'ai eu les mêmes douleurs que celles ressenties avant l'infarctus, mais moins fortes. j'ai eu plusieurs ECG de contrôle au centre de réadaptation, mais on avait fini par me convaincre que ces douleurs étaient dues à mon stress, à mon état anxieux.
le 16 juin, lors de la consultation chez le cardiologue, ce dernier semblait anxieux. il a constaté que le CHU avait établi les ordonnances non conformément à ce qui avait été prévu : il manquait un médicament dans les prescriptions !

la deuxième alerte : le 17 juin 2007, j'étais à nouveau hospitalisée en urgence pour un deuxième infarctus ... mais moins grave que le premier....
actuellement, je suis toujours le même traitement qui me réussit très bien et lors de ma dernière consultation au CHU le cardiologue concluait que mon cœur "avait même récupéré" un peu ...