Espace détente - Vacances
Médicaments : les bons réflexes avant de partir en vacances

S'inscrire pour participer à cette discussion
• Animatrice de communauté
Posté le 05/07/2016 à 14:00
Bon conseiller

À l'étranger, les traitements auxquels nous sommes habitués ne sont pas toujours disponibles ou d'une qualité assurée. Quelques conseils pour partir serein.

Le compte à rebours - plus ou moins long! - avant les vacances s'est enclenché. L'heure pour certains de penser au contenu des valises, mais aussi, bien souvent, à la trousse à pharmacie de voyage. Les personnes sous traitement prolongé et les grands voyageurs doivent se montrer particulièrement prudents. Nos conseils pour ne rien oublier.

• Si vous êtes sous traitement régulier, prenez assez de médicaments pour tout votre séjour. Si vous partez pour une longue période (3 à 6 mois), anticipez: il vous sera sans doute nécessaire de demander une dérogation à l'Assurance maladie pour partir avec la quantité nécessaire de médicaments. Prévoyez large sur les quantités au cas où un imprévu vous retiendrait plus longtemps que prévu. Transportez les produits dans votre bagage à main avec les ordonnances pour vous assurer d'y avoir accès même si votre valise est perdue. Informez-vous sur les formalités d'importation de médicaments dans votre pays de destination finale ; le carnet de vaccination peut aussi être demandé à l'entrée et à la sortie de certains pays. En cas de décalage horaire important, demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien pour pouvoir respecter les intervalles entre les prises de vos médicaments habituels.

• Il n'existe pas de trousse à pharmacie type. Toutefois certains produits peuvent s'avérer utiles: du paracétamol, des sels de réhydratation (surtout pour les enfants), un antiémétique contre les nausées et vomissements, un antidiarrhéique type lopéramide, un antihistaminique contre les allergies, un collyre antiseptique, une crème pour les brûlures, des pansements stériles, un antiseptique local type Dakin ou eau oxygénée…, des dosettes de sérum physiologique, une pince à épiler. À adapter ensuite selon la destination, en prévoyant par exemple un traitement contre le paludisme (sous ordonnance, non pris en charge par l'Assurance maladie).

• Les médicaments contrefaits sont potentiellement dangereux pour diverses raisons: ils ne contiennent pas de substance active, ou celle-ci est mal concentrée, ou bien encore ils contiennent d'autres substances nocives. Si la France a la chance d'avoir un réseau d'officines très protégé, il n'en va pas de même pour de nombreuses régions du globe où les pharmacies ayant pignon sur rue ne sont pas forcément fiables. En cas de doute, appelez votre ambassade pour obtenir la liste des pharmacies officielles. Une règle: ne jamais acheter de médicament dans la rue/sur un marché et éviter l'automédication. L'Afrique est particulièrement touchée par le fléau de la contrefaçon: 30% des médicaments sont concernés au Kenya, et 70% en Angola et au Nigeria. En Asie et dans certains pays d'Amérique latine, la part des faux médicaments peut aussi dépasser 30%. Gare aussi (et surtout!) à la vente en ligne: 62% des médicaments vendus sur Internet sont contrefaits, selon la European Alliance for Access to Safe Medicines. Les faussaires perfectionnant leurs pratiques, il peut être extrêmement difficile de distinguer à l'œil nu un faux d'un vrai.

• Si malgré tout vous deviez acheter votre médicament à l'international, partez avec une ordonnance rédigée en «dénomination commune internationale». Vous pouvez également télécharger l'application pour smartphones «Convert drugs premium». Elle s'appuie sur une base internationale d'1,5 million de noms commerciaux de médicaments pour reconnaître à l'étranger 8000 substances actives. Le Smecta en chinois? L'aspirine en Inde? Disponible sur iPhone et iPad uniquement. Gratuit mais en anglais uniquement, le site drugs.com propose des fiches sur des médicaments sous leur nom commercial étranger.

Source : Figaro Santé

Posté le 05/07/2016 à 14:05
Bon conseiller

.

Rejoignez les 136 000 patients

inscrits sur la plateforme

Rejoindre

C'est gratuit