Qu'est-ce que la schizophrénie?

Contrairement aux idées reçues, les personnes atteintes de schizophrénie n’ont pas une double personnalité.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Le terme de schizophrénie vient de schizein et phrèn en grec qui signifient « scinder » et « esprit » : l’esprit du schizophrène est comme « coupé » du monde extérieur. Il s’agit d’un trouble mental chronique caractérisé par une altération de certains processus de pensée et de la réactivité émotionnelle.



Les patients schizophrènes souffrent aussi de psychose, c’est-à-dire d’hallucinations et de délire.

En l’absence de traitement efficace, la schizophrénie peut conduire à différentes complications. Le risque de dépression est particulièrement important et comporte un risque suicidaire plus fréquent que dans la population générale. La maladie peut entraîner de fortes angoisses, avec auto-agressivité (mutilations) et plus rarement hétéro-agressivité (dommages à l’autre). Très fréquemment, le patient se met en retrait de son entourage et de la société : il se replie sur lui-même.

En savoir plus sur la schizophrénie

La détérioration de l’état du patient entraîne des hospitalisations de plus en plus fréquentes et le patient schizophrène s’expose alors à un risque plus fort de toxicomanie et d’alcoolisme.

Il a été possible d’identifier des facteurs de bon et de mauvais pronostic.

Parmi les facteurs de bon pronostic, on peut citer :

- l’absence d’antécédents familiaux ;
- la soudaineté de l’apparition de la maladie ;
- le diagnostic de schizophrénie paranoïde, qui répond mieux aux traitements que les autres formes de la maladie ;
- le sexe féminin : l’apparition de la schizophrénie est généralement plus tardive et celle-ci répond souvent mieux au traitement que pour les hommes ;
- la faible intensité des symptômes négatifs (émoussement affectif, indifférence émotionnelle, etc.).

À l’inverse, il a été possible de recenser des facteurs de mauvais pronostic :
- la survenue précoce des troubles schizophréniques ;
- le sexe masculin ;
- la forte intensité ou la grande diversité de symptômes négatifs ;
- la présence d’antécédents familiaux ;
- la présence d’antécédents de toxicomanie ;
- l’isolement social, le célibat.

Article rédigé sous la supervision du Dr. Guy GOZLAN, psychiatre à Paris.

Dernière mise à jour : 11/08/2019

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Qui a revu : Guy Gozlan, Psychiatre

Le Docteur Gozlan exerce en tant que psychiatre à Paris. Il est particulièrement impliqué dans les réflexions concernant les troubles psychiques chez les jeunes, notamment les questions de coordination, d’intégration... >> En savoir plus