Obésité infantile

L’obésité infantile est un des problèmes les plus fréquents en pédiatrie et suscite de grandes préoccupations car l’obésité infantile atteint aujourd'hui des taux très alarmants.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Dans les deux dernières décennies, le nombre d’enfants présentant des problèmes de surpoids ou d’obésité a en effet pratiquement doublé. Ainsi, environ 5% des enfants en France, sont concernés par le surpoids ou l’obésité.

Les enfants obèses ont alors plus de probabilité de conserver cette situation à l’âge adulte. L’obésité est de plus un facteur de risque pour de nombreuses maladies chroniques importantes telles que les maladies ischémiques du cœur, l’ictus, l’hypertension artérielle, le diabète de type 2, les ostéoarthrites et certaines types de cancer (cancer de l’utérus, cancer du colon et cancer du sein notamment).

L’obésité infantile a une genèse multifactorielle ; en effet, c’est le résultat de diverses causes, plus ou moins évidentes, qui interagissent entre elles.
En premier lieu, l’obésité infantile est due à une mauvaise alimentation, que ce soit d’un point de vue qualitatif et quantitatif. Cette mauvaise alimentation est liée à une activité physique insuffisante et à des facteurs de type génétique.
Les cas d’obésité liés à des altérations hormonales sont rares (hypothyroïdisme ou dysfonctionnement des glandes surrénales).

L'obésité chez les enfants

S’il est vrai qu’une alimentation insuffisante peut entraîner des déficits variés, à l’inverse, un apport calorique excessif entraîne le surpoids de l’enfant, puis ensuite, dans la majorité des cas, se manifeste l’obésité.

L’hyper-alimentation durant les deux premières années de l’enfant, en plus de causer une augmentation du volume des cellules adipeuses, entraîne aussi l’augmentation de leur nombre : ainsi les enfants, une fois adultes, auront plus de difficultés à perdre du poids ou simplement à le maintenir constant.

En plus d’une mauvaise alimentation, une activité physique insuffisante ou la sédentarité, sont des facteurs de risque à ne pas négliger. Les enfants sont en effet souvent accompagnés à l’école en voiture, prennent l’ascenseur même pour monter un seul étage, passent des heures devant la télévision ou l’ordinateur, et sortent de moins en moins.

Des facteurs familiaux sont aussi à considérer dans l’obésité infantile. L’obésité, sous certains aspects, peut être considérée comme une maladie héréditaire et est une conséquence de facteurs environnementaux.
En effet, l’exemple des parents est fondamental : on ne peut pas parler d’éducation alimentaire si les parents eux même ne suivent pas de régime alimentaire équilibré.

En ce qui concerne la nature héréditaire de l’obésité, des altérations de certains gènes ayant un rôle dans la production de cellules adipeuses, ont été déterminées, mais des études sont encore en cours.

En France, même si de nombreuses mesures ont été prises ces dernières années pour limiter l’obésité infantile, cette situation reste tout de même un réel problème de santé publique. C’est pour cela que la prévention de l’obésité est extrêmement importante en informant les personnes, notamment sur les bonnes pratiques à adopter pour limiter le phénomène.

Sources : INPES

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 193 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

C'est gratuit & anonyme