«
»

Top

Bypass gastrique : "Je dois continuer à prendre soin de moi, le plus important étant de bien manger !

Publié le 14 mai 2021 • Par Andrea Barcia

Silvinha32, membre de la communauté Carenity en Espagne, est passée par un bypass gastrique en 2015. Elle nous raconte comment et pourquoi elle a pris cette décision et parle des bénéfices d'une opération qui a changé sa vie.

Comment s'est déroulée l'opération ? Comment cela a-t-il changé sa vie ?

Découvrez maintenant son témoignage !

Bypass gastrique :

Bonjour silvinha32, vous avez accepté de témoigner pour Carenity et nous vous en remercions.

Tout d'abord, pourriez-vous nous en dire plus sur vous ?

Bonjour, je m'appelle Sílvia, je suis célibataire et je vis dans une petite ville de Catalogne. J'ai une sœur et deux nièces, et de nombreux amis.

Je travaille comme éducatrice au service de la cantine et comme conductrice de bus et j'ai également été entraîneuse de football dans une école. 

J'ai étudié la géographie et je viens de terminer une formation professionnelle de technicien supérieur en prévention des risques professionnels, il ne me reste plus qu'à faire mon stage.

J'aime beaucoup le football et la lecture.

Vous avez subi un bypass gastrique, depuis combien de temps souffriez vous d'obésité ? L'avez-vous demandé vous-même ou cela vous a-t-il été conseillé par un médecin ?

Le 15 mars 2015, j'ai subi un bypass gastrique.

J'étais déjà en surpoids depuis mon enfance. Mais c'est à l'adolescence que j'ai commencé à prendre plus de poids. Comme vous le savez, l'obésité est une maladie multifactorielle : ma mère est décédée d'un cancer lymphatique quand j'avais 15 ans et cela m'a aussi beaucoup affecté car elle m'avait toujours aidé à avoir une alimentation équilibrée. J'ai donc pris beaucoup de poids, puis j'ai fait un régime et j'ai réussi à perdre quelques kilos. 

Au fil des ans, j'ai fait quelques régimes et perdu du poids, puis je l'ai repris. Quand j'avais environ 28 ans, je suis allée voir un endocrinologue et il m'a envoyée voir une diététicienne afin d'entamer un nouveau régime. Avec beaucoup d'efforts, j'ai perdu beaucoup de poids, je suis passée de 130 à 95, mais elle ne voulait pas m'envoyer à l'hôpital pour un bypass gastrique. Donc, entre une chose et l'autre, j'ai repris du poids.

Jusqu'au jour où j'ai eu un accident de voiture et c'était comme si je revenais à la vie. J'ai été touchée au visage mais heureusement je n'ai pas été trop blessée.

Je suis allée voir mon médecin et j'ai demandé de l'aide parce que je ne pouvais pas continuer avec ce surpoids, j'ai toujours pensé que je n'atteindrais pas l'âge de 40 ans. J'ai donc été orientée vers un endocrinologue. Et tout a commencé. 

J'ai été testée pour tout ce qui est possible, et je suis entrée dans le circuit pour l'opération. Cet hôpital est très bien car ils vous donnent une formation d'environ 6 séances où ils vous expliquent comment se déroulera l'opération, ce que vous devez manger, comment lire et identifier les étiquettes des produits, etc. J'ai également participé à une étude clinique au cours de laquelle, pendant 40 jours, je n'ai pris que des shaker, soit 3 shaker par jour, et j'ai dû me rendre plusieurs fois à l'hôpital pour l'étude. C'était très bien pour moi car j'ai réussi à perdre environ 20 kg. C'était par hasard, quand j'avais 40 ans.

J'ai toujours pensé que j'aurais dû le faire bien avant mais bien sûr, ils ne faisaient pas autant d'opérations de réduction auparavant.

Comment s'est déroulée l'opération, combien de temps avez-vous été hospitalisé et comment s'est passé votre rétablissement ?

L'opération s'est super bien passée, j'ai été admise le dimanche après-midi et je suis sortie le jeudi, normalement c'est 3 ou 4 jours. Je pense que l'opération a duré environ 5 heures, mais tout s'est parfaitement déroulé. Je n'ai passé que quelques heures aux soins intensifs, puis ils m'ont emmenée dans ma chambre. Ils n'ont fait que 5 petites coupures, et le lendemain, je suis sortie du lit. Les agrafes à l'extérieur ont été retirées après 10 jours

La convalescence a été un peu longue mais je l'ai faite à la maison, avec l'indication d'aller marcher tous les jours. Il est nécessaire de bouger dès le premier jour, mais sans faire d'effort, car vous avez beaucoup de points de suture à l'intérieur, et d'introduire la nourriture petit à petit. Par exemple, à l'hôpital, ils ont commencé par me donner une perfusion et le lendemain, un demi-yaourt. 

En ce qui concerne mon travail, j'ai pris un congé jusqu'en septembre car j'ai attendu d'être bien rétablie. 

Votre vie a-t-elle changé après l'opération ? Avez-vous changé vos habitudes alimentaires ? Qu'avez-vous trouvé difficile ?

Ma vie a beaucoup changé après l'opération. Mais je dois dire que c'est difficile au début. Le plus important est que vous commenciez à modifier vos habitudes alimentaires avant l'opération. Il est également important pour l'opération que vous ayez pu perdre un peu de poids, pour éliminer la stéatose hépatique, ce qui leur facilite l'opération. Si ce n'est pas le cas, il arrive qu'ils ne puissent pas faire le bypass gastrique parce que cela pourrait être dangereux et ils ne peuvent faire que la sleeve

Mais c'était formidable de pouvoir perdre autant de kilos et de me sentir comme une personne normale, de pouvoir plier mes jambes, de pouvoir monter des escaliers ou une colline facilement. Et pouvoir entrer dans un magasin et acheter des vêtements normaux est une chose très cool !

Au début, vous ne devez manger que des liquides, puis des aliments en purée et introduire les aliments petit à petit. Parfois, on vomit parce que quelque chose ne nous convient pas. Vous devriez également commencer par les protéines, car elles sont très importantes. Mais cela se passe au début, lorsque vous mangez des aliments solides. 

La première et la deuxième année, vous perdez beaucoup de kilos, mais ensuite votre corps s'arrête et vous devez continuer à adopter des habitudes alimentaires saines et à faire de l'exercice

J'ai subi une plastie abdominale après deux ans, j'avais déjà atteint mon poids normal, avec un IMC de 22,5 (58 kg). Maintenant, avec le temps, j'ai pris un peu de poids, mais je dois continuer à prendre soin de moi, le plus important étant de bien manger !

Vous avez contracté la Covid-19 et plusieurs semaines après vous ressentez encore quelques symptômes, quand l'avez-vous eu ? Quels étaient vos symptômes et pendant combien de temps ? Comment l'avez-vous vécu ? Quelles sont les séquelles du Covid-19 ? 

J'ai contracté la Covid-19 le 6 novembre 2020, à vrai dire je ne sais pas exactement comment je l'ai attrapé car à ce moment là j'étais déjà en arrêt maladie, chez moi (je suis en arrêt maladie depuis le 18/09/2019), c'est à dire que je ne l'ai pas attrapé au travail, et les bars étaient déjà fermés, la seule chose est que je suis allée me promener avec un ami, mais nous étions toujours à l'extérieur. 

Les symptômes étaient les suivants : une terrible douleur à la tête, un nez bouché mais sans mucus, des douleurs dans tout le corps, une grande fatigue et l'obligation de passer la majeure partie de la journée au lit. Ma fièvre n'a pas trop augmenté mais certains des médicaments que je prends tous les jours font baisser ma température (ma température normale est parfois de 34,8º et mon médecin m'a dit que pour moi 37º était déjà une fièvre). De plus, certains jours, j'ai eu des démangeaisons sur les bras et le corps et j'ai eu quelques boutons, mais ils n'ont pas duré très longtemps. De plus, les premiers jours, mes yeux me démangeaient beaucoup.

Dix jours après le début du traitement contre la Covid-19, je me suis levée et j'ai eu l'impression d'être essoufflée. J'ai fait une radio, mais tout s'est bien passé, et j'ai continué à me reposer à la maison, mais en étant prévenue que si j'étais essoufflée, il fallait appeler le 112. 

Ces symptômes sont-ils invalidants dans votre vie quotidienne ?

Oui, en ce moment, les symptômes de la Covid-19 m'empêchent de vaquer à mes occupations quotidiennes : je me fatigue très vite. Le simple fait de me lever le matin et de prendre une douche me fatigue. 

J'ai aussi toujours un mal de tête. 

Je dis qu'ils sont invalidants parce qu'ils ne me permettent de faire que peu de choses, car lorsque je quitte la maison et que je reviens, je dois me reposer. Il m'est donc impossible de reprendre le travail. Je fais généralement mes achats en ligne.

Avez-vous d'autres pathologies ? Si oui, lesquelles ? Pensez-vous que Covid-19 affecte ou a affecté ces maladies ? De quelle manière ?

Oui, j'ai d'autres pathologies.

J'avais beaucoup de douleurs du côté droit et ils ont pensé que je pouvais avoir une hernie de Petersen, mais ils ont fait une laparoscopie et ont découvert que ce n'était pas le cas. Ils ont aussi pensé que je pouvais avoir des calculs biliaires. Mais j'ai continué à avoir mal, j'ai eu beaucoup de crampes et j'ai aussi perdu beaucoup de kilos d'un coup parce que je ne pouvais presque rien manger. À la clinique de la douleur, ils m'ont dit que cela pouvait être un problème neuropathique.

Je souffre d'arthrose, de bradycardie, du syndrome du canal carpien, de neutropénie, d'arthrose aux deux genoux, de radiculopathie, de lombalgie … et même plus, de douleurs chroniques, et cela a été accentué avec la Covid-19.

D'ailleurs, j'allais déjà voir un psychologue. À cause de la pandémie, j'ai eu quelques visites psychiatriques, mais elles se faisaient toujours par téléphone.

Plus spécifiquement, quel est l'impact de la Covid-19 sur votre santé en général et sur votre vie quotidienne ?

Ma vie professionnelle a été très affectée, puisque je n'ai pas travaillé pendant 18 mois, et maintenant je devrais être en stage, mais pour le moment, je n'ai pas la force ni l'énergie pour m'y mettre. 

D'ailleurs, je peux dire qu'avec tout cela et la pandémie, mon médecin et l'hôpital où je suis suivie ont été très présents.

Vous avez traversé de nombreuses épreuves ces dernières années, vous sentez-vous soutenue par vos proches ?

En effet, depuis 2015 beaucoup de choses se sont passées. Il y a eu plusieurs interventions : en mars 2015 le bypass gastrique, en mai 2017 j'ai eu l'abdominoplastie, puis en novembre 2017, j'ai dû faire une petite intervention pour finir quelques retouches de l'abdominoplastie, en avril 2019, j'ai eu une arthroscopie de méniscectomie partielle et bursectomie car je me suis bousillée le genou un jour en allant travailler, et en novembre 2019, j'ai eu la laparoscopie pour pouvoir exclure que je n'avais pas une hernie de Petersen, qui peut être très dangereuse. 

Je dois dire que ma sœur et mon père m'ont beaucoup aidé, car lors des récupérations des interventions, je me suis installée dans la maison de mon père et il m'a soutenue au quotidien. Et ma sœur m'aide aussi beaucoup, tout comme ma tante, et j'ai aussi des amis qui me soutiennent.

Cependant, je pense que parfois, au cours de cette dernière année, je me suis sentie un peu incomprise, parce qu'ils ne comprenaient pas que je ne me sentais pas vraiment bien.

Comment vous sentez-vous sur le plan psychologique en ce moment ?

En ce moment, je suis un peu mal psychologiquement, j'ai beaucoup de personnes qui m'aiment, mais la nuit je suis seule dans ma maison et à un moment donné j'ai l'impression qu'ils ne comprennent pas que je souffre vraiment beaucoup

En avril 2020, j'ai commencé un traitement psychiatrique, mais je n'ai jamais vu la psychiatre en personne, c'était toujours des rendez-vous par téléphone, et à la fin elle m'a orientée vers le centre de santé de ma ville. Maintenant, pour le moment, le psychologue m'a vu et je vais super bien, et le psychiatre doit aussi me voir pour contrôler les médicaments.

Dans certains moments de dépression, j'ai pensé à tout arrêter. Mon médecin et mon infirmière m'aident toujours beaucoup, mais le fait de ne pas avoir de diagnostic clair rend les choses très difficiles pour moi. Je veux déjà reprendre le travail, mais pour l'instant je ne peux pas.

Mon hématologue, qui a fait une ponction dans mon sternum après que mes neutrophiles aient été très bas lors d'une analyse, m'a dit que ce devait être un problème immunitaire et qu'elle continuerait à faire des contrôles périodiques tous les 7 ou 8 mois. Et le rhumatologue qui m'a rendu visite m'a dit que, même si j'ai beaucoup de douleurs chroniques, il vaut mieux, pour le moment, prendre les choses très patiemment et prendre des anti-inflammatoires. 

Enfin, je dois aussi faire attention à la quantité de médicaments que je prends, car en ce moment je prends quotidiennement : 1 Omeprazole, 2 Pristiq, 1 Ferrogradumet, 1 Supradyn, 1 Demilos, 2 Gabapentin, 1 Tramadol, 1 Zaldiar. Et puis j'ai l'Optovite une fois par mois. Et quand j'ai beaucoup plus mal, ils me donnent autre chose comme du Nolotil ou du Nexoprene.

Comment voyez-vous l'avenir ? Quels sont vos projets ?

Mon avenir, je ne le vois pas clairement, à un moment donné, je pense que ce que je dois faire, c'est chercher un travail mais il ne doit pas être physique.

Je désire aussi profiter de tous les bons moments que la vie a à offrir !

Quels conseils aimeriez-vous donner aux membres qui sont également touchés par le Covid long ? Quels conseils aimeriez-vous donner aux membres qui doivent également subir un by-pass gastrique ? 

Aux personnes touchées par le Covid long, je dirais d'être très patientes, d'expliquer leurs symptômes à leur médecin de famille et de se renseigner sur l'existence d'un groupe consacré au Covid long. 

Le conseil que je donnerais aux personnes qui attendent de subir un by-pass gastrique est qu'elles doivent changer progressivement leurs habitudes, car au final c'est ce qui rend possible le succès de l'intervention. Aussi, n'ayez pas peur, cela en vaut la peine, et bien que ce ne soit pas facile, car cela demande un grand effort, les résultats sont spectaculaires. Le bypass gastrique change votre vie : en plus de perdre beaucoup de poids, vous pouvez faire des choses que vous ne pouviez pas faire avant, vous pouvez même aller dans un magasin pour acheter des vêtements normaux !

Je vous conseille d'écouter les conseils des nutritionnistes, des endocrinologues, des chirurgiens, des infirmières… Et enfin, je vous conseille d'en profiter pour changer votre façon de cuisiner, faire des repas moins caloriques, apprendre que le plus important est de bien se nourrir chaque jour, et de faire un peu d'exercice chaque jour.

Une autre chose que je dirais est que vous devriez demander de l'aide quand vous en avez besoin.

Un dernier mot ?

Dans la vie, il n'y a qu'une seule chose que l'on ne peut pas changer, c'est la mort. Et que la chose la plus importante est de profiter de chaque moment, et d'apprendre à vivre la vie. Mais lorsque vous n'avez pas la santé, cela devient très difficile. 

J'aimerais aussi dire que Carenity est bénéfique pour moi !


Merci à silvinha32 pour son témoignage !

Ce témoignage vous a-t-il été utile ?

Partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !

Prenez soin de vous !


avatar Andrea Barcia

Auteur : Andrea Barcia, Rédactrice santé

Andrea est spécialisée dans la gestion des communautés des patients en ligne et dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la neuropsychologie, de la nutrition et du... >> En savoir plus

1 commentaire


sorellade
le 20/05/2021

très  beau témoignage   avec  beaucoup d humilité   je vous souhaite beaucoup de courage  de joie  même si il y a  des hauts et des bas mais gardons plus les hauts  car il y a auras toujours  le soleil qui  éclairera un nouveau jours  moi je sais ce que  c est je suis passer par la minibay pass pour perdre du poids  comme vous j en ai perdu  mais depuis un moment  c est la stagnation  et pour moi  cela  devenu une obsession  j ai repris du poids et c est une source de baisse de moral  en plus de tous les douleurs qui  accompagne  pour le covid j ai fait des test négatif et je me suis vaccinée  cela fait bientôt un mois la prochaine dose c est pour bientôt  mais je peut dire vraiment  cette chirurgie a change ma vie  mais  une surveillance a vie  vitamine etc  mais le bénéfices  est la  par contre  je voudrais faire le ventre mais il faut perdre encore une 20taine de kilos  je conseil aussi a tous ceux  qui feront la démarche  qu'ils suivre  leur cœur  pleins de soleil de la Martinique merci  silvinha32

Vous aimerez aussi

Obésité et diabète : soyons acteur de notre maladie

Obésité

Obésité et diabète : soyons acteur de notre maladie

Voir le témoignage
Quel est l’impact de l’obésité sur la santé et le mental ?

Chirurgie bariatrique
Obésité

Quel est l’impact de l’obésité sur la santé et le mental ?

Lire l'article
NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Obésité

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Lire l'article

Fiches maladies