Traitement et prévention du méningiome

Le diagnostic du méningiome n’est pas toujours évident ; en cas de suspicion de méningiome, on peut recourir à divers types d’examens parmi lesquels la TAO (Tomographie Assistée par Ordinateur), l’angiographie cérébrale, l’angio-résonance magnétique et la résonance magnétique.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

La résonance magnétique est l’examen de premier choix ; celle-ci rend possible une vision beaucoup plus détaillée de celle fournie par la TAO, qui reste cependant importante car elle clarifie le degré d’atteinte osseuse des structures du crâne.

L’œdème éventuellement présent dans le cas d’un méningiome (il est généralement présent chez la moitié des patients) est bien visible lorsque l’on utilise la TAO ou l’IRM. Beaucoup de détails sur le méningiome sont aussi relevés grâce à l’angiographie cérébrale, qui correspond à un examen complexe qui requiert l’hospitalisation. C’est un examen invasif, mais fondamentalement important pour la planification de la stratégie chirurgicale pour l’ablation du méningiome.

Prévention et traitement du méningiome

On peut rappeler que le méningiome est la tumeur intracrânienne avec les meilleurs pronostics. Il existe quatre types de traitements divers pour ce type de tumeur au cerveau :

- L’ablation partielle ou totale grâce à une intervention micro-neurochirurgicale,

- Le traitement radiochirurgical,

- L’association du traitement micro-neurochirurgical et radiochirurgical,

- Le traitement conservateur.

Le choix du type de traitement varie en fonction de divers facteurs ; les plus importants sont la condition générale du patient, son âge, la symptomatologie, la condition neurologique, le siège de la tumeur et ses dimensions.

La guérison complète de ce type de tumeur est possible ; les récidives sont aussi probables, mais avec un pourcentage très bas.

La chirurgie est le meilleur traitement pour les méningiomes symptomatiques. Les tumeurs d’importantes dimensions avec un important apport vasculaire, sont susceptibles d’embolisation préopératoire. L’extension de la thérapie chirurgicale représente le facteur pronostique le plus important dans la prévention d'une récidive. Dans les cas où le méningiome intracrânien envahit ou infiltre les structures nerveuses ou vasculaires qui ne peuvent être sacrifiées, l'ablation de la tumeur ne peut alors pas être complète. L’ablation incomplète de la tumeur peut ainsi entrainer une récidive dans 29% des cas.

Les méningiomes malins ont un pourcentage de récidive plus important par rapport aux lésions bénignes. La radiothérapie peut être d’une grande aide pour les méningiomes invasifs, avec une récidive rapide ou dans les cas d’ablation incomplète.

Dernière mise à jour : 22/07/2017

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus