«
»

Top

AVC : "j’essaye d’être fier du chemin parcouru"

Publié le 26 déc. 2016 • Par Léa Blaszczynski

Découvrez l’histoire de Gino, âgé de 68 ans, membre Carenity, touché par un AVC.

AVC :

1 - Bonjour Gino, pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ?
Bonjour à toutes et à tous, j’ai maintenant 68 ans et je n’ai jamais eu de problème de santé quelconque. Ceci, bien que j’ai fumé dès l’âge de 17 ans et ne rechignais pas à boire de l’alcool et que mes journées de travail atteignaient fréquemment 10 ou 12 heures (profession libérale oblige). Mes hobbies sont le sport et les vacances : trekking en Himalaya, plongée sous-marine, gros travaux de maçonnerie, etc. J’estime avoir été victime d’un accident non mérité car, 2 jours avant mon A.V.C., le médecin du sport qui me suivait trouvait que j’avais un cœur de jeune homme mais me demanda pour une seule question d’âge, de voir un spécialiste pour un test d’effort. Les résultats reçus confirmèrent ceux du médecin du sport. Je précise que je n’avais pas plongé depuis 1 an lors de ce dernier examen.

avc

2 - Avant de faire votre AVC (Accident Vasculaire Cérébral), vous êtes-vous rendu compte que quelque chose n'allait pas ?
Je ne me suis rendu compte de rien avant mon A.V.C. Mes visites annuelles tant à mon médecin du sport qu’à mon dentiste n’étaient que des précautions devenues une pure routine.

3 - Lors de votre AVC, dans quel contexte étiez-vous ?
Mon A.V.C. survint, je pense, durant la nuit alors que venais d’arriver, après un voyage non éprouvant de 2 jours en voiture à ma destination de vacances au Portugal. Nous étions plusieurs conducteurs. Je n’étais donc absolument pas fatigué et j’avais passé une bonne nuit de sommeil. J’ai passé la nuit en question avec ma compagne qui m’a dit ensuite ne rien avoir remarqué d’anormal non plus. Les seules manifestations de la survenance d’un A.V.C. furent qu’à mon réveil, après avoir pris ma douche de façon normale, j’éprouvais une légère difficulté en me rasant, à lever le bras droit plus haut que mon oreille. Lors du petit déjeuner qui suivi j’ai laissé tomber mes couverts de façon inexplicable. Je pensais à une simple maladresse due à une mauvaise position de mon bras durant la nuit dernière. Etant également assez fatigué (chose inhabituelle pour moi), je décidais de ne pas accompagner mes amis en randonnée mais de les attendre sur place pour me reposer. Mon état ne s’améliora pas durant les deux jours suivant durant lesquels je participais avec eux à diverses randonnées. Mon état restant stationnaire, j’acceptais alors le conseil de mes amis d’aller consulter auprès de l’hôpital le plus proche à Bragansa (situé à 40 Km).

4 - Comment s'est déroulée la prise en charge ?
Dans un premier temps, on a pris ma tension artérielle. Elle se révéla très supérieure à la normale (8,5 / 12,5 chez moi). Il m’a été prescrit un traitement pour ramener ma tension à un niveau plus normal. La prise en charge ayant eu lieu un dimanche soir, j’ai sillonné la ville que je ne connaissais pas à la recherche d’un pharmacien ouvert que j’ai fini par trouver pour prendre le médicament prescrit. Ma visite à l’hôpital et la prescription de médicament ont toutefois eu lieu 3 jours après la survenance de l’A.V.C. Je décidais donc de revenir sur Paris, non en avion (grâce aux savoirs acquis durant ma formation "plongée") mais en train à partir de Biarritz ou mes amis nous ramenèrent ma compagne et moi. De retour à Paris, je me précipitais à l’hôpital ou j’eus quelques difficultés pour mon admission (tous mes documents d’identités et portefeuille m’ayant été dérobés durant mon voyage ferroviaire).

5 - Comment avez-vous vécu l'annonce de votre AVC ?
Après une semaine d’hospitalisation j'ai pu enfin avoir accès à un I.R.M. lequel révéla non pas un seul A.V.C. mais également un premier, beaucoup plus ancien et dont je n’ai eu nul souvenir ni séquelle. Il me fut alors précisé que le scanner effectué au Portugal à ma demande et s’étant révélé négatif ne pouvait matériellement dévoiler quoi que ce soit….C’est donc seulement après mon retour à Paris que j’ai eu connaissance de la pathologie dont j’avais été victime. Cette nouvelle fut d’autant plus cruelle qu’avant de partir au Portugal j’avais rompu avec celle avec qui j’avais vécu 18 ans et me retrouvais donc seul alors que j’aurais eu besoin d’aide, ceci tant matériellement que psychologiquement.

6 - Avez-vous modifié vos habitudes de vie ?
Mes habitudes de vie furent effectivement changées : dès que j’appris la nature de mon affection, mon séjour hospitalier en service de neurologie et l’état des patients que je croisais m’ôta toute envie de fumer. Point qu’encore aujourd’hui j’applique sans aucun effort. J’ai, après une ou deux tentatives, dû arrêter également la nage avec palmes. Moi qui faisais régulièrement 2000 mètres par semaine j’ai voulu re-nager à l’identique (j’adore l’eau, même sans pastis) mais je mettais, à chaque fois, 3 ou 4 jours à m’en remettre. 

Je m’occupe moi-même de mon intérieur mais j'ai dû aussi cesser de fabriquer mon mobilier, ceci par manque de goût et surtout à cause de la fatigue. Depuis 1 an, mes parents sont partis en maison de retraite dans leur village d’origine et j’ai passé des mois à régler à distance les diverses démarches administratives qui m’ont incombées (en tant que fils unique et famille latine !). Cet aspect semble toutefois à présent réglé.

7 - Quelles sont vos astuces au quotidien pour mieux vivre ?
Moralement, j’essaye d’être fier du chemin parcouru depuis mes origines (très modestes) et malgré une vie de travail acharné. 

J'aime bien acheter des biens matériels comme une voiture ou un appartement par exemple. 

Au-delà de ces points, l’aspect moral qui m’importe le plus est de pouvoir justifier mon existence par ce que je peux apporter aux autres. Ma demande spontanée de témoignage auprès de Carenity me semble confirmer cela.

Physiquement, je tente d’effectuer au moins une tâche chaque jour (courses, ménage, rangement, tri, etc). Une fois la tâche réalisée, je suis content d’avoir atteint le but fixé et d’avoir réalisé quelque chose de positif.

8 - Quel(s) message(s) pourriez-vous transmettre à nos lecteurs ?
Chacun de nous a ses côtés positifs qui lui serviront à passer les obstacles rencontrés. Comme avec un levier, chacun peut trouver en lui l’élément suffisamment solide pour être un point d’appui qui lui permettra de multiplier les effets de son effort, que ce soit pour des aspects physiques ou moraux, lesquels vont d’ailleurs souvent de pair. 

Par exemple le fait de partager mon expérience - ce que je ne pensais pas forcément faire un jour - m’a permis de voir beaucoup plus clair en moi et, par ce biais, d’avoir une chance d’affronter différemment ma pathologie.

_

1
avatar Léa Blaszczynski

Auteur : Léa Blaszczynski, Rédactrice santé, experte en communication

Chez Carenity depuis 2013, la rédaction d’articles santé n’a plus de secrets pour Léa. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, de la nutrition et de l’activité physique.

Léa est... >> En savoir plus

49 commentaires


titims
le 01/04/2016

Chris 31 j ai vraiment apprécié ces plaquettes!! Tres explicatif!!


odysee
le 01/04/2016

Bonjour à tous,

Depuis trois ans, je me réveille chaque matin en compagnie de ces 3 lettres : AVC. Elles sont bien déterminées à me rappeler leur présence tout au long de la journée et m'en font voir de toutes les couleurs. J'ai la "chance" d'avoir des séquelles qui ne se voient pas sur moi  au premier abord. Mes ces séquelles me font pourtant souffrir dans ma chair. J'ai pu garder mon autonomie pour me déplacer seule à pieds. Tous les soirs je me couche avec ces 3 lettres bien agrippées à mon corps. Heureusement la nuit elles doivent être épuisées car elles me laissent un peu de répit avant d'attaquer une autre journée en fanfare. Si jamais, par un beau jour, elles décident de passer à la récidive, je demande juste de partir sereinement en arrêtant ce combat sans trop de souffrance. C'est mon seul souhait. Je voudrais bien sûr rester encore dans ce monde pour mes proches, surtout pour mon mari et mes deux filles, pour qu'ils n'aient pas top de peine si je les laisse tomber car aujourd'hui je suis bien consciente de ce qu'ils endurent depuis le jour de cet accident. J'ai aussi bien intégré que chaque AVC est ressenti de manière différente par les personnes qui en sont victimes. Chaque cerveau est unique. Bon après-midi à tous Merci à Gino d'avoir fait part de son témoignage.


Chris31 • Membre Ambassadeur
le 01/04/2016

Hey @odysee 

 Ton mari et tes 2 filles "n'endurent" rien te concernant , si ce n'est de te voir souffrir quand ça t'arrive ( et j'espère que ça n'est pas tout le temps) ! Ils t'aiment et sont trop heureux de t'avoir ! 

ces séquelles qui te font souffrir dans ta chair , quelles sont-elles ? on peut améliorer cela , il faut en parler et ne jamais  baisser les bras (à ce sujet pour te rassurer lis bien les deux plaquettes que je t'avais déjà fait passer l'an dernier et que j'ai remis au-dessus , tu dois les enregistrer sur ton disque dur )

Bien sûr que chaque personne touchée par un accident vasculaire cérébral va récupérer + ou moins vite et ressentir les émotions différemment en fonction de sa sensibilité et de sa force ! Il faut aussi aider cette dernière  , durement éprouvée par le choc , les séquelles , la peur ...

Tu as la chance d'avoir un mari et deux filles qui t'aiment et comptent te  garder encore très longtemps auprès d'eux , alors bas toi pour eux ( même si tu le fais surtout pour toi) !

Récupérer d'un AVC peut prendre beaucoup de temps , je connais un médecin qui a eu un AVC  à 45 ans , et a recommencé a exercer après avoir tout ré-appris (et notamment à parler) tu imagines ? ma mamie en avait fait un à 64 ans et a eu longtemps des soucis sur une main (et elle était pianiste) une jambe et sur le visage , elle en avait d'autres dont je ne me souviens pas car j'étais petite , et bien , faire de la gymnastique toute simple avec une balle + ou - molle (différentes tailles) , ainsi que sur son clavier lui ont permis de nous ravir à nouveau de sa musique , et comme c'était sa passion , ça l'a aussi aidé moralement ! Pour son visage je me rappelle qu'elle faisait des grimaces (pas d'orthophoniste à l'époque) et de le gymnastique aussi ....

Tout ça a bien évolué aujourd'hui  ... et on peut avec les bons soignants aller très vite , en tout cas beaucoup plus ...

Courage Ody , tu n'en manques pas ... et si ça ne va pas , tu sais qu'on est là ! Bisous


titims
le 01/04/2016

Odysee je pense qu il faut que vous preniez la vie du bon cote au contraire quand on a la chance d etre revenue a la vie d autant plus que vous avez des gens qui vous aiment autour de vous c est tres important de ne pas etre seule alors il faut vous battre pour eux et ne pas baissez les bras ! Ca ne previent pas nous le savons tous et ca peut arriver a n importe qui ! Courage et meme si vous avez des sequelles il faut prendre votre revanche sur la vie et vivre!!!


odysee
le 01/04/2016

merci @chris et @titims  de vos encouragements, ça me touche vraiment

Vous aimerez aussi

Vivre un grave accident vasculaire cérébral à 21 ans

Accident vasculaire cérébral

Vivre un grave accident vasculaire cérébral à 21 ans

Voir le témoignage
Comment reconnaître les signes d’un AVC ?

Accident vasculaire cérébral

Comment reconnaître les signes d’un AVC ?

Lire l'article
L’activité physique est-elle bénéfique après un accident vasculaire cérébral ?

Accident vasculaire cérébral

L’activité physique est-elle bénéfique après un accident vasculaire cérébral ?

Lire l'article
Accident vasculaire cérébral (AVC) : pourquoi les femmes sont-elles plus touchées ?

Accident vasculaire cérébral

Accident vasculaire cérébral (AVC) : pourquoi les femmes sont-elles plus touchées ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées

Fiche maladie