«
»

Top

Alcool, tolérance zéro ?

27 août 2018 • 63 commentaires

Alcool, tolérance zéro ?

Selon une étude relayée par l'AFP, boire un seul verre de vin ou de bière par jour comporterait un risque sur la santé. Alors, on range son tire-bouchon ou son décapsuleur ?

 

Des chiffres alarmants sur les dangers de l'alcool...

L'étude, publiée vendredi par la revue médicale The Lancet, évalue les niveaux de consommation d'alcool et leurs effets sur la santé dans 195 pays entre 1990 et 2016. D'après elle, l'alcool a causé pas moins de 2,8 millions de morts en 2016 ; un buveur d'alcool sur trois meurt de problèmes de santé liés à l'alcool chaque année, dont 2,2% de femmes et 6,8% d'hommes.

En 2016, la consommation d'alcool était le septième facteur de risque de décès prématuré et d'invalidité dans le monde. Boire un verre par jour pendant un an augmente parmi les personnes âgées de 15 à 95 ans de 0,5% le risque de développer l'un des 23 problèmes de santé liés à l'alcool (cancers, maladies cardiovasculaires, AVC, cirrhose, accidents, violences, etc.), estiment les auteurs par comparaison avec les non buveurs.

La consommation d'alcool, en 2016, est la principale cause de décès chez les personnes âgées de 15 à 49 ans (accidents de la route, suicides, tuberculose...). L'alcool est ainsi associé à près d'un décès sur 10 dans cette tranche d'âge. 


Un verre n'est pas anodin

Le Dr Emmanuela Gakidou de l'Institut de métrologie et d'évaluation de la santé (IHME, Université de Washington), co-auteure de l'étude, ne mâche pas ses mots : "Cela correspond à un excès de mortalité de 100.000 morts par an dans le 
monde pour un verre par jour". Selon elle, il y a "des corrélations claires et convaincantes entre la consommation d'alcool et la mort prématurée, le cancer et les problèmes cardiovasculaires."

"Le mythe selon lequel un ou deux verres par jour sont bons pour vous n'est qu'un mythe. Seul le zéro alcool minimalise le risque global des maladies"

En moyenne, le plus grand nombre de boissons alcoolisées (vin, bière, alcools forts...) consommées par jour est relevé chez les hommes en Roumanie (8,2) suivis du Portugal et du Luxembourg (7,3 chacun). Pour les femmes, figurent en tête, l'Ukraine (4,2), l'Andorre et le Luxembourg (3,4 chacun). En France, la consommation est de l'ordre en moyenne 
de 4,9 verres par jour chez les hommes et de 2,9 chez les femmes. 

 

Un contre-avis en faveur d'une consommation d'alcool modérée

"Étant donné le plaisir vraisemblablement associé à une consommation modérée, affirmer qu'il n'y a pas de niveau "sûr" ne semble pas être un argument en faveur de l'abstention", estime Sir David Spiegelhalter, statisticien, professeur pour la compréhension publique du risque à l'Université de Cambridge. Conduire non plus n'est jamais sans danger à 100%, pour autant "le gouvernement ne recommande pas aux gens d'éviter de conduire". "En y pensant, il n'y a pas de niveau de vie sûr, mais personne ne recommanderait l'abstention", plaisante-t-il.

 

Et vous, vous autorisez-vous un verre de temps en temps ?

AFP

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le... >> En savoir plus

Commentaires

le 30/09/2019

Bonjour ! vous l'avez bien dit au début ,savoir gérer ces comportements . ça commence souvent par une curiosité ,maintenant celui qui se laisse emporter par ces plaisirs c 'est là que surgissent les problèmes ; mais l ' entourage a quand même son rôle à jouer .

le 01/10/2019

Bonjour mais c est aussi un rôle très difficile pour l entourage et mon expérience avec alcool infos service qui est sensé aider le malade et la famille ne m a vraiment pas aider 

le 10/03/2020

   Suis tout à fait ok avec Gilbertjoel . Sauf pathologie addictive, ou traitement inapproprié, ne nous créons pas des pbs supplémentaires un p’tit apéro, un pt’i ballon en faisant chauffer sa soupe, ou en écoutant «  les informés » à la radio.....c’est un petit plaisir de la vie....j’adore.

le 11/03/2020

 personne est égal devant  l'alcool

  chacun resent les effets négatifs différemment   moi ça fais depuis  juin  2000 ,que je n'ai plus touché 1 seule goutte d'alcool  suite a une cure de désintoxication  pour cette maladie ,oui l'alcool c'est une maladie qui vous ronge comme une drogue  ,vous tombez dans une spirale infernale ,ou il est impossible de s'en sortir seul  il faut penser que l'alcool est partout quand on veut definitivement arreter avec cette addiction car l'alcool vous le trouver dans les deserts, dans les glaces ,dans les chocolats ,dans la cuisine, et il suffit de peut pour rechuter soyer vigilant, si vous avez des problemes avec l'alcool  le cerveau en emmagasiner la notion du plaisir a travers l'alcool et des qu il en retrouvera le gout ,il se mettra a rechercher ,a trouvrer ce plaisir ,et un long combat recommencera  si vous avez des problemmes avec lalcoll cette maladie se soigne n'hésiter pas a en parler a votre medecin, avant que se soit lui qui vienne vous le dire ,que vous avez un problemme ,parce que la c'est trop tard   moi quand je trinque a la santé ,c'est au jus de fruit ou au champony  la je peut vous dire a votre santé

@ledalle   

le 15/03/2020

Bonjour à tous

Juste un mot pour dire que j'ai atteint en début de mois mes 3 ans de sobriété complète. J'en suis ravi et très fier. Ca ne me manque absolument pas. J'ai au final facilement réussi à déconstruire les associations culturelles ou traditionnelles (du vin avec le fromage, un bon vin avec un bon repas ....). Surtout qu'on trouve maintenant d'excellent thé glacé aux différents parfums à découvrir plus ou moins bio et plus moins sucré. Ca a réglé en partie mon problème d'hypertension et a aidé largement à me sortie de la dépression. Ca me donne de la marge pour prévenir un éventuel diabète (mes 2 parents en ont), je ne vis pas avec cette hantise, mais si je peux repousser l'apparition de cette maladie, c'est tant mieux. En plus j'estime avoir de la chance de ne pas avoir eu le temps de chopper une maladie à cause de l'alcool (et ma foi les exemples ne manquaient auprès de mes camarades de l'hôpital de jour du service d'addictologie).

Vous aimerez aussi

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lupus
Polyarthrite rhumatoïde

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lire l'article
Coronavirus et hypertension artérielle

Hypertension artérielle

Coronavirus et hypertension artérielle

Lire l'article
Coronavirus et cancer

Coronavirus et cancer

Lire l'article
Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Lire l'article