«
»

Top

Qu’est-ce que l’insulinothérapie fonctionnelle ?

12 oct. 2020 • 6 commentaires

L’insulinothérapie fonctionnelle (ITF) est un programme d’éducation thérapeutique du patient (ETP). Selon la HAS (Haute Autorité de Santé) : “L’ETP vise à aider les patients à gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. Elle est un processus continu, qui fait partie intégrante et de façon permanente de la prise en charge du patient.”

En effet, l’ITF permet aux patients diabétiques de comprendre quels sont leurs besoins en insuline et d’adapter leurs doses d’insuline à leur mode de vie (prise alimentaire, activité physique…). C’est le traitement qui s’adapte au mode de vie du patient, et non l’inverse ! 

À qui s’adresse cette méthode ? Comment cela fonctionne ? Comment est-elle enseignée ? Quels sont les avantages pour le patient diabétique ?

Qu’est-ce que l’insulinothérapie fonctionnelle ?

Qui est concerné par l’insulinothérapie fonctionnelle ?

L’insulinothérapie fonctionnelle s’adresse essentiellement aux patients diabétiques de type 1, ayant besoin d’un apport quotidien en insuline (hormone sécrétée par le pancréas qui régule le taux de sucre dans le sang). Ils suivent une insulinothérapie basale-bolus, administrée par multi-injections (généralement 4 injections : au petit-déjeuner, au déjeuner, au dîner et avant de se coucher) à l’aide de stylos injecteurs ou automatiquement par une pompe à insuline à intervalles réguliers au cours de la journée.

Certains patients atteints de diabète de type 2, dits insulinorequérents peuvent également être concernés par cette méthode. Certains sont traités par des injections d'insuline de différents types (rapide et lente), notamment après échec des traitements antidiabétiques oraux (ADO) seuls, de première intention.

Comment fonctionne l’insulinothérapie fonctionnelle ?

L’objectif de l’insulinothérapie fonctionnelle est de mimer la production naturelle d’insuline d’un pancréas sain. Il s’agit d’atteindre les objectifs glycémiques, fixés par la Haute Autorité de Santé, compris entre 0,7 g/L et 1,1 g/L avant le repas (à jeun) et < 1,6 g/L après le repas (en post-prandial).

Pour cela, on a recourt à 2 types d’insulines :

  • les analogues de l’insuline rapides dites “bolus” : “pour manger” (à injecter au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner), parmi lesquels on trouve l’insuline lispro (Humalog®), asparte (Novorapid® ou Fiasp®) et glulisine (Apidra®). Elles ne nécessitent pas de délai entre l’injection et le repas.
  • les insulines lentes dites “basales”: “pour vivre” comme l’insuline détémir (Levemir®), glargine (Lantus®, Abasaglar® ou Toujeo®) et degludec (Tresiba®), ou intermédiaires avec l’insuline NPH (Umuline® NPH et Insulatard®, à injecter le soir avant de se coucher).

À noter que dans le cas des pompes à insuline, il s’agit de petites doses d’insuline rapide qui sont délivrées en continu, à intervalles réguliers (débit basal) tout au long de la journée.

Comment les doses d’insuline sont-elles déterminées ?

Le but de l’ITF (Insulinothérapie fonctionnelle) est d’être le plus autonome possible afin d’anticiper les doses d’insuline (par exemple, selon les activités que l’on prévoit de faire au cours de la journée) et de traiter les hypoglycémies. Pour cela, il faut savoir déterminer les doses d’insuline basale et rapide.

Détermination de la dose d’insuline basale

La définition de la dose initiale d’insuline basale s’effectue par un test sur 24 heures de jeûne glucidique (tout en conservant une activité physique et des apports en protéines et lipides normaux). L’objectif à atteindre est une glycémie comprise entre 0,7 et 1,1 g/L. Il est possible de faire des corrections avec de l’insuline rapide ou du sucre :

  • 1 UI diminue la glycémie d’environ 0,4 g/L : donc si la glycémie à jeun est égale à 1,5 g/L, il faut injecter 1 unité (1 UI) pour être dans l’objectif (1,1g/L).
  • 15 g de sucre augmentent la glycémie de 0,4 g/L en 15 minutes : si la glycémie est inférieur à 0,5 g/L, il faut resucrer.

C’est donc ce bilan des doses d’insuline rapide administrées et du sucrage au cours du jeûne glucidique permet d’estimer la dose d’insuline basale nécessaire.

Pendant le traitement, la définition de la dose d’insuline basale est effectuée par la mesure de la glycémie à jeun (doit être comprise entre 0,7 et 1,1 g/L): 

  • si < 0,7 g/L : il faut diminuer la dose d’insuline basale du soir de 1 à 2 UI;
  • si > 1,1 g/L : il faut vérifier deux jours de suite et si cette valeur est confirmée, il faut augmenter la dose de basale de 2 UI.

Détermination de la dose d’analogue rapide

Pour définir la dose d’analogue rapide, il faut savoir ce que l’on va manger et quelle(s) activité(s) physique(s) on va pratiquer (adaptation prospective), comment étaient les glycémies à la fin de l’action de cette injection les jours précédents (adaptation rétrospective) et comment est la glycémie du moment (adaptation immédiate). On parle d’apprendre au patient la “triple adaptation des doses”.

Lors de la mise sous traitement, les doses d’insuline bolus sont testées à partir de repas tests avec un petit-déjeuner à 40 g de glucides, un déjeuner à 80 g de glucides et un dîner à 60 g de glucides.

On calcule la dose d’insuline rapide sur la base de :

  • 2 UI pour 10 g le matin (donc ici 8 UI sont nécessaires)
  • 1 UI pour 10 g le midi (8 UI nécessaires)
  • 1,5 UI pour 10 g le soir (9 UI nécessaires).

Si une activité physique intense et brève est prévue :

  • juste après un repas : il faut réduire la dose d’insuline rapide du repas précédent l’activité physique de 30 à 50 % ;
  • longtemps après le repas : diminuer la dose d’insuline rapide du repas suivant de 30 à 50 %.

Si une activité physique importante et prolongée (au delà de 2 heures) est prévue : il faut diminuer la dose d’insuline rapide à midi et le soir, voire la dose d’insuline basale (-50 % en tout) et effectuer un resucrage toutes les heures.

Où et par qui l’insulinothérapie est-elle enseignée ?

Cette méthode de contrôle de la glycémie (taux de sucre dans le sang) est enseignée en ambulatoire (sans hospitalisation) ou en hôpital de semaine dans la majorité des centres hospitaliers. 

La formation se déroule en petits groupes (8 personnes maximum), encadrés par une équipe soignante pluridisciplinaire associant médecins, diététiciennes et infirmières au sein de services hospitaliers de diabétologie. 

Quels sont les avantages de cette méthode ?

L’insulinothérapie fonctionnelle permet au patient diabétique de mieux maîtriser son traitement. Elle permet de diminuer la survenue des hypoglycémies et de corriger les hyperglycémies. Alors que l’insulinothérapie standard “basale-bolus” contraint le patient à se piquer et à manger à horaire fixe des doses millimétrées d’hydrocarbures, l’ITF s’adapte au mode de vie du patient et lui permet même de faire quelques écarts totalement maîtrisés.

La qualité de vie des patients diabétiques est ainsi améliorée, leur permettant de profiter d’une alimentation variée et équilibrée, sans restriction particulière. Il s’agit de rendre le patient autonome et de faire en sorte qu’il puisse faire face à toutes sortes de situations imprévues ou planifiées (repas retardé, dîner au restaurant…). C’est un programme d’éducation thérapeutique qui vise à impliquer davantage le patient dans l’autogestion de son traitement et de sa maladie.

Des applications pour smartphone comme Diabeo, Gluci-Chek ou encore Mon Glucocompteur permettent même d’aller plus loin dans la simplification de la gestion des traitements par les patients. Ces applications sont capables de calculer les quantités de glucides ingérés à chaque repas et en estimant la dose d'insuline nécessaire. De plus en plus de solutions sont créées pour aider les patients à devenir le plus indépendants possible !


Cet article vous a plu ?

Partagez vos avis et vos témoignages avec la communauté en commentaires !

Prenez soin de vous !

avatar Alexandre Moreau

Auteur : Alexandre Moreau, Assistant Marketing Digital

Au sein de l'équipe Marketing Digital, Alexandre est en charge de la rédaction de fiches maladies et d'articles scientifiques. Il s'occupe également de la modération et l'animation de la... >> En savoir plus

Commentaires

beffay
le 13/10/2020

 Whoua...Bravo Alexandre! Vous mériteriez d'être celui qui fait ces formations à l'hôpital pour les nouveaux utilisateurs. Tout est dit de façon simple, concrète. Or, en voyant ce qu'ont compris et comment les nouveaux insulino-dépendants ou insulino-requérants  gèrent...ou plutôt ne savent pas gérer, c'est que l'enseignement n'était pas adapté. Très bel article à diffuser.

dinouille
le 13/10/2020

Bonjour, oui bel article mais ce qui me gène un peu c'est ça( si la glycémie à jeun est égale à 1,5 g/L, il faut injecter 1 unité (1 UI) pour être dans l’objectif (1,1g/L).ce qui est pratiquement pas faisable ,surtout avec mes stylo "humalog200",mini,4 unité je veux bien mais 1. De plus la glycémie à jeun (doit être comprise entre 0,7 et 1,1 g/L): rassurez vous je parle pour l'HAS, sont marrant eux à 0.7 je parle pour moi à 0.7 c'est l'hypo qui commence, faut qu'ils se mettent dans le crâne qu'ont réagit pas toutes ni tous pareillement, on a pas les mêmes corps ,que se soit pour un(e) diabétique simple ou un(e) diabétique + 1 voir plusieurs autres pathologies.Perso en diabéto m'ont régler entre 0.80 et 1.60 "Freestil.Libre".Par contre merci pour ces info le reste,surtout ceci,qui est bon à savoir "1 UI diminue la glycémie d’environ 0,4 g/L : donc si la glycémie à jeun est égale à 1,5 g/L, il faut injecter 1 unité (1 UI) pour être dans l’objectif (1,1g/L).
15 g de sucre augmentent la glycémie de 0,4 g/L en 15 minutes : si la glycémie est inférieur à 0,5 g/L, il faut resucrer.

arlesienne
le 13/10/2020

@dinouille parfaitement bien expliqué!  je dis a Alexandre que je me pique jamais le matin,mais une fois par jour,le soir au coucher ! ma glycémie rare quand elle monte a 1,60  ? oui mais j'accuse ,que je suis  gourmande? une fois a deux fois par mois je m'éclate au chocolat noir et gâteau mais je reste quand méme dans le raisonnable !!!!! le plus que je monte avec ça c'est 1,50  si pendant 3 jours ça reste comme ça,je prends 2  ml d'insuline! et quand cela re descend je baisse  a moins 2  et je voudrais comme des sportifs marcher ? est le meilleur remède..... tous les jours marcher,ou 3 fois par semaine ? je trouve des escuses en ce moment avec le corovid? je dis que c'est sa  faute?  non faut pas trouver des excuses ?  dimanche j'ai fait quand même 8 km rien que de monter en montagne! bon je crois que je suis sur la bonne voie?  allez gardons notre moral quoi qui advienne ? bonne soirée a Alexandre et a vous tous!!!!

dinouille
le 13/10/2020

@arlesienne Bonsoir, content de voir que côté diabète sa va bien .Juste une injection le soir, étant diabétique 2 je suppose un supplément médicamenteux, mais bon ma mère aussi,juste une injection mais le matin Lantus,glycémie entre 0.80 et 1.20 en général,une infirmière qui lui fait ses injections,mais 82 ans le matin petit déjeuner 1 casse croute dans café,à midi puré et un yaourt,idem le soir.Pour moi un peu plus compliqué 4 insulines par jour +1 l'après midi pour goutter,qui varie entre 8 et 10 unités suivant ma glycémie,insuline qui parfois me pose des soucis,agit pas,stylo  et c'est pas les aiguilles puisque ma mère et moi on partagent la même boite.Moi je bricole beaucoup donc sa compense un peu.Mais bon,très bon article.Bonne soirée

212121
le 14/10/2020

Bjr,

Moi ce matin, à jeun, je suis monté à 1,85. Hier soir j'ai mangé pizza, 2 gâteaux secs, 1 bonbon. J'ai changé de traitement trucility à 0,75 = MES 2 Metformine 1000 matin et soir. Je fais peut être quelques excès . J'ai mangé une gauffre aussi hier soir avec mon café. Je voudrais descendre, mais je n'y arrive pas. Que  me conseillez vous ? Merci.

Vous aimerez aussi

Le diagnostic du diabète de type 2 raconté par les membres Carenity

Diabète de type 2

Le diagnostic du diabète de type 2 raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Diabète : savoir lire ses analyses de sang

Diabète de type 1
Diabète de type 2

Diabète : savoir lire ses analyses de sang

Lire l'article
Diabète et permis de conduire : pourquoi et comment déclarer son diabète en préfecture ?

Diabète de type 1
Diabète de type 2

Diabète et permis de conduire : pourquoi et comment déclarer son diabète en préfecture ?

Lire l'article
Diabète de type 2 : mieux connaître la Metformine

Diabète de type 2

Diabète de type 2 : mieux connaître la Metformine

Lire l'article