«
»

Top

Lupus : l’éducation thérapeutique ou comment devenir acteur de sa maladie

17 juin 2019

Laurent Chiche est médecin interniste à l’Hôpital Européen Marseille et membre du comité scientifique de Carenity. Son projet de recherche, le Lupus Living Lab, permet aux patients atteints de lupus de monitorer eux-mêmes leur maladie pour aider la recherche mais également mieux comprendre et gérer leur pathologie au quotidien.

Lupus : l’éducation thérapeutique ou comment devenir acteur de sa maladie

Bonjour Laurent, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le Lupus Living Lab ?

La particularité du Lupus Living Lab est sa méthodologie : le projet est mené avec les patients du début à la fin. L’objectif est que les patients monitorent eux-mêmes leur maladie avec des outils embarqués (capteur UV, application d’interface avec le centre, prélèvements sanguins sur le doigt, prélèvement de selles…). Le patient est ainsi éduqué à gérer sa maladie grâce à des dispositifs que notre équipe lui apprend à utiliser. Pour mettre tout cela en place, des patients ont réfléchi avec nous en petits groupes.

>> Cliquez ici pour lire toutes les informations sur le Lupus Living Lab

À quoi servent ces données recueillies par les patients ?

On cherche à savoir si tous ces biomarqueurs sont capables de prédire les poussées plus en amont que les signes cliniques ou les marqueurs de suivi habituels : l’idée est de pouvoir anticiper une rechute lorsqu’elle est encore toute débutante. Grâce aux informations recueillies, on peut suivre ce qui s’est passé, ce qui se passe et ce qui ne se passe pas pendant une poussée, au niveau moléculaire ou suite à des comportements d’exposition à des facteurs de risque, avant que la rechute ne soit vraiment présente.

Une fois récoltées, comment les données sont-elles analysées ?

Le Lupus Living Lab a l’avantage de fournir aux patients des outils pour structurer l’analyse de tous les biomarqueurs récoltés. Il fournit la méthodologie. De plus, les patients sont en relation constante avec le centre. Toutes les informations sont sur la table donc les risques d’avoir une analyse erronée sont moindres. Par exemple, cela évite d’incriminer à tort un paramètre comme un vaccin, la prise d’un antibiotique ou une injection. Ce monitoring exhaustif avec une analyse fine est intéressant par les patients car ils n’oublient aucun facteur.

laurent-chiche

En quoi cela participe-t-il à l’éducation thérapeutique du patient ?

Une équipe d’éducation thérapeutique est impliquée dans le projet car il faut éduquer en amont les patients à se piquer, à détecter certains symptômes… L’éducation thérapeutique est majeure dans la prise en charge du lupus et le restera, même avec l’amélioration des traitements. En connaissant leur maladie, les patients seront plus à mêmes de la gérer et de reconnaître les symptômes d’une poussée pour pouvoir contacter leur médecin au plus tôt.

Qui participe à ce projet ?

Une trentaine de patients seront suivis pendant au minimum 6 mois.

Les patients qui ne participent pas au Lupus Living Lab peuvent-ils adopter la même approche ?

Bien sûr, il est recommandé de se monitorer soi-même, même hors du cadre de ce projet ! Je conseille de le faire en partenariat avec son médecin, sur des périodes de temps données pour ne pas que ce soit trop lourd. À terme, on aimerait étendre la méthode du Lupus Living Lab à tous les patients, avec une veille au niveau du centre.

Quelle est la différence entre le Lupus Living Lab et un essai clinique traditionnel ?

La méthodologie d’un essai clinique est différente mais quand nous avons lancé ce projet, des partenaires industriels ont été intéressés par cette approche. On peut imaginer que les participants à un essai clinique, entre deux visites à l’hôpital – les visites sont souvent espacées d’un mois – pourront utiliser les mêmes outils que le Lupus Living Lab pour remonter en live tous les événements marquants qu’ils vivent ou encore des données de pharmacovigilance. Le patient est souvent un peu seul entre deux visites, malgré le lien avec son centre qui mène l’essai clinique.

Selon vous, quel rôle doit avoir le patient dans son parcours de soin ou le choix de ses traitements ?

Le rôle qu’il veut bien avoir. Il n’y a pas un idéal immuable. Certains patients, au début de leur maladie, manifestent une grande passivité qu’on ne peut pas leur reprocher. Petit à petit, ces patients vont souvent prendre leur autonomie. Il y a des phases où le patient est en demande de « paternalisme médical », même si ce terme n’a pas bonne presse en ce moment. Parfois, les médecins doivent les « chouchouter » le temps qu’ils se remettent à flot. Bien sûr, sur le long terme, quand la maladie est stabilisée, il n’y a pas de limite à la connaissance de la pathologie que les patients peuvent avoir. On peut composer avec leurs souhaits, parfois même s’ils désirent mettre en place une interruption thérapeutique.

Comment participer au Lupus Living Lab ?

Nous recherchons des patients dans la région de Marseille, ayant un lupus stable, c’est-à-dire hors d’une période de poussée. Pour prendre plus d’informations ou pour participer, il suffit de contacter Myriam Bennani au 04 13 42 83 51 au par mail à l’adresse suivante : m.bennani@hopital-europeen.fr

 

Retrouvez bientôt la suite de notre entretien avec Laurent Chiche :

- Poussées de lupus : quelles sont les causes et les symptômes ? Comment les prévenir, les reconnaître et les traiter ?
- La recherche médicale dans le lupus : vers des traitements moins toxiques et une médecine personnalisée

Que pensez-vous du Lupus Living Lab ? Quels éléments vous manquent (ou non) pour comprendre votre maladie au quotidien ?

--

Laurent Chiche

Le Docteur Laurent Chiche est médecin interniste* et chercheur à l’Hôpital Européen Marseille. Il a lancé un projet de recherche clinique sur le lupus, le Lupus Living Lab. Son objectif est de tenter de déterminer les paramètres annonciateurs des poussées de lupus en sortant la recherche des laboratoires pour l’introduire dans la vie quotidienne des patients.

>> Suivre Laurent sur Twitter 

* La médecine interne s'intéresse au diagnostic et à la prise en charge globale des maladies de l'adulte avec une prédilection pour les maladies systémiques et les maladies auto-immunes en général. En France, la médecine interne est la spécialité des démarches diagnostiques difficiles et de la prise en charge des patients souffrant de polypathologies ou de maladies générales. Cette activité implique un travail en équipe, multidisciplinaire et multi professionnel.

avatar Louise-B

Auteur : Louise-B, Content & Community Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le vécu des patients et qui portent leur voix. Forte d'une formation pluridisciplinaire axée sur le journalisme, elle coordonne la rédaction des contenus des plateformes Carenity et facilite l'expérience des membres sur le site.

Commentaires

le 19/06/2019

Bonjour,

Etre acteur et non spectateur de sa maladie c est très bien. Avoir un suivi en partenariat avec son medecin qu elle avancée. Aussi dans la prise en charge des pathologies chronique il est primordial d avoir un medecin à l ecoute et qui ne se laisse pas deboder par son exasperation.  C est important de prendre en compte les connaissances, les competences, le ressenti de la maladie pour pouvoir etre capable de supporter tous les dispositifs medicaux de ce beau projet. 

Vous aimerez aussi

Le diagnostic du lupus raconté par les membres Carenity

Lupus

Le diagnostic du lupus raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Semaine contre les douleurs | Les médecines douces et thérapies alternatives contre la douleur

Achondroplasie
Arthrose
Capsulite rétractile de l'épaule
Cruralgie
Discopathie dégénérative
Douleur myofasciale
Douleurs chroniques
Fibromyalgie
Hernie discale
Lupus
Mal de dents
Mal de dos
Malocclusion dentaire
Migraine
Ostéomalacie
Polyarthrite rhumatoïde
Pseudoachondroplasie
Sciatique
Spondylarthrite ankylosante
Tendinite
Tendinite calcifiante
Torticolis
Transformation kystique des acini

Semaine contre les douleurs | Les médecines douces et thérapies alternatives contre la douleur

Lire l'article
Semaine contre les douleurs | La fibromyalgie et les douleurs chroniques

Achondroplasie
Arthrose
Capsulite rétractile de l'épaule
Cruralgie
Discopathie dégénérative
Douleur myofasciale
Douleurs chroniques
Fibromyalgie
Hernie discale
Lupus
Mal de dents
Mal de dos
Malocclusion dentaire
Migraine
Ostéomalacie
Polyarthrite rhumatoïde
Pseudoachondroplasie
Sciatique
Spondylarthrite ankylosante
Tendinite
Tendinite calcifiante
Torticolis
Transformation kystique des acini

Semaine contre les douleurs | La fibromyalgie et les douleurs chroniques

Lire l'article
Des applications mobiles pour lutter contre la douleur

Achondroplasie
Arthrose
Capsulite rétractile de l'épaule
Cruralgie
Discopathie dégénérative
Douleur myofasciale
Douleurs chroniques
Fibromyalgie
Hernie discale
Lupus
Mal de dents
Mal de dos
Malocclusion dentaire
Migraine
Ostéomalacie
Polyarthrite rhumatoïde
Pseudoachondroplasie
Sciatique
Spondylarthrite ankylosante
Tendinite
Tendinite calcifiante
Torticolis
Transformation kystique des acini

Des applications mobiles pour lutter contre la douleur

Lire l'article