«
»

Top

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

6 sept. 2019 • 56 commentaires

Kinésithérapeute à Paris, François Perrin nous explique comment sa pratique peut aider les patients atteints de maladies chroniques à mieux gérer la douleur et à retrouver leurs capacités fonctionnelles, notamment à mieux bouger et retrouver une activité physique adaptée.

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Bonjour François, pouvez-vous nous expliquer en quelques lignes en quoi consiste la kinésithérapie ?

La kinésithérapie, physical therapy en anglais, intervient dans le traitement d’incapacités physiques et motrices qui découlent de blessures et de maladies qui peuvent toucher les muscles, les articulations, les os, le système neurologique (cerveau, nerfs, moelle épinière), le système respiratoire (poumons), le système circulatoire (vaisseaux sanguins) et le système cardiaque (cœur).

Quelles maladies chroniques peuvent-elles être concernées par la kinésithérapie ?

Il y en a beaucoup. La kinésithérapie intervient dans de nombreuses spécialités médicales telles que la neurologie (AVC, Parkinson), la traumatologie, la rhumatologie, la pneumologie, etc.

La kinésithérapie peut être utilisée en traitement de fond pour les maladies telles que la SEP, l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante ou encore la maladie de Lyme.

Cette année, la journée mondiale de la kinésithérapie a pour thème la douleur chronique. En quoi cette discipline peut-elle lutter contre la douleur chronique ?

La kinésithérapie permet de mettre en place des techniques antalgiques qui ont pour but de soulager le patient atteint de douleurs chroniques. C’est le cas par exemple du massage, de l’électrothérapie ou encore de la balnéothérapie qui ont un réel effet immédiat sur la douleur. Pour diminuer la douleur de manière pérenne, ces méthodes sont souvent associées à des exercices et des mobilisations.

Quand on a mal, difficile d’être enthousiaste à l’idée de faire des exercices chez le kiné. Que diriez-vous à nos lecteurs qui sont dans ce cas-là ?

Certains patients ont peur du mouvement car ils appréhendent l’augmentation de leur douleur. Aller consulter un kinésithérapeute va au contraire leur permettre de franchir cette barrière de manière très douce et progressive. C’est le seul moyen de retrouver ses capacités fonctionnelles. Il faut à tout prix éviter le cercle vicieux du «  j’ai mal, je ne bouge pas ». La solution, c’est d’être progressif dans l’intensité et la répétition des mouvements que l’on réalise.  Je dis souvent que le corps s’adapte à ce qu’on lui demande ! Si on ne lui demande rien, il s’adapte au « rien » et donc on perd en aptitudes. Par contre, si on le sollicite, il répondra toujours de manière positive et permettra une évolution des capacités fonctionnelles.

Pour lutter contre la douleur au quotidien, quels exercices simples conseilleriez-vous aux patients, à réaliser à domicile ?

Je ne peux pas répondre à cette question car cela dépend de la pathologie du patient. Mais de façon générale, il est important de réaliser des mouvements simples qui respectent la physiologie du corps. Il faut que les exercices soient faciles à faire, de façon à ce qu’ils soient bien réalisés et que le patient puisse les répéter quotidiennement avec plaisir !

Est-il important de pratiquer une activité physique entre deux séances de kiné ?

Le kinésithérapeute est formé pour vous accompagner dans le choix d’une activité physique adaptée à votre situation. Dans le cas de certains traitements, il est préférable de ne pas pratiquer d’activité physique entre deux séances : par exemple, si vous êtes en phase inflammatoire d’arthrose du genou, il est évident qu’il n’est pas conseillé de faire un footing ! À l’inverse, d’autres traitements nécessitent justement la pratique d’un sport entre les séances : par exemple, si vous êtes en phase de ré-athlétisation après une entorse de cheville, il est important de compléter la rééducation avec des séances de sport adaptées.

Y a-t-il des nouvelles techniques qui se développent dans le champ de la kinésithérapie ?

Oui, la kinésithérapie se développe énormément, il y a beaucoup d’études scientifiques qui sont réalisées et qui font évoluer les traitements. Les kinésithérapeutes ont un devoir de formation continue qui leur permet d’être à jour dans les traitements qu’ils proposent à leurs patients.

Si l’on souffre d’un rhumatisme inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde, peut-on aller voir son kinésithérapeute lorsque l’on est en poussée ?

Bien sûr ! Le kinésithérapeute utilisera des techniques à visée antalgique pour diminuer les douleurs induites par cette phase inflammatoire.

Le WCPT (World Confederation for Physical Therapy) explique que les patients atteints de cancer peuvent également tirer profit de la kinésithérapie, pouvez-vous nous en dire plus ?

Je ne suis pas expert dans ce domaine, mais je sais que des traitements sont mis en place pour certains cancers et les résultats sont très encourageants. Par exemple, pour le cancer du côlon, l’activité physique permet « une vidange gastrique », ce qui empêche la croissance des métastases car elles n’ont plus les nutriments nécessaires à leur développement.

Le kinésithérapeute, au-delà des exercices physiques, a-t-il un rôle d’accompagnement et de conseil auprès des patients pour qu’ils apprennent à mieux gérer leurs douleurs ?

Il me semble que ce point est très important.

Je pense qu’il est indispensable pour un patient ayant des douleurs chroniques d’être pris en charge par un professionnel de santé comme le kinésithérapeute. Du fait de la multiplicité des séances, le suivi est hebdomadaire voire quotidien suivant la pathologie et permet au kinésithérapeute de connaître au mieux son patient. Il pourra ainsi adapter sa prise en charge en fonction de la fluctuation des douleurs de son patient.        

Y a-t-il des douleurs chroniques ou des maladies pour lesquelles le recours à la kinésithérapie est déconseillé ou inefficace ?

Il existe bien évidement de nombreuses pathologies pour lesquelles elle n’aura pas d’utilité. Pour rappel, les actes kinésithérapiques sont prescrits par les médecins, c’est donc à eux de décider de l’utilité ou non de la kinésithérapie en fonction de leur diagnostic.

 

Et vous, avez-vous essayé la kinésithérapie ?
Quels ont été les bienfaits sur votre mobilité ?

--

À la rencontre de notre expert kinésithérapeute

physical therapist francois perrin

François Perrin est masseur-kinésithérapeute à Paris. Ancien sportif de haut niveau, diplômé de l'école de kinésithérapie de Paris (ADERF) et titulaire d'un Master en Sciences du sport (Université Paris Descartes V), François Perrin a notamment été formé à l'Institut National du Sport (INSEP) et au centre de formation de Paris Saint Germain (PSG) pendant plusieurs années. Spécialisé en traumatologie du sport, pédiatrie (bronchiolite), rhumatologie, traumatologie, neurologie et pneumonie, il effectue ses consultations en masso-kinésithérapie dans son cabinet pluridiscinaire partagé avec un médecin généraliste, un médecin psychiatre et une chiropraticienne.

Cliquez ici pour prendre rendez-vous avec François Perrin

Sources : en savoir plus sur la World Confederation for Physical Therapy

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également Content Manager pour proposer à tous les membres articles, vidéos et témoignages. Spécialisée dans le Brand Content, son objectif est de porter la voix des patients et de faciliter leur expérience sur le site.

Commentaires

le 06/09/2019

Très intéressant,cependant beaucoup de maladies chronique ne sont pas prise en charge à 100% même si elles sont reconnue en ALD,comme l'arthrose,qui est une maladie évolutive,pour laquelle il n'y a aucun traitement.Même si on bouge comme le préconise la sécurité sociale,il n'en reste pas moins que les douleurs sont là et que pour beaucoup il leur est impossible de bouger sans ressentir la moindre douleur,ne plus rien pouvoir tenir,etc etc!

le 06/09/2019

Moi j'ai un souci avec ces gens , je pense que ça vient du produit qu'ils utilisent pour masser , j'en ai vu plusieurs , a chaque fois après , une migraine terrible , au point de devoir me mettre dans le noir complet pendant des des heures , ainsi , a choisir , pour moi , avec ma pathologie, j'aime mieux souffrir , que d'aller en voir une ou un .

Je précise bien pour moi , car je ne doute pas que pour d'autres personnes , j'ai vu pour les bébés qui ont des bronchiolites, c'est impressionnant comme ils font sortir les glaires de ces petits corps .

Cordialement

le 06/09/2019

@pseudo-masqué‍ Bonjour,surement allergique aux produits ou à l'un des composants.Oui des gosses j'en vois souvent chez la kiné,surtout l'hiver,du clapping qu'ils appellent ça,pour les adultes aussi ils le font,Bon après midi

le 06/09/2019

Bénis soient les kinés, le meilleur de mes médicaments et le plus efficace contre les douleurs ... en est un !

Mais bonjour la fatigue, il faut récupérer un minimum pour que l'effort produise ses effets.

Cet été (3 mois de chaleur +++++) rend le challenge plus ardu.

Amitiés et vive les kinés !!!

le 06/09/2019

la kiné aide à remettre sur pied , ils ont les gestes justes ,et bons ,le traitement de l'arthrose c'est la marche, je m'en suis apercue maintenant que je ne peux presque plus bouger ,par rapport à mon compagnon, je m'aperçois que je suis ankylosée de partout et des douleurs , les muscles fondent plus de résistances physiques ,il faut reprendre la marche dans la rue au départ et un peu tous les jours lorsque je faisais les cures thermale tout allait bien, résultat il faut se bouger   merci pour cet article

Vous aimerez aussi

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article
Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Maladie de Crohn
Polyarthrite rhumatoïde
Psoriasis
Rectocolite hémorragique
Rhumatisme psoriasique
Spondylarthrite ankylosante

Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Lire l'article
Interview d’expert : tout savoir de l’ergothérapie

Interview d’expert : tout savoir de l’ergothérapie

Lire l'article
Le diagnostic de la maladie de Parkinson raconté par les membres Carenity

Maladie de Parkinson

Le diagnostic de la maladie de Parkinson raconté par les membres Carenity

Lire l'article