«
»

Top

Définition, diagnostic et traitements d’une bronchite grave méconnue : la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Publié le 5 avr. 2021 • Par Aurélien De Biagi

Aujourd'hui nous vous proposons un court article sur une maladie peu connue et pourtant répandue : la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). En 2010, 7.5% de la population (3.5 millions de français) en était atteinte, principalement des fumeurs. Cependant, cette pathologie est sous-diagnostiquée du fait de la non spécificité de ses symptômes (entre 66 et 90% des personnes atteintes ne le sauraient pas).

Qu’est ce que la BPCO ? Comment la diagnostique-t-on ? Quels en sont les traitements ? COVID-19 et BPCO, y a-t-il un risque accru ?

Les réponses à ces questions se trouvent plus bas !

Définition, diagnostic et traitements d’une bronchite grave méconnue : la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

BPCO : définition

Il s’agit d’une maladie inflammatoire chronique qui touche le système respiratoire, plus particulièrement les bronches. C’est une forme grave de bronchite. Elle se caractérise par un rétrécissement des voies aériennes, une inflammation ainsi qu’une hypersécrétion de mucus.

Ceci va induire une perturbation du tissu pulmonaire pouvant conduire à terme à l’emphysème (destruction de la paroi des alvéoles) et à l’insuffisance respiratoire chronique.

  • 90% des cas de BPCO sont dus à la fumée de tabac (tabagisme actif et passif). On estime que 30% des fumeurs sont atteints. En effet, cette dernière provoque une sécrétion de mucus très importante, facilitant les infections qui provoquent à leur tour une sécrétion de mucus créant ainsi un cercle vicieux.
  • 10% des cas diagnostiqués sont, quant à eux, dûs aux expositions professionnelles (silice, poussières de charbon, certains solvants, certains produits agricoles, etc).

Touchant de plus en plus de femmes du fait de l’augmentation du nombre de fumeuses, il est important de noter que celles-ci développent des formes plus précoces et plus graves que les hommes.

Les symptômes de la BPCO ne lui sont pas spécifiques, rendant son diagnostic précoce difficile. En effet, il s’agit de toux, de dyspnée (essoufflement) et d'expectorations (crachats). Leur apparition est insidieuse, ils apparaissent petit à petit tout en s’aggravant avec le temps. 

On peut également noter des épisodes d’exacerbations (crise d’aggravation des symptômes) traduisant un aggravement plus général de la maladie et pouvant provoquer jusqu’à l’hospitalisation.

Méthodes diagnostiques

Suivant l’augmentation de la fréquence et de la gravité des symptômes, une série de tests sera recommandée : l’exploration fonctionnelle respiratoire

Parmi ces tests, nous pouvons notamment citer la spirométrie. Elle va permettre de mesurer les volumes mobilisables (volume total d’air mobilisé suite à une inspiration et une expiration maximale) et le volume expiré maximal par seconde (VEMS : volume maximal expiré par le patient en 1 seconde). Ces résultats permettent ainsi d’apprécier les capacités pulmonaires de ce dernier.

Une épreuve de la marche pourra également être effectuée. Ce test mesure le périmètre de marche en un temps imparti (6 minutes). Il donnera une indication de l’impact de la maladie sur le quotidien du patient.

Les traitements disponibles

En fonction de la gravité et de la fréquence des symptômes, le choix et le nombre d'associations pourront varier. Il s’agit ici de répertorier de façon non exhaustive les différents traitements disponibles.

Traitements non médicamenteux : 

Il faudra en premier lieu arrêter le tabac et éviter toute exposition à d’autres polluants. Une activité physique pourra aussi être introduite dans la mesure du possible, ainsi que des séances de kiné respiratoire.

Traitements médicamenteux :

Un traitement médicamenteux pourra également être mis en place. Ce traitement se base sur des bronchodilatateurs comme pour le traitement de l’asthme, ainsi que des corticoïdes et de l’oxygénothérapie pour les formes plus graves. 

On a par exemple :

  • Bronchodilatateur inhalé de courte durée d’action (BCDA) pour utilisation à la demande. On retrouve dans cette classe le Salbutamol (VENTOLINEⓇ, VENTILASTINⓇ) et la Terbutaline (BRICANYL turbuhalerⓇ).
  • Bronchodilatateur inhalé de longue durée d’action (BLDA) pour utilisation quotidienne (traitement de fond). On trouve ici le Salmétérol (SEREVENT diskusⓇ ou SEREVENTⓇ), le Formotérol (FORADILⓇ) en inhalation ou la Terbutaline (BRICANYL LPⓇ) et le Bambutérol (OXEOLⓇ) en voie orale (voie réservée aux patients ayant des difficultés à inhaler).
  • Des corticoïdes inhalés: Budésonide (PULMICORT turbuhalerⓇ), Fluticasone (FLIXOTIDEⓇ) ou Béclométhasone (BECOTIDEⓇ). Ces médicaments ne sont jamais pris seuls dans le cas du traitement de la BPCO, ils sont toujours pris en association avec un ou plusieurs bronchodilatateurs et en présence d’exacerbations résistantes aux bronchodilatateurs.
  • L’oxygénothérapie en cas d’insuffisance respiratoire.

Aucun de ces traitements ne permet cependant de guérir la BPCO, ils permettent simplement de limiter l’évolution de la maladie et parfois de supprimer certains symptômes.

Des réévaluations régulières du traitement sont recommandées afin de diminuer la pression médicamenteuse si possible. De plus, la bonne observance du traitement ainsi que la bonne utilisation des inhalateurs permet une meilleure prise en charge.

BPCO et COVID-19

La BPCO est une pathologie qui rend le patient fragile aux infections, notamment virales. Dans cette période de pandémie, il est juste de se demander si elle représente un facteur de risque de la COVID-19.

Il n’y a malheureusement pas encore de réponse définitive sur le sujet. Parmi les études qui ont été menées dans le monde, aucune n’a permis de clairement identifier la BPCO comme un facteur de risque. En effet, le nombre de patients et/ou la connaissance de leurs comorbidités sont des facteurs limitants.

Il semblerait cependant, avec les données actuelles, que ce ne soit pas le cas. En effet, avoir une BPCO n’augmenterait pas le risque d’être atteint de la COVID-19. Par contre cela pourrait entraîner des formes plus graves dans certains cas. 

Les recommandations sont par contre claires sur une chose : il ne faut pas arrêter son traitement corticoïde ou bronchodilatateur. Même si vous avez la COVID-19, ce traitement ne favorise pas l’aggravation de la maladie causée par le virus. 

Si le sujet vous a intéressé, lisez aussi cet article !

Cet article vous a plu ?

N’hésitez pas à le partager ou à le commenter !

Et surtout prenez soin de vous !


6 commentaires


boussafsafb
le 06/04/2021

Très bon article. Salut!


Marieplag
le 06/04/2021

Merci pour cet article; je suis surprise que presque toutes les personnes auxquelles je parle de la BPCO ne connaissent absolument pas cette pathologie.
Je trouve également que les traitements ne sont pas d'une grande efficacité.

Mariep


dady1er
le 08/04/2021

@boussafsafb Ah bon !!

je suis surpris que l'auteur limite les traitements non médicamenteux de la bpco

Il semble ignorer les interventions chirurgicales et les implants ... pas très cool ni professionnel et désespérant ....


Princesse29
le 08/04/2021

 Je suis surprise de constater que les personnes atteintes de B.P.C.O et emphysème ne soient pas pas prioritaireS pour être vacciné contre le COVID  .... Il semblerait que pourtant au cas ou l'on contacterait la maladie, ses effets seraient désastreux... alors quelqu'un peut il me répondre ? J'ai 65ans en juillet prochain : quand pourrais-je être vaccinée ... Cette situation devient vraiment angoissante ....Merci pour vos réponses. 


boussafsafb
le 09/04/2021

La bpco ne guérie pas. Salut!

Vous aimerez aussi

BPCO : l’alimentation peut-elle jouer un rôle dans le mieux vivre avec la maladie ?

BPCO

BPCO : l’alimentation peut-elle jouer un rôle dans le mieux vivre avec la maladie ?

Lire l'article
Le diagnostic de la BPCO raconté par les membres Carenity

BPCO

Le diagnostic de la BPCO raconté par les membres Carenity

Lire l'article
BPCO - Affronter l'isolement et la dépression

BPCO

BPCO - Affronter l'isolement et la dépression

Lire l'article
Tout savoir sur la  BPCO et le coronavirus !

BPCO

Tout savoir sur la BPCO et le coronavirus !

Lire l'article

Fiche maladie