«
»

Top

BPCO : l’alimentation peut-elle jouer un rôle dans le mieux vivre avec la maladie ?

Publié le 3 juin 2021 • Par Candice Salomé

La BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) est une pathologie se caractérisant par une obstruction des bronches, une toux et une expectoration chronique. La BPCO est une maladie insidieuse dont les symptômes ne se déclarent réellement que lorsque la maladie est bien installée. Le tabac est une des causes principales de la BPCO.

Selon certaines études, l’alimentation pourrait avoir un rôle à jouer dans le mieux vivre avec la maladie.

Mais alors, comment peut-on expliquer que l’alimentation puisse améliorer les symptômes de la BPCO ? Quels sont les aliments à privilégier ? Quel est le rôle du poids dans la BPCO ?

On vous dit tout dans notre article !

BPCO : l’alimentation peut-elle jouer un rôle dans le mieux vivre avec la maladie ?

La BPCO est une maladie qui, dans 80% des cas, est liée au tabagisme, qu’il soit actif ou passif. En France, en 2017, la BPCO touchait plus de 3,5 millions de personnes et était responsable de 17 000 décès. 

La BPCO ne se guérit pas mais grâce à un traitement et un suivi adapté, l’arrêt du tabac, une meilleure alimentation et une activité physique, il est possible d’améliorer son quotidien avec la maladie.

>> Pour en savoir plus sur la BPCO, cliquez ici <<

Quel est le rôle de l’alimentation sur la BPCO ?

Adopter une alimentation saine et équilibrée est essentielle et profite à tout un chacun. Cela s’avère encore plus vrai pour les personnes atteintes d’une maladie chronique respiratoire. Une alimentation saine et équilibrée permettra une amélioration de la qualité de vie, de la respiration et de la tolérance à l’effort. 

Les bonnes habitudes à adopter dans son alimentation

Certaines habitudes alimentaires ont le pouvoir de jouer un rôle sur l’évolution de la maladie. Voici quelques conseils :

  • Les fibres telles que les légumes, les fruits, les céréales complètes ou les légumineuses permettent de freiner le développement de la BPCO et permettent également une amélioration des débits bronchiques.
  • Les aliments riches en oméga-3 aident à diminuer l’inflammation. Il est recommandé de consommer des poissons gras (saumon, truite, sardines…) et des oléagineux (noix, noisettes, amandes).
  • Les protéines étant importantes à une bonne alimentation, il est conseillé de varier les sources afin de ne pas se lasser : œufs, poisson, viande blanche, soja, légumineuses
  • Une diminution des graisses saturées telles que la viande rouge, la charcuterie ou encore la crème fraîche permettent d’éviter une augmentation de l’inflammation et une aggravation des symptômes de la BPCO.
  • Il est recommandé d’éviter au maximum les produits transformés du commerce car ils augmentent l’inflammation.
  • Il faut veiller à s’hydrater suffisamment pour favoriser le processus de circulation tout en gardant les poumons bien hydratés et prêt à éliminer les toxines indésirables.
  • Il faut éviter les produits sucrés, l’alcool et le sel.

Quel est le rôle du poids dans la BPCO ?

Les troubles de la nutrition sont fréquents chez les patients atteints de BPCO (dénutrition, surcharge pondérale ou obésité). Selon Santé Respiratoire France, 25 à 50% des patients touchés par la BPCO ont un mauvais état nutritionnel et au moins 20% sont en état de dénutrition.

Or, nous l’avons vu, un état nutritionnel correct est essentiel dans le traitement de la BPCO.

Il faut être vigilant lorsque l’on constate une perte d'appétit ou de poids

Le surpoids est gênant pour bien respirer mais la dénutrition présente des conséquences qui peuvent être plus importantes.

La dénutrition signifie l’état où les besoins en énergie ou en protéines ne sont pas couverts. L’impédancemétrie, qui signifie la mesure de la masse grasse, permet de détecter la dénutrition. Cette technique mesure la résistance d’un organisme à un courant électrique ou à une pression acoustique. Dans les faits, elle est généralement utilisée pour évaluer le taux de masse graisseuse corporelle d’un individu en faisant passer un courant à très faible intensité dans le corps.

La dénutrition se traduit par une diminution de la masse musculaire (aussi appelée masse maigre). Cette diminution touche :

  • Les muscles squelettiques et particulièrement les muscles des cuisses qui représentent les plus grosses masses musculaires du corps. 
  • Les muscles respiratoires entraînant une fatigue respiratoire et une augmentation du coût énergétique de la respiration.
  • La dénutrition est également associée à une diminution de la densité osseuse.

La dénutrition peut s’expliquer par différentes causes telles que le tabagisme, le manque d’oxygène, les traitements comme la corticothérapie ou l’inflammation des bronches qui accompagne la BPCO.

Il n’y a pas de réels traitements contre la dénutrition mais certains compléments alimentaires peuvent améliorer la situation nutritionnelle.

L’obésité peut entraîner d’autres problèmes mécaniques de respiration

A l’inverse de la dénutrition, l’obésité peut également entraîner des risques d’aggravation de la BPCO. En effet, l’obésité abdominale, comprimant le diaphragme, empêche une pleine respiration et conduit à une diminution de la capacité pulmonaire. Les zones comprimées par l’abdomen participent moins bien aux échanges gazeux, la ventilation est donc moins efficace : le sang est moins bien oxygéné et le gaz carbonique s’élimine plus difficilement.

Quand doit-on consulter un diététicien ou un nutritionniste ?

Pour atteindre et maintenir durablement un poids de forme, il est souhaitable de consulter un diététicien ou un nutritionniste. Votre poids de forme vous permettra ainsi de conserver votre énergie, d’améliorer votre qualité de vie et vos capacités physiques mais aussi de prévenir les infections.

Que le but soit de perdre ou de prendre du poids, il est essentiel de le faire sous la supervision d’un professionnel de la santé afin de bâtir ensemble les fondements d’une alimentation adaptée à votre cas, saine et équilibrée.


Cet article vous a-t-il été utile ?

Partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !

Prenez soin de vous !


avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

5 commentaires


Théodore
le 03/06/2021

Bonjour

Merci pour cet article très pertinent et que les pneumologues n'abordent jamais, à mon grand regret : l'alimentation et la BPCO. 

Oui effectivement, il existe un lien très étroit, en tout cas pour moi, entre aggravation des symptomes voires la cause de ma BPCO.

J'ai une BPCO stade 3 à 50 ans alors que j'étais une fumeuse occasionnelle et une grande sportive.,

j'ai réussi à faire le lien entre la consommation occasionnelle d'alcool lors de repas festifs et l'aggravation très net de mes symptômes BPCO.

Aujourd'hui, je ne bois plus et mon état c'est enfin stabilisé. Mais je remarque qu'en fonction de mon alimentation je ne respire pas de la même manière.

Quoiqu'il arrive je continue coûte que coûte l'activité physique qui est mon meilleur médicament avec mon aliment. 


Val.33
le 03/06/2021

Bonsoir

Merci de conseils.  Perso, un peu difficile à suivre pour moi… Car outre le régime sans sel, le régime sans sucre, merci la cortisone ! J’ai une intolérance à l’histamine. Mais bon! On s’habitue… Bon appétit à toutes et tous. Amicalement. Valérie


Ericdu61
le 04/06/2021

Bonjour,

Article très intéressant 😉😉.je doit allé faire une cure de rééducation des affections respiratoire de 4 semaines, j'attends avec impatience. 

J'ai été diagnostiquer bpco + emphysème sévère en 2017 et mis en invalidité en 2018, depuis cette date j'ai pris 16 kilos, j'espère perdre des kilos car maintenant je suis en difficulté pour faire certaines choses de la vie courante. 

Bonne journée à vous tous. 

Eric


Poly40180
le 05/06/2021

Merci pour cet article vraiment très intéressant.

Poly


Michele124
le 14/06/2021

Merci Pour cet article. Je ne suis pas atteinte de BPCO, mais j'ai une connaissance qui est atteinte je vais lui recopier l'article si vous permettez. Lui dire aussi qu'elle peut venir sur Carenity si elle veut.

Bonne Journée

Vous aimerez aussi

Définition, diagnostic et traitements d’une bronchite grave méconnue : la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

BPCO

Définition, diagnostic et traitements d’une bronchite grave méconnue : la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Lire l'article
Le diagnostic de la BPCO raconté par les membres Carenity

BPCO

Le diagnostic de la BPCO raconté par les membres Carenity

Lire l'article
BPCO - Affronter l'isolement et la dépression

BPCO

BPCO - Affronter l'isolement et la dépression

Lire l'article
Tout savoir sur la  BPCO et le coronavirus !

BPCO

Tout savoir sur la BPCO et le coronavirus !

Lire l'article

Fiche maladie