«
»

Top

Un logiciel qui reconnaît la douleur

3 juin 2015 • 1 commentaire

Un logiciel qui reconnaît la douleur
L'évaluation de la douleur chez l'enfant est problématique tout particulièrement pour les jeunes de moins de cinq ans. Pour y remédier, une équipe américaine propose un logiciel de reconnaissance faciale.

«Ne disputons à personne ses souffrances; il en est des douleurs comme des patries, chacun a la sienne”, expliquait Chateaubriand dans Mémoires d'outre-tombe. En effet, rien de plus subjectif que la douleur. Une même blessure peut être ressentie de manière différente et l'importance qu'on lui accorde peut varier énormément. Pourtant une équipe de chercheurs de l'université de Californie a présenté, ce lundi dans une étude publiée dans le journal Pediatrics, un logiciel de mesure de la douleur par reconnaissance faciale (FACS). Ce logiciel permet une estimation assez objective de la douleur pour les malades ayant des difficultés à s'évaluer.

Les expressions du visage sont des indices précis de la gravité de la douleur, explique l'étude. Dans cette perspective, FACS base son analyse sur 46 signes du visage à partir des vidéos des patients: comme le froncement des sourcils, l'apparition de rides sur le nez et les paupières serrées.

Pour leur expérience, les chercheurs ont testé la précision du logiciel sur 50 jeunes âgés de 5 à 18 ans, tous à la suite d'une même opération chirurgicale. Après analyse des données vidéo, le logiciel a attribué un score de douleur sur une échelle de 0 à 10 aux malades. Sachant que 10 représente le niveau maximal.

Selon l'étude, FACS établit un diagnostic très proche de l'évaluation que font les malades de leur douleur. Pour les chercheurs, sa précision est comparable à l'évaluation que font les parents de la douleur de leur enfant et il est généralement plus précis que le diagnostic des infirmières. Autre avantage du logiciel, son analyse ne change pas en fonction de la morphologie des visages. Une particularité qui laisse penser qu'il pourrait être largement utilisé par les équipes médicales.

Des échelles pour chaque cas

Mais les médecins n'ont pas attendu l'arrivée de cette technologie pour implanter une évaluation régulière de la douleur: depuis 2010, la fondation APICIL, consacrée aux projets de lutte contre la douleur, a mis en place un kit de poche à destination des soignants pour évaluer celle des enfants dans les hôpitaux français. Une initiative à laquelle le Dr.Chantal Delafosse, médecin de la douleur à l'hôpital Femme Mère Enfant (HFME) de Lyon, a participé avec pour objectif l'amélioration de la qualité des soins.

«Les enfants peuvent évaluer leur douleur à partir de 5 ans environ. En dessous de cet âge, ils n'en sont pas capable, c'est du tout ou rien», explique au Figaro le Dr.Chantal Delafosse. L'utilisation d'un système de reconnaissance automatique permet de franchir un cap dans le dépistage pour mieux adapter les traitements antalgiques des patients jeunes ou en situation d'handicap.

Plusieurs échelles existent pour évaluer les paliers de douleur. Chacune d'entre elles s'adapte aux conditions des patients. Par exemple, pour les enfants capables de s'évaluer, les chercheurs ont mis en place une échelle de visages où l'enfant désigne, parmi 6 d'entre eux, celui qui correspond le mieux à ce qu'il ressent. Dans les cas où l'évaluation nécessite l'intervention d'un tiers, le personnel médical utilise, parmi d'autres, l'échelle FLACC (Face, Legs, Activity, Cry, Consolabilty), qui lui permet de poser un diagnostic à partir des critères suivants: l'expression faciale, la position et le mouvement des jambes, l'agitation, les pleurs, les gémissements et la capacité à être réconforté.

Dans les hôpitaux français, «la prise en charge de la douleur reste un objectif à atteindre quotidien. Cela fait à peine quelques années que l'évaluation de la douleur apparait dans les dossiers de soin au même titre que la température ou la tension», déclare le Dr.Chantal Delafosse. Selon elle, le plus dur était de faire entrer l'évaluation de la douleur dans les habitudes du personnel soignant.

Le Figaro santé

Commentaires

le 03/06/2015

.

Vous aimerez aussi

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Dépression
Dépression post partum

Le diagnostic de la dépression raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Sécurité informatique, améliorations du site… Rencontrez Jérémy, responsable technique

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’aspirine ?

Lire l'article
Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article