«
»

Top

Quels sont les dangers liés à la vente libre de certains médicaments ?

Publié le 28 déc. 2020 • Par Doriany Samair

Avec l’essor d’internet, l’individu est de plus en plus à même d’en apprendre sur sa santé. De ce fait, en découle une tendance à l’automédication de plus en plus importante. Qu’appelle t-on les médicaments en vente libre ? Quelles sont les différences avec les médicaments soumis à la prescription médicale ? Quels sont les dangers que cela engendre ? On vous dit tout dans notre article !


Quels sont les dangers liés à la vente libre de certains médicaments ?

Quels sont les médicaments concernés ?

Définition

On appelle les médicaments en vente libre ou en accès direct les médicaments autorisés à être vendus sans prescription médicale préalable.

L’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de santé (ANSM) définit une liste de médicaments accessibles directement par les patients. Cette liste est mise à jour régulièrement selon l’état des connaissances de manière à garantir la sécurité des usagers.

Il faut savoir que tous les médicaments ne peuvent pas être inscrits sur cette liste : notamment les médicaments présentant des caractéristiques susceptibles de menacer la sécurité d’usage (risque trop important d’interactions médicamenteuses ou présentant des caractéristiques majeures ou destinés à la population pédiatrique dont l’usage doit faire l’objet de précautions).

Quels sont les critères pour apparaître sur cette liste ?

Pour faire partie de la liste de l’Ansm et accéder à la vente libre, les médicaments doivent respecter certaines exigences afin d’encadrer un usage en toute sécurité. Ces médicaments doivent servir à traiter une maladie bénigne qu’un patient a été capable de s’auto-diagnostiquer de façon pertinente. Le conditionnement de ce type de médicaments doit contenir des informations adaptées à l’accès libre, c’est-à-dire que la notice doit signifier systématiquement la posologie unitaire par jour (dose par prise et nombre de fois par jour) ainsi que les horaires de prise et les intervalles entre chaque prise. Ces médicaments doivent être utilisés sur une courte durée qui doit figurer sur la boîte / notice. Dès le dépassement de cette durée limite, il est conseillé de faire appel à l’avis d’un médecin. En effet, ces traitements sont censés traiter des symptômes rapidement résolubles (en quelques jours). De plus, l’administration de ces médicaments doit être aisée : les produits injectables ne sont jamais à disposition par exemple.

L’automédication

Elle concerne toute prise médicamenteuse en dehors d’une prescription médicale. En général, elle concerne le traitement de symptômes bénins ou d’affections ponctuelles que le patient a l’habitude de traiter de sa propre initiative

On retrouve ce type de médicaments souvent “devant le comptoir” ou en accès libre. Ces médicaments bénéficient du conseil avisé d’un(e) pharmacien(ne) ou préparateur(rice) lors de son achat à propos de la posologie, du rythme d’administration, de la durée etc.

Par ailleurs, certains médicaments sont disponibles avec ou sans prescription médicale : ils sont dits à “prescription facultative”. En général, ils sont placés “derrière le comptoir” du pharmacien, ce qui lui permet de s’assurer que le traitement demandé est bien approprié au patient.

L’automédication concerne aussi la réutilisation d’anciens traitements à disposition chez soi. Elle concerne plutôt le traitement de symptômes tels que la diarrhée, les allergies passagères, la toux, les symptômes du rhume, les ecchymoses, la constipation etc.

Quels sont les dangers à envisager ?

Pour le patient

L’usage d’un médicament sans avis médical préalable doit être envisagé avec précaution. Il expose l’usager à une iatrogénie médicamenteuse, à des risques d’inefficacité ou de surdosage potentiellement toxique.

En cas d’automédication, il est indispensable de :

  • s’assurer de prendre le bon médicament (être certain de son auto diagnostique),
  • de vérifier sa date de péremption et sa qualité de conservation (un médicament périmé risque d’être inefficace par exemple),
  • de lire la notice pour respecter la posologie,
  • de ne pas associer de médicaments sans avis médical, 
  • de s’assurer de ne pas faire partie des populations à risque.

D’autre part, les allergies médicamenteuses ne sont pas rares et les usagers n'en sont pas toujours conscients. Par exemple, la prise d’antibiotiques est fortement déconseillée sans prescription médicale car l’existence d'une allergie à la pénicilline sous-jacente peut impliquer une allergie croisée avec d’autres antibiotiques. De plus, la surconsommation d’antibiotiques a engendré l’émergence de résistances bactériennes conséquentes et préoccupantes menaçant directement le potentiel de cette classe thérapeutique. La France s’est longtemps placée en tête des consommateurs d’antibiotiques dans le monde ce qui a incité les pouvoirs publics et la caisse nationale d’Assurance maladie à lancer la fameuse campagne d’informations “les antibiotiques c’est pas automatique”. Il faut savoir que les antibiotiques sont indiqués dans le cadre d’infections bactériennes et sont inefficaces contre les infections virales (les plus courantes).

Il est important de signaler la survenue de tous les effets indésirables sur le site de l’Ansm pour renforcer le système de pharmacovigilance.

Pour sa maladie

Quand il existe une maladie sous-jacente, l’automédication doit d’autant plus être encadrée. Un traitement chronique préexistant peut voir son efficacité diminuée par l’administration concomitante d’une autre substance médicamenteuse. L’effet inverse est à envisager où les effets indésirables du traitement chronique peuvent être majorés par l’ajout d’un médicament. De tout ceci engendre un risque pour une maladie de ne pas être traitée voire d’évoluer de façon tragique. 

Les malades atteints d’hypertension artérielle ou d’insuffisance cardiaque, par exemple, ne doivent pas avoir recours aux pastilles effervescentes, qui contiennent beaucoup de sel. En effet, ces malades ont un régime hyposodé (pauvre en sel). De la même manière, un patient diabétique doit éviter de recourir à un sirop antitussif contenant du sucre ou tout autre produit susceptible de perturber l’équilibre glycémique. Aussi, les femmes enceintes et les enfants sont des populations chez qui il faut éviter les produits contenant de l’alcool de manière insoupçonnée comme certains médicaments contre le rhume ou la toux.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Il est indispensable de demander conseil à son médecin, son pharmacien si l’on est atteint d’une maladie chronique. Il convient d’adapter une automédication à sa situation personnelle.

Les médicaments disponibles sur internet

Le principal danger de l’achat de médicament en ligne repose sur l’absence d’une vérification par un professionnel de santé. En effet, dans ce cas, un individu ne bénéficie pas de conseils ni de mise en garde à propos d'un médicament. Il est fortement conseillé d’éviter ce type de distribution excepté s' il s’agit du site officiel de vente d’une pharmacie française. Certaines officines détiennent un espace de vente en ligne qui a été autorisé par lAgence régionale de Santé correspondant à leur région. Une liste de ces pharmacies est disponible sur le site de l’Ordre national des pharmaciens. On y retrouve uniquement les médicaments non soumis à une prescription médicale.

Mésusages, exemples

L’Ansm appelle à la vigilance à propos de l’achat de médicaments en ligne sur des sites non autorisés. Il n’est pas rare de retrouver des produits falsifiés ou contrefaits dont l’usage peut être dangereux ou inefficaces. L’OMS et la Commission Européenne rapportent une augmentation des ventes de produits “frauduleusement étiquetés” pour camoufler leur origine ou tromper leur identité. Leur composition n’est pas fiable et expose les patients à des risques sur leur santé.

Rester vigilant

En France, il existe un monopole du pharmacien sur le réseau de distribution des médicaments. Chaque étape du développement d’un médicament est sous la responsabilité d’un pharmacien, ce qui garantit l’innocuité, la sécurité et la qualité des produits de santé dès lors qu’ils sont délivrés dans le cadre légal français.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !

Prenez soin de vous !


avatar Doriany Samair

Auteur : Doriany Samair, Assistant Marketing Digital

Au sein de l'équipe Marketing Digital, Doriany est en charge de la rédaction de fiches maladies et d'articles scientifiques. Elle s'occupe également de la modération et l'animation de la communauté sur le forum, afin... >> En savoir plus

33 commentaires


leparigo • Membre Ambassadeur
le 14/01/2021

@Gbretagne Bonne année à vous.

Je réponds  bien volontiers à votre commentaire, qui est mon point de vue et heureusement il y des exceptions de médecins qui agissent pour le bien de l'humanité. Par ces simples mots, "l'Ordre des médecins" qui est un véritable ORDRE aussi cloisonné qu"un Ordre religieux. La chose est dite  et j'espère ne pas bouleverser la déontologie de ce site.

Les médecins sont tenu d'obéir, ils ne sont pas tenu de guérir le malade, ce doit être là le dernier de leur soucis, il s'agit, et c'est leur seul devoir, soigner par des procédés autorisés...

Cette dynastie devenue vieillotte sans l'objectivité de la réalité d'une médecine moderne. l'Ordre a été créé pour supprimer les charlatans sans faire de distinction  avec les guérisseurs qui, montré du doigt comme  des sorcier et sorcières pour les femmes, qui étaient un puits de sciences naturelles. Nous y avons beaucoup perdu. La seconde raison, renforcée par le gouvernement de Vichy et par la suite celui du Gle De Gaulle (sauf erreur de ma part) .  Le grand hic est et c'est encore le cas  pour prendre le pouvoir sur les gens  en s'alliant avec la religion.  Cet Ordre " associé" à Bigpharma  gagne un peu plus chaque jour en influence , très facile à constater aujourd'hui durant cette période du Covid. Déjà en 1979 Jacques Attali dénonçait  cette situation qui allait s'amplifier vers les années 2030 !!!. 

Restons vigilants. bien à vous. 


anaspino
le 08/05/2021

Moi suis bien contente d'avoir le cannabidiol en vente libre sur le net. Si je compte sur un médecin, je ne suis pas prête de l'avoir et puis c'est pas dit que celui en pharmacie me convienne.


anaspino
le 08/05/2021

Moi suis bien contente d'avoir le cannabidiol en vente libre sur le net. Si je compte sur un médecin, je ne suis pas prête de l'avoir et puis c'est pas dit que celui en pharmacie me convienne.

Vous aimerez aussi

Quel a été l'impact de la Covid-19 sur les patients touchés par une maladie chronique ? Résultats de l'enquête mondiale !

Quel a été l'impact de la Covid-19 sur les patients touchés par une maladie chronique ? Résultats de l'enquête mondiale !

Lire l'article
Se réveiller tôt, quels sont les avantages pour la santé ?

Se réveiller tôt, quels sont les avantages pour la santé ?

Lire l'article
Vitamines et maladies chroniques : on vous aide à démêler le vrai du faux.

Vitamines et maladies chroniques : on vous aide à démêler le vrai du faux.

Lire l'article
Le burnout, qu’est-ce que c’est ?

Le burnout, qu’est-ce que c’est ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées