«
»

Top

Polyarthrite rhumatoïde & coronavirus

11 mai 2020

La polyarthrite rhumatoïde (PR) touche environ 0,5 % de la population française, soit plus de 300 000 personnes. La maladie atteint les articulations et provoque la destruction progressive du cartilage et des os. Les poignets et les articulations des mains et des pieds, parfois des genoux ou des coudes sont raides, douloureuses et rouges avec une sensation de chaleur, particulièrement la nuit et le matin au réveil.

Est-ce que je peux me déconfiner ? Les traitements immunosuppresseurs sont-ils un facteur de risque d’infection au Covid-19 ? Comment lutter contre les raideurs articulaires en plein confinement ? On répond à vos questions !

Polyarthrite rhumatoïde & coronavirus

J’ai une polyarthrite rhumatoïde, suis-je plus à risque d’être contaminé par le Covid-19 ?

Selon le Dr Patrick le Goux, rhumatologue à l'hôpital Ambroise-Paré à Boulogne-Billancourt, il n’y a pas de données indiquant qu’une incidence plus importante de survenue de Covid-19 survient chez les patients traités pour une polyarthrite rhumatoïde, y compris sous immunosuppresseurs. Faites toutefois attention à respecter les mesures barrières.

Comment réduire la raideur articulaire au réveil exacerbée avec le confinement ?

L’exercice physique a un vrai rôle anti-inflammatoire, il est indiqué chez les patients qui ont déjà une PR bien stabilisée par le traitement. Il existe ainsi de petits exercices matinaux très simples à faire pendant une dizaine de minutes. Le Dr Patrick le Goux, également médecin du sport, a mis en place un programme spécifique avec l’association du service de rhumatologie de l'hôpital Ambroise-Paré : des exercices de mobilisation articulaire à faire au sol et des exercices à réaliser avec une mini-haltère de 1 kg maximum pour assouplir les articulations. Ce programme mêlant cardio-training, renforcement musculaire, endurance-résistance, étirements posturales et travail proprioceptif est disponible sur la vidéo YouTube, Polyarthrite R-ACTION.

Attention à toutes les vidéos de coaching et autres exercices de relaxation disponibles sur Internet et qui ne sont pas du tout adaptés. Les patients touchés par des problèmes de rhumatismes doivent être pris en charge par des spécialistes (médecins, kinés…) et éviter les vidéos de coachs sportifs destinées au grand public.

J’ai une polyarthrite rhumatoïde, dois-je rester confiné après le 11 mai ?

Le déconfinement est possible pour tout le monde, à priori. Selon Dr Patrick le Goux, la Société française de rhumatologie ne conseille pas de restreindre le déconfinement, notamment concernant les personnes traitées et bien équilibrées par leur traitement pour la polyarthrite rhumatoïde. En revanche, les personnes âgées au-delà de 70 ans, qui ont plus de comorbidités (notamment des risques cardio-vasculaires) devraient éviter de re-sortir tout de suite.

Mon traitement immunosuppresseur doit-il être suspendu ?

Absolument pas, selon le Dr Patrick le Goux. Si la PR est bien équilibrée sous immunosuppresseurs et traitements biologiques, l’inflammation est cassée et le terrain n’est donc pas propice aux infections. Attention donc à ne pas arrêter un traitement immunosuppresseur ou tout autre protocole ! Continuez à prendre vos traitements de manière habituelle, à consulter régulièrement votre médecin par téléphone ou en téléconsultation de préférence. 

Je reçois mon traitement par perfusion à l’hôpital, j’ai peur d’être exposé au Covid-19, existe-t-il des solutions de remplacement ?

Les services de l’hôpital dédiés au Covid-19 sont hermétiques. Les patients peuvent donc venir et poursuivre leur traitement en toute sécurité. Il existe toutefois des alternatives pour certains produits, notamment pour le tocilizumab (Roactemra) qui, selon certaines études en cours, pourrait être efficace sur les cas graves de Covid-19. Son injection peut se faire en sous-cutané en ville. Cela peut donc être une solution de remplacement pour les patients très fragiles aux inflammations. C’est aussi le cas pour l’abatacept (Orencia).

Les déplacements des kinés à domicile dans le respect des mesures barrière sont-ils possibles ?

Selon le Conseil national de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes, la décision repose sur chaque kinésithérapeute qui, en fonction de l’état de santé de ses patients et du niveau d’équipement de protection individuelle dont il dispose, apprécie la balance bénéfice-risque d’une intervention au domicile. Si visites il y a, elles doivent se tenir dans le respect strict des règles d’hygiène : se faire ouvrir la porte du domicile, se laver méticuleusement les mains, s’équiper de protections (masque et gants), conserver une distance minimale d’un mètre avec le patient et son entourage, éviter de s’asseoir et de toucher les objets et le mobilier du logement. 

Comment trouver du soutien sur Carenity ?

Carenity compte aujourd’hui des milliers de patients et proches de patients concernés par la polyarthrite rhumatoïde et autres maladies inflammatoires. Sur la plateforme, vous pouvez trouver le soutien des autres membres de la communauté. Il est important de s’entraider en particulier dans ce contexte difficile de pandémie du Covid-19. Rejoignez dès maintenant les discussions du moment !

Cet article vous a-t-il été utile ? Avez-vous d’autres conseils à partager à la communauté ?
Bon courage à tous, prenez soin de vous !

avatar Léa Blaszczynski

Auteur : Léa Blaszczynski, Responsable expérience patient

D'une formation en communication spécialisée dans le digital, Léa travaille chez Carenity depuis 2013 dans un objectif d'aider le maximum de patients et proches de patients à trouver du soutien et à ne plus se sentir... >> En savoir plus

Commentaires

Vous aimerez aussi

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Polyarthrite rhumatoïde

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lire l'article
Interdire le cannabis thérapeutique, un refus de soins ?

Polyarthrite rhumatoïde

Interdire le cannabis thérapeutique, un refus de soins ?

Lire l'article
Le cannabis thérapeutique, autorisé à la fin de l'année 2018 ?

Polyarthrite rhumatoïde

Le cannabis thérapeutique, autorisé à la fin de l'année 2018 ?

Lire l'article
L’angoisse du déconfinement

L’angoisse du déconfinement

Lire l'article