«
»

Top

L’angoisse du déconfinement

26 mai 2020 • 24 commentaires

Peur de la contamination, panique dans les transports en commun ou les magasins, réadaptation au travail, besoin de surconsommation, pression sociale... les craintes suscitées par le déconfinement sont nombreuses.

L’angoisse du déconfinement

Selon l’Agence nationale de santé publique, le taux d’anxiété de la population française est deux fois supérieur à celui observé généralement et concerne un peu plus d’un quart des Français ! Rien d’étonnant à cela quand on sait qu’une durée de confinement de plus de dix jours seulement est déjà prédictive de syndrome post-traumatique, selon une synthèse de 24 études réalisées dans 10 pays différents par The Lancet

Phobies sociales et comportements impulsifs

Cet état émotionnel a même un nom : le syndrome de la cabane (ou cabin fever). Il correspond à la peur de sortir ou d’entrer de nouveau en contact avec des personnes extérieures après une longue période d’isolement. La variété et l’intensité des symptômes est propre à chacun : fatigue, difficulté à se lever le matin ou besoin de siestes fréquentes, léthargie, tristesse ou dépression, perte de patience, irritabilité, etc. 

Et ce, d’autant plus pour les personnes confinées seules comme 10,5 millions de Français, parmi lesquelles 2,4 millions de personnes âgées de 75 ans ou plus. Les phobies sociales sont ainsi en hausse : agoraphobie (peur de la foule, d'un lieu d'où il est difficile d'être secouru), anthropophobie (peur des gens) ou blemmophobie (peur du regard des autres, d'être jugé ou perçu comme anormal). Tout comme les comportements excessifs et le besoin de surconsommation, comme pour “rattraper le temps perdu” : prise de risque pour retrouver des proches, achats compulsifs, excès de nourriture ou d’alcool, etc.

Comment réussir à se déconfiner ?

Cette période est d’autant plus difficile que les incertitudes sont encore nombreuses. Car la surcharge mentale ou émotionnelle est soulagée si les règles sont claires et les mesures concrètes ; porter un masque, suivre un marquage au sol, respecter les distances physiques...

Ainsi, si vous souffrez d’un état anxieux, n’hésitez pas à privilégier les balades en pleine nature si vous le pouvez. Cela vous permettra de reprendre contact avec l’extérieur en profitant des douceurs du printemps. Retrouvez un rythme de sommeil en mettant votre réveil le matin et en réduisant les siestes en journée. Planifiez des sorties avec des objectifs définis : aller acheter une baguette de pain, faire le tour du quartier, amenez vos bouteilles de verre à un container, etc. 

Et surtout, soyez bienveillant envers vous-même, faites les choses à votre rythme durant cette phase de deuil. Il faut accepter que le quotidien va à nouveau être chamboulé et que la vie ne sera plus exactement la même qu'avant. N’hésitez pas à contacter un professionnel si vous en ressentez le besoin, vous pouvez également consulter la plateforme de soutien psychologique avec téléconsultations gratuites Covid-Ecoute

Enfin, s’il est essentiel de rester vigilant et de respecter les mesures barrières, gardez en tête qu’en cas de contamination, la gravité de la maladie est le plus souvent très faible avec, en moyenne, un taux de formes graves inférieur à 15 % et un taux de létalité inférieur à 1 %. Evidemment, ces taux sont plus élevés chez les sujets à risque : les personnes âgées qui nécessitent des précautions encore plus rigoureuses que les autres. Mais même porteuses d’affections repérées comme des facteurs de risque (obésité, diabète, cancer et autres maladies chroniques), l’immense majorité des adultes ne développent pas de formes graves. En cas de doute sur les précautions que vous devez prendre, n'hésitez pas à contacter votre équipe médicale. 

Liens utiles


Cet article vous a-t-il été utile ? Avez-vous d’autres choses à partager à la communauté ?

Bon courage à tous, prenez soin de vous !

avatar Léa Blaszczynski

Auteur : Léa Blaszczynski, Responsable expérience patient

D'une formation en communication spécialisée dans le digital, Léa travaille chez Carenity depuis 2013 dans un objectif d'aider le maximum de patients et proches de patients à trouver du soutien et à ne plus se sentir... >> En savoir plus

Commentaires

alain22
le 29/05/2020

Je suis déçu des soignants opéré de valve cardiaque aucune prise en charge  pas de masques enfermé depuis 3 mois pas de gel une. honte

sylefi
le 29/05/2020

Bonjour à toutes et tous,

Voilà un excellent article sur le thème de l’angoisse du déconfinement avec des références qui pourraient s’avérer fortes utiles pour bon nombre d’entre nous.

En tout cas pour moi car j’ai été face à des crises paroxystiques d’angoisse justement dans le cadre du déconfinement à partir du 11 mai. 
Pour éclairer ce qui m’est arrivé, je précise que je suis membre de la communauté des bipolaires.

Tout à commencer le lundi soir 11 mai quand j’ai revu après deux mois de confinement mon voisin de palier. Pas de masques ni lui ni moi mais le strict respect des mesures barrières pour discuter pendant une demi-heure dans le couloir dans un milieu finalement confiné.

Et il a fallu une rhino-pharyngite deux jours après pour que mon mental s’emballe. Première alerte pour moi avec une consultation de médecin généraliste à la maison médicale en suivant le circuit spécifique réservé aux patients avec suspicion de COVID-19.

Avec à la sortie une prescription de test naso-pharyngé PCR. Une fois le test de virologie fait le lendemain au laboratoire de l’hôpital de proximité, il a fallu plus de 24 heures pour obtenir le résultat en ligne. 
Mais ce délai normal a été un enfer pour moi avec une poussée de tension corrélée à l’angoisse d’un éventuel résultat positif. Il m’a fallu appelé dans la soirée par deux fois le 15 et avoir en direct le médecin urgentiste pour convenir que cette HTA par ailleurs bien équilibrée par un traitement avec un sartan  (ARAII) était en relation directe avec mes lectures toutes récentes sur l’internet au sujet du coronavirus et du COVID-19. 
Par chance, mon médecin traitant m’avait déjà prescrit un anxiolytique Alpraxolam 0,50mg générique du Xanax 6 mois auparavant,lors d’une précédente crise d’angoisse. Il a été convenu que j’allais en prendre 1 au moment du coucher. Cela m’a permis de résoudre momentanément cette première crise d’angoisse majeure.

La deuxième alerte sérieuse a été la semaine 2 du déconfinement au moment de la survenue d’une crise de colopathie fonctionnelle dans un contexte particulier vécu de manière fortement anxiogène. Sachant que la porte d’entrée du coronavirus peut être chez les personnes âgées aussi l’intestin au niveau de récepteurs présents à ce niveau là, je me suis retrouvé dans un état de panique en soirée qui me fit prendre la décision d’aller directement aux Urgences de l’hôpital sans appeler SOS Médecins.

Bien entendu, le résultat fut sans équivoque d’après le médecin de garde : RAS d’autant plus que mon test PCR fait la semaine précédente était négatif.

Pour résumer, après deux épisodes majeurs d’angoisse post-confinement, j’ai été très intéressé par le contenu de cet article ciblé sur l’angoisse car étant moi-même en situation  pour l’avoir vécue.

Après ces deux épisodes fortement anxiogènes, mon état psychique s’est calmé. Et la lecture de cet article m’a conforté dans la sérénité.

Un grand merci à son auteur.

Sylvain 

boussafsafb
le 29/05/2020

Personne ne sait si le déconfinement est bon ou pas bon. Salut!

belledune80
le 29/05/2020

Très bon article compliments bonne journée

etmocel
le 29/05/2020

Aucune angoisse, je vis le déconfinement comme j'ai vécu le confinement : sereinement... Mon département (46) a été très peu touché par le virus...

Vous aimerez aussi

Médicaments photosensibilisants : quels sont-ils et comment prévenir leurs effets ?

Médicaments photosensibilisants : quels sont-ils et comment prévenir leurs effets ?

Lire l'article
Maladie de Castleman : tout ce que vous devez savoir !

Maladie de Castleman

Maladie de Castleman : tout ce que vous devez savoir !

Lire l'article
Mélanome : comment savoir si un grain de beauté est dangereux ?

Mélanome : comment savoir si un grain de beauté est dangereux ?

Lire l'article
Rencontre avec Marie-Gabrielle, notre Product & Engagement Manager

Rencontre avec Marie-Gabrielle, notre Product & Engagement Manager

Lire l'article