«
»

Top

Journée mondiale pour la santé de la femme : quels signes sont révélateurs d’un cancer gynécologique ?

Publié le 28 mai 2021 • Par Aurélien De Biagi

A l’occasion de la Journée mondiale pour la santé de la femme, le 28 mai, nous vous proposons un article sur les différents cancers féminins. 

Quels sont ces cancers ? Quels sont leurs symptômes ?

Pour le savoir, lisez notre article !

Journée mondiale pour la santé de la femme : quels signes sont révélateurs d’un cancer gynécologique ?

Il existe plusieurs cancers gynécologiques, à savoir : le cancer du sein, du col de l’utérus, de l’endomètre et des ovaires. Petit tour d'horizon de ces différents cancers et leurs symptômes.

Qu’est ce que le cancer du sein ?

Le cancer du sein est le plus répandu et le plus mortel chez les femmes en France. Il a une prévalence d’une femme sur dix et resprésente plus du tier des nouveaux cas de cancers chez la femme. Il est dû à un dérèglement cellulaire qui provoque une réplication incontrôlée des cellules aboutissant à la formation d’une tumeur. A noter que le cancer du sein existe également chez l’homme, avec un rapport d’un homme pour cent femmes. 

Quels sont les symptômes du cancer du sein ?

Un cancer du sein peut se manifester de différentes manières. Les principaux symptômes du cancer du sein sont les suivants :

  • l’apparition d’une grosseur (boule) dans le sein, fixe ou mobile, aux contours souvent irréguliers, perçue lors de l'autopalpation ;
  • des ganglions gonflés et durs au niveau de l’aisselle, non douloureux ;
  • un changement de la forme du sein ;
  • une modification de l’aspect de la peau du sein (rougeur, œdème ou aspect de peau d’orange) ou du mamelon ou de l’aréole qui est la zone qui entoure le mamelon (rétraction, changement de couleur…) ;
  • plus rarement, des écoulements spontanés au niveau d’un mamelon ;
  • des douleurs osseuses.

Qu’est ce que le cancer de l’endomètre ?

L’endomètre constitue le revêtement de la paroi du corps de l’utérus. Après le cancer du sein, le cancer de l’endomètre est le plus fréquent des cancers gynécologiques avec environ 7 300 nouveaux cas par an. Il touche principalement les femmes ménopausées : l’âge moyen lors du diagnostic est de 63 ans. 

Différents facteurs augmentent le risque de développer un cancer de l’endomètre. On notera par exemple, l’obésité, le diabète ou la prise de tamoxifène (un traitement du cancer du sein).

Quels sont les symptômes du cancer de l’endomètre ?

Un cancer de l’endomètre peut se manifester de plusieurs manières différentes, voici les symptômes les plus courants :

  • leucorrhées (pertes vaginales blanches ou rosées) ;
  • saignements vaginaux chez la femme ménopausée ou hors menstruation chez le femme non ménopausée ;
  • douleurs abdominales ;
  • fièvre ;
  • cystites à répétition.

Bien que ces symptômes ne soient pas spécifiques du cancer de l’endomètre, s’ils apparaissent, contactez votre médecin.

Qu’est ce que le cancer de l’ovaire ?

Le cancer de l’ovaire se développe à partir des cellules de sa couche externe (l’épithélium). Ces cellules vont se transformer et se multiplier de façon anarchique formant ainsi une masse cancéreuse ou tumeur. Si non traitée, la tumeur continue de grossir jusqu’à briser la capsule (enveloppe autour de l’ovaire). Une fois celle-ci brisée, les cellules cancéreuses peuvent envahir les tissus voisins (trompe de Fallope, utérus, l’autre ovaire…) ou des organes plus lointains comme le foie ou les poumons.

Il s’agit du 5ème cancer le plus fréquent chez la femme avec environ 5 200 nouveaux cas en 2018. 

Quels sont les symptômes du cancer de l’ovaire ?

Malheureusement, ce cancer provoque peu de symptômes jusqu’à atteindre le péritoine (membrane tapissant la paroi intérieur de l’abdomen). Les signes pouvant faire penser à un cancer de l’ovaire sont, entre autres, les suivants :

  • douleurs abdominales, pelviennes ou thoraciques ;
  • troubles digestifs (faux besoin d’aller à la selle par exemple) ;
  • pollakiurie (fréquente envie d’uriner) ;
  • dégradation de l’état général (perte de poids, fatigue…) ;
  • essoufflement prolongé ;
  • apparition d’une masse ovarienne ;
  • augmentation du volume de l’abdomen ou ascite (accumulation de liquide).

Qu’est ce que le cancer du col de l’utérus ?

Le col de l’utérus est la partie inférieure étroite de l’utérus reliant ce dernier au vagin. Ce cancer touche spécifiquement la muqueuse du col. Entre 2 800 et 3 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année en France et plus de 1 100 femmes en meurent chaque année. Il s’agit de la 12ème cause de cancer chez la femme. 

La principale cause de cancer du col de l’utérus est une infection persistante (10-15 ans) au HPV (papillomavirus humain), une famille de virus sexuellement transmissibles dont 12 peuvent provoquer ce type de cancer. Il s’agit par ailleurs de l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente dans le monde avec environ 80% des femmes infectées au moins une fois dans leur vie. Bien que, dans la plupart des cas, une infection au HPV guérit spontanément, dans environ 10% des cas l’infection persiste dans la muqueuse du col. Le virus peut alors créer des lésions précancéreuses pouvant évoluer en cancer.

Un vaccin contre le papillomavirus existe à l’heure actuelle. Il ne confère cependant pas une protection contre tous les types de virus du papillomavirus. C’est pourquoi les femmes entre 25 et 65 ans, même vaccinées, doivent passer des examens de dépistage (frottis).

Quels sont les symptômes du cancer du col de l’utérus ?

Dans les stades les plus précoces, le cancer ne provoque pas de symptôme. Toutefois, lors de son évolution les symptômes suivants peuvent apparaître : 

  • saignements vaginaux après un rapport sexuel ou spontanément (hors menstruations) ;
  • douleurs dans le bas ventre ;
  • douleurs dans les lombaires ;
  • douleurs lors des rapports sexuels ;
  • leucorrhées.

Pour conclure, la majorité des symptômes de ces cancers est aspécifique. De plus, un diagnostic précoce améliore grandement le pronostic de la maladie. C’est pourquoi le dépistage est indispensable.

Cet article vous a plu ? 

Partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !

Prenez soin de vous !


avatar Aurélien De Biagi

Auteur : Aurélien De Biagi, Rédacteur santé, étudiant en pharmacie

Aurélien est étudiant en 5ème année de pharmacie option industrie à l’université de Lorraine. Il rédige des articles santé au sein de Carenity. Il a une appétence particulière pour les domaines neuropsychiatrique et... >> En savoir plus

Commentaires

Vous aimerez aussi

Qu’est-ce que l’hormonothérapie ?

Cancer

Qu’est-ce que l’hormonothérapie ?

Lire l'article
Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Leucémie
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Lire l'article
Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Leucémie
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Lire l'article
Cancer colorectal : 2 millions de Français se sont fait dépister

Cancer colorectal

Cancer colorectal : 2 millions de Français se sont fait dépister

Lire l'article

Fiches maladies