«
»

Top

Vaccin contre le papillomavirus (HPV) - Pourquoi se faire vacciner ?

Publié le 21 janv. 2021 • Par Candice Salomé

Il existe plus d’une centaine de virus HPV (papillome humain) qui peuvent infecter la peau ou les muqueuses génitales. Ces virus se transmettent rapidement au cours de rapports sexuels par simple contact avec les muqueuses infectées ou la peau. Cependant, un vaccin existe.

Mais alors, la vaccination est-elle indispensable ? Qui peut se faire vacciner ? Quand se faire vacciner ? Quels sont les différents types de vaccins ?

On vous dit tout dans notre article !

Vaccin contre le papillomavirus (HPV) - Pourquoi se faire vacciner ?

Pourquoi se faire vacciner ?

A ce jour, environ 80 % de la population mondiale est ou a été infectée par un ou plusieurs des virus HPV. La guérison se fait spontanément dans 90% des cas mais, dans 10% des cas, l’infection est persistante. 

Parmi ces virus, les HPV 16 et 18 sont particulièrement redoutables puisqu’ils sont responsables de la majorité des 3000 cas de cancers de l’utérus détectés chaque année en France. De plus, dans de nombreux cas de cancers du vagin, du pénis, de l’anus ou de la gorge, l’infection HPV est également retrouvée. 

Une vaccination est autorisée depuis 2006 par la Commission européenne et permettrait de voir ces pathologies disparaître ou drastiquement reculer. Initialement recommandé pour toutes les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans, ce vaccin permet de prévenir certaines infections à papillomavirus humains, certains virus transmis par contact sexuel pouvant donner lieu à des verrues génitales bénignes mais également le cancer du col de l’utérus. 

En France, malgré ces indications, la couverture vaccinale anti-HPV n’a jamais dépassé les 30%.

Qui peut se faire vacciner ?

La vaccination contre les infections HPV concerne essentiellement les jeunes filles entre 11 et 14 ans en France. Mais, depuis le mois de janvier 2021, les recommandations s’appliquent également à tous les garçons âgés de 11 à 14 ans. 2 à 3 injections sont nécessaires en fonction du vaccin utilisé et de l’âge de la personne vaccinée. 

De plus, dans le cadre du rattrapage vaccinal*, la vaccination est recommandée pour les jeunes filles/ garçons et les jeunes femmes/ hommes de 15 à 19 ans.

La vaccination, pratiquée avant le début de la vie sexuelle, a une efficacité proche des 100%. De nombreuses recherches ont cependant montré que le vaccin perdait en efficacité lorsque les sujets étaient déjà infectés par un virus HPV.

*Se dit lorsqu’on se vaccine pour remettre ses vaccinations à jour.

Recommandations particulières

La vaccination contre les HPV est aussi recommandée dans les cas suivants :

  • Chez les garçons et les filles immunodéprimés jusqu’à 19 ans et dès l’âge de 9 ans chez les enfants candidats à une transplantation d’organe solide (cœur, poumon, foie, intestin… à haut risque infectieux).
  • Jusqu’à l’âge de 26 ans chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.

Quels sont les différents vaccins ?

Trois vaccins sont disponibles :

  • Le vaccin Gardasil® protège de l’infection contre les deux HPV les plus à haut risque (HPV 16 et 18) ainsi que contre les deux HPV responsables d’environ 90% des verrues génitales.
  • Le vaccin Cervarix® protège contre les HPV 16 et 18.
  • Le vaccin Gardasil®9 protège contre les HPV 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58.

Les HPV 16 et 18 sont les plus fréquents des HPV oncogènes.
Les HPV 6 à 11 causent les condylomes vénériens mais ont un faible potentiel cancérogène.

Le schéma de vaccination 

Gardasil® :

  • vaccination débutée entre 11 et 13 ans révolus : 2 doses espacées de six mois.
  • vaccination débutée entre 14 et 19 ans révolus : 3 doses administrées selon un schéma 0, 2 et 6 mois.
  • vaccination pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes jusqu’à 26 ans révolus : 3 doses administrées selon un schéma 0, 2 et 6 mois.

Cervarix® :

  • vaccination débutée entre 11 et 14 ans révolus : 2 doses espacées de six mois.
  • vaccination débutée entre 15 et 19 ans révolus : 3 doses administrées selon un schéma 0, 1 et 6 mois.

Gardasil 9® :

  • vaccination débutée entre 11 et 14 ans révolus : 2 doses espacées de six à treize mois.
  • vaccination débutée entre 15 et 19 ans révolus : 3 doses administrées selon un schéma 0, 2 et 6 mois.
  • vaccination pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes jusqu’à 26 ans révolus : 3 doses administrées selon un schéma 0, 2 et 6 mois.

Toute nouvelle vaccination doit être initiée avec le vaccin Gardasil 9® pour les jeunes hommes, les jeunes filles, et les jeunes femmes non antérieurement vaccinés.

Quelle est l’efficacité du vaccin ?

La Collaboration Cochrane, un réseau d’experts indépendants, a publié une grande étude au sujet de l’efficacité du vaccin contre le papillomavirus.

Selon cette étude, la vaccination permet de diminuer significativement les lésions précancéreuses associées au virus. Les chercheurs ont analysé les données de 26 études conduites dans de nombreux pays sur plus de 73000 femmes, toutes âgées entre 15 et 45 ans, avec un suivi de 6 mois à 8 ans.

Parmi les sujets, 1,6 % des femmes sous placebo ont développé des lésions précancéreuses associées aux types HPV 16 et 18 contre 0,02% des femmes vaccinées seulement. Le vaccin a donc permis d’éviter 99 % des cas de ces lésions précancéreuses

Cependant, comme le vaccin contre les infections à papillomavirus ne protège que contre 70 % des HPV impliqués dans les cancers du col, la vaccination ne remplace pas le dépistage par frottis cervico-utérin. A partir de 25 ans, toutes les femmes vaccinées ou non doivent bénéficier du dépistage régulier par frottis (tous les 3 ans).

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous ! 

Prenez soin de vous !


avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

2 commentaires


Nathali57
le 23/01/2021

Bonjour 

Ma fille a été vaccinée l année dernière, 2 injections.

Sa généraliste est une femme, @Candice.S‍ il faudrait voir si elle ne serait pas plus sensibilisée qu' un généraliste masculin qui n a jamais eu a "subir" des frottis réguliers.  30/100 ce ne serait pas le pourcentage de médecin ?

Le frotti, c'est tous les ans pour moi, ayant été positive à un méchant HPV à  40 ans soigné par un laser du col. 


Nathali57
le 23/01/2021

Bonjour 

Ma fille a été vaccinée l année dernière, 2 injections.

Sa généraliste est une femme, @Candice.S‍ il faudrait voir si elle ne serait pas plus sensibilisée qu' un généraliste masculin qui n a jamais eu a "subir" des frottis réguliers.  30/100 ce ne serait pas le pourcentage de médecin ?

Le frotti, c'est tous les ans pour moi, ayant été positive à un méchant HPV à  40 ans soigné par un laser du col. 

Vous aimerez aussi

Endométriose : l’hystérectomie n’est pas l’ultime solution

Endométriose

Endométriose : l’hystérectomie n’est pas l’ultime solution

Lire l'article
Voir le témoignage
Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Cancer de l'ovaire
Cancer du col de l'utérus

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Lire l'article

Discussions les plus commentées

Fiches maladies