«
»

Top

Diabète : savoir lire ses analyses de sang

6 mai 2019 • 44 commentaires

Lorsqu'on est atteint d'une maladie chronique comme le diabète, les analyses de sang peuvent être fréquentes. Mais connaissez-vous les valeurs qu’il faut surveiller sur ce bilan sanguin ? Lisez notre guide à destination des patients atteints de diabète de type 1 et de diabète de type 2.

Diabète : savoir lire ses analyses de sang

Les valeurs présentées dans cet article sont des valeurs de référence. Cependant, elles peuvent varier en fonction des individus. Elles dépendent du type de diabète, du traitement, de l’âge, de l’existence de complications et des pathologies éventuellement associées. Référez-vous aux indications de votre médecin.

Diagnostiquer le diabète

Le diagnostic des diabètes de type 1 et 2 repose sur un examen de référence, la glycémie à jeun. Il évalue le taux de sucre dans le sang.

Valeur usuelle de la glycémie à jeun : 0,7-1 g/L = 3,9-5,5 mmol/L

Une seule mesure de la glycémie à jeun supérieure à 2g/L (ou supérieure à 11,1 mmol/L) est suffisante pour poser le diagnostic. Face à une mesure dont la valeur est située entre 2g/L et 1,26g/L (entre 11,1mmol/L et 7mmol/L), un second examen sera nécessaire.

Une fois cet examen réalisé, pour différencier diabète de type 1 et diabète de type 2, on se fonde sur le terrain clinique de chaque patient (symptômes, âge, poids, antécédents familiaux etc…).

Surveiller ses analyses de sang une fois diagnostiqué

Dans le cadre du suivi de votre diabète, différents paramètres biologiques seront importants à surveiller dans vos analyses sanguines.

Le taux d’hémoglobine glyquée (ou HbA1c) pour évaluer la stabilité de la maladie

Les valeurs usuelles

Diabète de type 2
Valeur usuelle de l’hémoglobine glyquée (ou HbA1C) : inférieure à 7%

Diabète de type 1
Valeur usuelle de l’hémoglobine glyquée (ou HbA1C) : inférieure à 7,5%

Pourquoi ce test ?

La valeur mesurée reflète la moyenne des valeurs des glycémies au cours des 3 derniers mois. Cet examen est indispensable au suivi du diabète car l’objectif est d’avoir des valeurs de glycémies stables et ainsi limiter les complications.

La fréquence du suivi du taux d’HbA1c

Tous les 6 mois si l’équilibre glycémique du patient est atteint et stable.
Tous les 3 mois dans le cas où l’équilibre glycémique n’est pas atteint.

L’hémoglobine glyquée, qu’est-ce que c’est ?

L’hémoglobine glyquée est une molécule d’hémoglobine ayant fixé une molécule de glucose. La concentration de protéines glyquées reflète les variations de la glycémie indépendamment du poids et de l’activité physique.

Un bilan lipidique pour surveiller les habitudes alimentaires

Pourquoi ce test ?

On recherche une anomalie dans le taux de lipides (graisses) de l’organisme afin d’évaluer le risque de complications cardio-vasculaires qui sont plus fréquentes chez les patients diabétiques. Deux paramètres seront donc mesurés, le taux de cholestérol et le taux de triglycérides.

Les valeurs usuelles du taux de cholestérol

Valeur usuelle du cholestérol total : 1,6-2,0 g/L = 4,10-5,20 mmol/L

Cette valeur regroupe les deux types de cholestérol, le « bon cholestérol » aussi appelé HDL-Cholestérol (High Density Lipoprotein–Cholesterol) et le « mauvais cholestérol », le LDL-Cholestérol (Low Density Lipoprotein-Cholesterol).

Valeur usuelle du HDL-cholestérol : supérieure à 0,4 g/L = supérieure à 1 mmol/L

Plus le taux de HDL-cholestérol est élevé, mieux c’est. En effet, une valeur supérieure à 1,5 mmol/L est considérée comme un facteur protecteur cardio-vasculaire. A l’inverse, si cette valeur est inférieure à la valeur usuelle, elle est considérée comme un facteur de risque cardio-vasculaire.

Valeur usuelle du LDL-cholestérol : inférieure à 1,6 g/L = 4,1 mmol/L

A l’inverse du « bon » cholestérol, un taux important de LDL-cholestérol constitue un facteur de risque cardio-vasculaire. La valeur usuelle du LDL-cholestérol varie en fonction du niveau de risque cardio-vasculaire de chaque patient, mais on estime qu’elle doit rester inférieure à 1,6 grammes par litre de sang.

La valeur usuelle du taux de triglycérides

Valeur usuelle des triglycérides : entre 1,6 et 2,0 g/L = entre 0,40 et 1,70 mmol/L

Une hypertriglycéridémie (un taux trop élevé de triglycérides) peut-être due à une alimentation déséquilibrée (consommation excessive de graisses, de sucres et d’alcool), à la prise de certains médicaments ou encore à des troubles métaboliques dont le diabète, le surpoids ou à l’obésité.

Au contraire, une hypotriglycéridémie est rare et est due soit à une alimentation pauvre en graisses (une malnutrition), soit à une maladie héréditaire.

La fréquence du bilan lipidique

Il est réalisé tous les ans. Selon les résultats, le patient pourra être amené à changer son alimentation pour revenir à des taux plus sains.

Un bilan rénal pour dépister toute atteinte de la fonction rénale

Pourquoi ce test ?

Chez les patients diabétiques, l’apparition de complications rénales est fréquente et le plus souvent sans signes annonciateurs. De ce fait, la réalisation d’un bilan rénal régulier est indispensable. Le bilan rénal combine analyse sanguine et analyse urinaire. Il consiste donc à doser le taux sanguin de la créatinine ou créatininémie, ce qui permet de surveiller l’évolution de la fonction rénale.

La fréquence du bilan rénal

Du fait de son importance, il est réalisé au moins une fois par an.

Les valeurs usuelles de la créatininémie

Chez l’homme
Valeur usuelle de la créatininémie chez l’homme : entre 7 et 13 mg/L = entre 60 et 115 μmol/L

Chez la femme
Valeur usuelle de la créatininémie chez la femme : entre 5 et 12 mg/L = entre 45 et 105 μmol/L

Une valeur élevée de la créatinine dans le sang pourra s’expliquer en cas d’insuffisance rénale ou d’activité physique ou musculaire intense. Une valeur basse de la créatinine dans le sang pourra être liée à une atrophie musculaire liée à une myopathie.

Les valeurs usuelles de la clairance de créatininémie

Valeur usuelle de la clairance de la créatinine : entre 90 et 140 mL/min = entre 1,50 et 2,30 mL/seconde

La clairance, ou l’épuration, de la créatinine par les reins permet d’évaluer l’état de la fonction rénale. Une clairance de la créatinine diminuée est signe d’une insuffisance rénale et plus sa valeur est faible, plus l’insuffisance rénale sera grave.

Une analyse urinaire pour dépister une néphropathie diabétique

On effectue également une analyse urinaire pour mesurer le taux de microalbuminurie. Cette analyse correspond au dosage de l’albumine dans les urines. C’est un examen qui permet un dépistage précoce d’un problème aux reins. En effet, le terme microalbuminurie traduit la présence en quantité trop importante d’albumine dans les urines, ce qui reflète une atteinte de la fonction rénale.

Valeur usuelle de la microalbuminurie : normale si elle est inférieure à 30 mg/24h ou à 30 mg/g selon la méthode

On parle de microalbuminurie quand la valeur est comprise entre 30 et 300 mg/24h ou entre 30 et 300 mg/g en fonction de la méthode.

La présence d’une microalbuminurie devra être confirmée à 2 reprises avec au moins une semaine d’intervalle. En cas de microalbuminurie avérée, on parlera de néphropathie diabétique qui marquera une atteinte de la fonction rénale et un facteur de risque cardio-vasculaire.

Les valeurs usuelles sont à nuancer. Avant tout, parlez-en à votre médecin !

Si vous avez déjà regardé un compte rendu de prise de sang, vous avez vu qu’à côté du résultat se trouvent des « valeurs usuelles » ou des « valeurs de référence », avec une borne inférieure et une borne supérieure. Pour définir ces valeurs de références, les biologistes échantillonnent les données de populations en bonne santé. Or, comme dans toute analyse statistique, 5 % de l’échantillon se trouve hors de la norme. C’est pourquoi être légèrement en dehors des "valeurs de référence" ne signifie pas toujours qu’il existe une maladie. Ainsi, face à une analyse qui paraît "anormale", inutile de s’inquiéter sans en avoir discuté avec le médecin traitant qui vous a prescrit les examens sanguins.

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également Content Manager pour proposer à tous les membres articles, vidéos et témoignages. Spécialisée dans le Brand Content, son objectif est de porter la voix des patients et de faciliter leur expérience sur le site.

Commentaires

le 09/07/2019

@pseudo-masqué 

Bonjour

Non rien trouvé...........Si vous trouvez ? Merci

Cdlt

Jean

le 09/07/2019

@pseudo-masqué‍ Bonsoir,comment tu vas?moi sa va merci,juste un petit soucis avec mon capteur de glycémie qui c'est décoller.Oui,j'ai trouver pour toi,je t'ai mis le lien tu as juste à cliquer dessus.Bonne soirée

le 09/07/2019

@pseudo-masqué‍ Bonsoir,comment tu vas?oui,mais faut varier, les aliments et je pense qu'il fat un peu de temps pour constater une amélioration.Les médicaments sa fait du bien d'un coté et de l'autre pas le top.Moi petit soucis avec mon capteur de glycémie il c'est décoller,obliger d'aller à la pharmacie,demain je vais téléphoner à mon diabétologue pour le lui signaler et qu'il me refasse une ordonnance.

le 10/07/2019

@pseudo-masqué  OK  Merci Mais pas de Lien ???....

Cdlt

Jean

le 10/07/2019

@pseudo-masqué‍ Bonjour,comment tu vas?voici le lien tu as juste à cliquer dessus.https://amelioretasante.com/7-meilleurs-aliments-augmenter-plaquettes-sanguines/

Vous aimerez aussi

Le diagnostic du diabète de type 2 raconté par les membres Carenity

Diabète de type 2

Le diagnostic du diabète de type 2 raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Le diagnostic du diabète de type 1 raconté par les membres Carenity

Diabète de type 1

Le diagnostic du diabète de type 1 raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial cancers

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial cancers

Lire l'article
Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Maladie de Crohn
Polyarthrite rhumatoïde
Psoriasis
Rectocolite hémorragique
Rhumatisme psoriasique
Spondylarthrite ankylosante

Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Lire l'article