«
»

Top

Diabète : l’OMS veut améliorer l’accès aux traitements

Publié le 18 oct. 2021 • Par Candice Salomé

Le diabète de type 2 touche environ 90% de la population diabétique totale. En France, on estime à 3 millions le nombre de patients, soit 4,5% de la population. Le diabète de type 2 constitue une véritable pandémie à l’échelle mondiale. 

Les traitements du diabète de type 2 reposent principalement sur des mesures hygiéno-diététiques (régime alimentaire équilibré et pratique sportive régulière) mais aussi, parfois, sur un traitement oral ou un traitement à l’insuline. 

Or, le prix élevé des nouveaux traitements brevetés et de certains médicaments plus anciens, comme l’insuline, font que certains traitements essentiels restent trop onéreux pour de nombreux patients. 

Mais alors, comment rendre ces médicaments plus disponibles et plus abordables pour les malades ?  

On vous dit tout dans notre article ! 

Diabète : l’OMS veut améliorer l’accès aux traitements

Le diabète de type 2, précédemment appelé diabète non insulino-dépendant ou diabète de la maturité, est une forme de diabète qui apparaît à un âge plus avancé que le diabète de type 1. Cependant, il progresse aujourd’hui vers une population de plus en plus jeune. Les raisons ? Un mauvais équilibre alimentaire et un manque d’activité physique dès l’enfance favorisant l’expression des gènes du diabète. 

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a publié très récemment la nouvelle édition de ses listes modèles des médicaments essentiels et des médicaments essentiels pour les enfants. 

Ces listes comprennent de nouveaux traitements pour divers cancers, des analogues de l’insuline et de nouveaux médicaments oraux contre le diabète mais encore de nouveaux traitements destinés aux personnes en sevrage tabagique, entre autres. 

Qu’est-ce que l’insuline ? 

L’insuline est une hormone sécrétée par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas. Chez les non-diabétiques, cette hormone est sécrétée de manière continue et régule, notamment, le taux de glucose (aussi appelé glycémie) dans le sang. 

Lorsqu’un repas est consommé et, plus particulièrement lors de l’ingestion de glucides, la glycémie s’élève et entraîne une sécrétion d’insuline par l’organisme. Chez les non-diabétiques, la glycémie augmente légèrement et diminue jusqu’à un taux normal. Le glucose est ainsi converti en réserves et en énergie. 

Chez les personnes diabétiques, ce système ne fonctionne pas correctement. 

Les diabétiques de type 1 doivent s’injecter de l’insuline dès la découverte du diabète

Les diabétiques de type 2, quant à eux, doivent avoir recours à l’insulinothérapie après une certaine évolution de la maladie. De fait, ils doivent y avoir recours lorsque l’insuline n’est plus produite en assez grande quantité par le pancréas en dépit des traitements oraux et des mesures hygiéno-diététiques. 

L’insuline est l’un des traitements clé dans la thérapie des diabétiques. Ce traitement a fêté ses 100 ans cette année. Néanmoins, de nombreux diabétiques luttent pour y avoir accès en raison de son prix. 

A quoi servent les listes modèles des médicaments essentiels ? 

Les listes modèles des médicaments essentiels, publiées par l’OMS, répondent aux priorités mondiales dans le domaine de la santé, et recensent les médicaments offrant le plus d’avantages et devant être disponibles et abordables pour tous.  

Or, le prix élevé des nouveaux traitements brevetés et de certains médicaments plus anciens, comme l’insuline, font que certains traitements essentiels restent trop onéreux pour de nombreux patients. 

Selon le Docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, de nombreux patients ayant besoin d’insuline rencontrent des difficultés financières et doivent alors s’en passer au risque de leur vie

Afin de garantir que tous les patients ayant besoin d’insuline puissent y accéder, il était primordial d’ajouter à la liste de l’OMS des analogues de l’insuline. De plus, l’OMS entend déployer des efforts pour garantir un accès abordable à tous les produits à base d’insuline et étendre l’utilisation des biosimilaires*

En effet, l’offre limitée d’insuline et les prix élevés dans plusieurs pays à revenu faible ou intermédiaire constituent un obstacle majeur au traitement. 

Seulement trois fabricants (Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi) contrôlent la majeure partie du marché et la production se concentre sur un petit nombre de sites de fabrication. 

En raison de cette faible concurrence, les prix élevés sont parfois prohibitifs pour beaucoup de patients et de systèmes de santé. 

Dans la dernière actualisation, l’OMS a décidé d’inclure des analogues de l’insuline à action prolongée (insuline degludec, detemir et glargine) et leurs biosimilaires

*Un médicament biosimilaire est un médicament qui, comme tout médicament biologique, est produit à partir d’une cellule, d’un organisme vivant ou dérivé de ceux-ci. Son efficacité et ses effets indésirables sont équivalents, à ceux de son médicament biologique de référence. 

Qu’est-ce que cela va changer pour les personnes diabétiques ? 

Cette décision vise à accroître l’accès aux traitements contre le diabète en multipliant les options thérapeutiques. En effet, inscrire un traitement sur la liste signifie qu’il peut prétendre aux conditions du programme de pré-qualification de l’OMS. Cette pré-qualification peut ainsi aboutir à la mise sur le marché international d’un plus grand nombre de biosimilaires dont la qualité est garantie. Cette nouvelle concurrence tendrait à faire baisser les prix et offre un plus grand choix de produits. 

De plus, les analogues à l’insuline à action prolongée offrent aux patients des avantages cliniques supplémentaires. Du fait de leur longue durée d’action, la glycémie des patients peut être contrôlée sur une plus longue période sans avoir besoin d’un rappel. 

Cela représente un avantage tout particulier pour les diabétiques dont la glycémie est dangereusement basse avec l’insuline humaine. Il a été démontré que l’utilisation des analogues offre une meilleure qualité de vie aux patients

La nouvelle version de la liste de l’OMS comprend également des inhibiteurs du cotransporteur sodium-glucose de type 2 (SGLT2) (l’empagliflozine, la canagliflozine et la dapagliflozine). Ces traitements sont prescrits en seconde intention chez les adultes touchés par le diabète de type 2 et permettent de favoriser l’élimination du glucose dans les urines. 

Ces médicaments, administrés par voie orale, offrent de nombreux avantages notamment un risque plus faible de décès, d’insuffisance rénale et de problèmes cardiovasculaires. 

L'inclusion de ces traitements sur la liste, étant toujours soumis à un brevet et onéreux, s’accompagne de la recommandation que l’OMS travaille main dans la main avec le Medicines Patent Pool pour les rendre plus accessibles et ce, grâce à d’éventuels accords de licence conclus avec les titulaires des brevets. Cela pourra rendre possible la fabrication de génériques et leur livraison dans les pays aux revenus faibles ou intermédiaires. 


 Cet article vous a-t-il été utile ?      
   
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !      
    
Prenez soin de vous ! 


31
avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

Qui a revu : Charlotte Avril, Pharmacienne, Data Scientist

Charlotte est docteur en pharmacie et diplômée du mastère spécialisé en management pharmaceutique et des biotechnologies de l’ESCP. Elle a une forte appétence pour la e-santé, la Health Tech ainsi que pour les... >> En savoir plus

5 commentaires


dinouille
le 19/10/2021

Bonjour, oui, elles sont belles leurs insulines analogues .J'ai eu la fameuse TRESIBA 8mois ,je l'ai arrêter fin Septembre cause ,trop d'effets secondaire et repris mon ancienne insuline la Toujéo. J'ai contacter mon diabéto à ce sujet  ,du moins le secrétariat ,pour avoir un RDV donc Septembre ,elle m'a répondu il est pas là il est en vacances, rappeler début Février pour un RDV 6 mois plus tard, oui Monsieur consulte tout les 18 mois  .A noter qu'il était déjà en vacances au Mois d'Aout ,je n'en ai pas cru un mot je l'ai entendu lui souffler ce qu'elle devait me dire "donc relever toutes mes glycémies sur une période de 15 jours " ça je l'ai fait mais sur 3 semaines 1semaines avec la TRESIBA puisque je note déjà tout sur mon carnet de suivis et 15 jours avec la TOUJEO .Et je lui ai tout envoyé avec copie liste des effets secondaires ressenti et un courrier .La semaine dernière reçu un courrier de l'hôpital service diabétologie RDV le 17 JANVIER ... Je sais il y en a ,vont dire ressent aucun effets secondaire avec, oui mais on est pas tous pareils .. De plus l'ANSM dans un compte rendu a dit que la TRESIBA n'apportait rien de plus que la Lantus   j'ai oublier de préciser que la TRESIBA j'étais à 46 unités pour des glycémies moyennes ,là je suis à 34 voir 32 unités de TOUJEO ,pour des meilleurs glycémies  et en meilleurs formes ..Voici la liste des effets secondaires 

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

des engourdissements, de la faiblesse ou de la douleur dans les jambes et les bras;
une rougeur, une démangeaison ou une enflure au lieu d'injection;
La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

une rétention de liquide provoquant une enflure des articulations;
des signes attribuables à une réaction allergique (par ex. l’apparition d’une éruption cutanée, de démangeaisons ou d’urticaire)
signes de taux de glucose sanguin bas (hypoglycémie, par ex.l'anxiété; une vision floue; des modifications de la vision; de la confusion; de la difficulté à se concentrer; des troubles de l'élocution; des étourdissements; un assoupissement; un rythme cardiaque rapide; des maux de tête; le besoin de manger; des nausées; un état de nervosité; une sensation d'engourdissement ou de picotement ressentie sur les lèvres, les doigts ou la langue; de la sudation; de la fatigue; des tremblements; de la faiblesse)
des signes attribuables à une baisse anormale du taux de potassium dans le corps (par ex. de la faiblesse, de la fatigue, des crampes musculaires, de la constipation).
Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux  s'il se produit une réponse comme :

des convulsions.
des symptômes d'une réaction allergique grave (par ex. une boursouflure du visage ou une enflure de la gorge, une sudation soudaine, des vomissements, une difficulté respiratoire, des battements de cœur rapides, une éruption cutanée accompagnée d'une démangeaison, des étourdissements);
une perte de connaissance ;
Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.                                                                                               Dans cette liste j'en ai ressenti pas moins d'une bonne douzaines sans mentir ,en gros sa fait 3 semaines je l'ai arrêter ,je me sent mieux, mais encore des résidus de certains effets. J'ai aussi signaler ces soucis à la PHARMACOVIGILANCE . Quand on a un bon traitement pourquoi on nous le change ??  consultation tout les 18 mois est ce que c'est normal??


BABARD
le 21/10/2021

l'OMS est il un organisme suffisamment fiable ? Chaque cas est particulier, à vérifier par son médecin ! Je suis suivi par mon diabétologue à l'hôpital UNE fois par an, mon généraliste tous les 3 Mois ! Insuline = LANTUS, cela me convient !


Roger41
le 21/10/2021

merci Dinouille  on correspond tout les deux  

Moi  a midi  Novorapid    20 Unités 

Le soir après souper

DE   10. unités  a 25 unités de  Toujéo   selon mon taux de glycémies    et 1,2  unités de Victoza 

j'essaye au maxi de tout régulariser par les repas     mon dernier cliqué  de fin aout  est de 6.86  avant il était de 7.01   prochain cliqué début Février   je suis diabétique depuis 1989    diabétique héréditaire de ma mère qui en est décédée 


jean144
le 21/10/2021

Bonjour 

Chaque Diabétique est un cas particulier. Il y a les bases et ensuite un traitement propre à chaque personne . Je fais tant d'Unités d'Humalog et tant de Lantus ce qui n(est pas ce que fait un autre diabétique . Cela fait des années que je ne suis pas suivi par un diabétologue qui à part le fait d'essayer via une nouvelle Insuline à améliorer votre glycémie...... ne m'apporte personnellement rien . Je fais Un suivi régulier tous les 3 mois avec mon  généraliste  cela me va bien.. Avec contrôle annuel cardio ophtalmo  s'entend.  Le Diabétique est son propre médecin. Il est essentiel qu'il soit bien documenté pour pouvoir comprendre et suivre son traitement.  L Equilibre parfait n'existe pas. Donc ne pas se stresser si la Glycémie ne correspond pas à ce que l'on espérait en faisant la dose d'insuline qui avec les glucides absorbés et l'activité prévue ne correspond pas au résultat . Le résultat escompté sera OK un autre jour.  Il est à noter que les efforts que l'on fait pour essayer de suivre au mieux / Pas à la Perfection/ son traitement sont payants. Une exposition à voir : 100ans-insuline.com

Bonnes glycémies 

JD


boussafsafb
le 26/10/2021

Très bon article. Salut!

Vous aimerez aussi

Quelle est l’influence du diabète sur la santé mentale ?

Diabète de type 1
Diabète de type 2

Quelle est l’influence du diabète sur la santé mentale ?

Lire l'article
L’insulino-résistance : qu’est-ce que c’est ?

Diabète de type 1
Diabète de type 2

L’insulino-résistance : qu’est-ce que c’est ?

Lire l'article
Traitements du diabète de type 2 : avis de patients chroniques

Diabète de type 2

Traitements du diabète de type 2 : avis de patients chroniques

Lire l'article
Coronavirus et diabète

Diabète de type 1
Diabète de type 2

Coronavirus et diabète

Lire l'article

Discussions les plus commentées

Fiches maladies