«
»

Top

Biotrial : dès le 10 janvier, l'état du patient était inquiétant

Publié le 11 mars 2016

Biotrial : dès le 10 janvier, l'état du patient était inquiétant
Selon un document qu'a consulté Le Figaro , le volontaire présentait déjà des symptômes neurologiques très préoccupants.

C'est un point capital pour l'enquête judiciaire. Depuis le début de l'affaire, Biotrial, qui réalisait un essai clinique pour le compte du laboratoire portugais Bial, assure avoir parfaitement tout géré. Mais la réalité est moins flatteuse. Le centre de recherche rennais aurait-il dû réagir dès les premiers symptômes ressentis le dimanche matin par Guillaume Molinet, le volontaire sain qui décédera une semaine plus tard, et l'hospitaliser plus rapidement ?

Le dimanche 10 janvier à 20 h 30, un courrier de Biotrial est adressé au médecin des urgences du CHU de Rennes qui reçoit Guillaume Molinet. Selon cette lettre, consultée par Le Figaro, l'état de santé du volontaire est déjà très préoccupant. Le patient «présente depuis ce matin des troubles de la vue (flou visuel) qui se sont majorés au cours de la journée (diplopie avec apparition d'une dysarthrie importante - difficulté et lenteur à l'articulation) et des céphalées importantes, frontales et postérieures, pour lesquelles il a reçu 1 gramme de paracétamol à 20 heures ce jour». L'auteur du courrier précise: «L'examen neurologique révèle un état ébrieux majeur (état confus, NDLR), sans déficit sensitivo-moteur objectivé jusqu'alors.»

Des symptômes qui «devaient alerter»

Autant de symptômes qui chez n'importe qui «devaient alerter, explique un médecin au Figaro. Alors encore plus chez un volontaire inscrit dans un essai clinique portant sur une drogue à visée cérébrale !» Un autre expert observe que l'auteur du courrier a bien noté un «syndrome confusionnel avec céphalées faisant penser à un problème généralisé et donc lié à l'administration du médicament». Un neurologue ajoute: «Dans un cas comme celui-là, il s'agit d'une urgence à explorer au maximum via des imageries cérébrales appropriées, comme une IRM et un examen neurologique approfondi.» Le dimanche soir, le patient ne passera qu'un scanner à 22 heures.

Des troubles mineurs, pour Biotrial

Pourtant, Biotrial a toujours parlé de troubles mineurs. Ainsi, ces déclarations de son directeur général, François Peaucelle, dans une interview au Figaro publiée le 30 janvier dernier. «Le volontaire hospitalisé le dimanche 10 janvier présentait ce jour-là des symptômes qui n'alarment pas dans la vie quotidienne, notamment des maux de tête. Mais nous l'avons envoyé aux urgences vers 20 heures pour des explorations complémentaires, à titre de précaution.»

Dans son rapport d'étape, l'Inspection générale des affaires sociales établissait une chronologie des événements. Il apparaît que les premiers symptômes surviennent dimanche vers 9 heures du matin, puis d'autres, «qui auraient pu rétrospectivement alerter vers le système nerveux central», deux heures plus tard. Entre 15 et 16 heures, Guillaume Molinet est vu par un médecin de Biotrial «déambulant» sans pour autant être examiné. Ce n'est qu'à 18 h 30 que d'autres volontaires alertent sur son état.

Les médecins de Biotrial décident alors de son transfert au CHU de Rennes et rédigent la note précédemment citée. Il est 20 h 30 ce 10 janvier. Le lendemain matin, Biotrial poursuit l'essai en administrant la molécule aux cinq autres volontaires. Il est 8 heures, soit une heure avant que Guillaume Molinet ne passe une IRM.

Le Figaro Santé

28 commentaires


titims
le 11/03/2016

Le centre de recherche est completement fautif a mon avis car il a trop tarde a reagir ! Il est inadmissible de laisser un patient qui a des symptômes inquietants pendant des heures sans se soucier de ce qui pourrait se produire!! Grave erreur!


Chris31 • Membre Ambassadeur
le 11/03/2016

Oui @titims et il n'y a plus qu'à espérer une lourde indemnisation pour la famille de Guillaume ...paix à son âme , c'est une honte et les fautifs doivent payer moralement et pécuniairement et une sanction très lourde doit être prononcée 


titims
le 11/03/2016

C est clair Chris31 mais regrettable qu il y ait des erreurs pareilles ! 


Chris31 • Membre Ambassadeur
le 11/03/2016

Ça me fich' la rage ! Rage que des incompétents et dangers pareils soient en "fonction" , que des gens meurent , qu'on en parle quelque temps , et qu'on oublie sans que rien n'ait été fait ! 


titims
le 11/03/2016

Oui ca me revolte aussi d autant plus que ce sont des volontaires ces gens !! Et si il n y avait plus de volontaires comment feraient ils ???

Vous aimerez aussi

Les faux souvenirs : notre mémoire peut-elle nous trahir ?

Les faux souvenirs : notre mémoire peut-elle nous trahir ?

Lire l'article
Quels sont les effets de l'alcool sur notre santé physique et mentale ?

Quels sont les effets de l'alcool sur notre santé physique et mentale ?

Lire l'article
Quel est l’impact sociétal des maladies chroniques invisibles ? Les membres Carenity répondent !

Quel est l’impact sociétal des maladies chroniques invisibles ? Les membres Carenity répondent !

Lire l'article
Que se passe-t-il quand nous dormons ?

Que se passe-t-il quand nous dormons ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées