Les malades mentaux, victimes avant tout

/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Troubles du comportement / Maladies mentales

9 réponses

93 lectures

Sujet de la discussion



Posté le
Bon conseiller
Souffrir d'une pathologie psychiatrique multiplie par 2,5 le risque de mourir assassiné.

Dans l'imaginaire collectif, le malade mental est dangereux. Un préjugé renforcé par quelques faits divers, comme ce jeune homme poignardé en 2008 dans les rues de Grenoble par une personne souffrant de schizophrénie. Résultat: 45 % des Français pensent que les patients atteints de pathologies psychiatriques sont dangereux pour les autres, selon un récent sondage pour la fondation Fondamentale. Or, les malades mentaux sont plus nombreux à être victimes de meurtres, selon une étude publiée en juin dans la revue médicale The Lancet.

Les addictions montées du doigt

Etre malade mental multiplie par 2,5 le risque de mourir par homicide, selon les chercheurs du Centre des maladies mentales de Manchester en Grande-Bretagne. Pour parvenir à ce résultat, les médecins ont analysé les données concernant l'état psychique des victimes et des personnes reconnues coupables d'homicides sur trois ans. Sur 1496 personnes assassinées sur la période, 90 avaient été en contact avec les services de santé mentales dans les 12 mois précédents. Dans le même temps, les personnes souffrant de troubles psychiatriques avaient deux fois plus de risques d'être auteur d'un meurtre que d'en être victime. Sur les 90 victimes, un tiers ont été tuées par un autre malade mental qu'elles connaissaient.

Dans ces cas, alcool, toxicomanie et antécédents de violences étaient monnaie courante, notent les auteurs de l'étude. Or, selon plusieurs études, une grande partie de l'excès de violence observée chez les patients souffrant de troubles mentaux graves est attribuable aux addictions associées, plus qu'aux troubles mentaux en soi. «L'enquête épidémiologique Nesarc, sur plus de 25.000 personnes en population générale, a montré que si on élimine les substances psychoactives chez les malades mentaux, il n'y a pas plus de risques criminogènes que dans le reste de la population», explique le professeur Frédéric Rouillon, chef de service à l'hôpital Saint-Anne à Paris.

Une vie plus courte

En 2011, la Haute Autorité de santé s'était emparée du sujet des actes violents commis par des malades mentaux et contrairement à ce montre l'étude du Lancet, sa conclusion était sans appel: «La vérité documentée est que la très grande majorité des comportements violents sont le fait de sujets indemnes de troubles mentaux graves (troubles schizophréniques et autres troubles délirants, et troubles de l'humeur): ces derniers seraient en lien avec 0,16 cas d'homicide pour 100 000 habitants et par an, alors que le taux d'homicides en population générale est de 1 à 5 pour 100 000 habitants et par an.»

En revanche, pour la HAS, comme pour l'étude anglaise, les malades mentaux sont bien plus victimes de violences que le reste de la population. La proportion à subir des actes violents serait de 7 à 17 fois plus élevée chez les schizophrènes et bipolaires. «Les malades mentaux sont surtout avant tout victimes d'eux-mêmes. Entre 15 à 20 % des personnes atteintes de schizophrénie se suicident, et leur espérance de vie est de 8 ans inférieure à celle de la population générale», rappelle Frédéric Rouillon.

Source : Le Figaro santé

Début de la discussion - 03/07/2014

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le
Bon conseiller

euh... merci..... je ne  savais rien de tout ça.

Ce n'est pas très rassurant

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le
Bon conseiller

Mouais...plutot flippant mais bon...les statistiques, en méme temps je ne préfère pas trop y çroire...qui vivra verra!!! 

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le

où voulez-vous aller avec cet article ?

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le

il n'y a aucune étude scientifique avérée qui prouve l'efficacité des psychotropes, à part le fait qu'ils sont addictifs : ils sont un confort sociétal.

de plus, les psychiatres sont trop souvent dans le "pouvoir" plutôt que dans la réelle écoute.

tout médecin, quel qu'il soit, ne guérit pas : il ne fait qu'accompagner son patient, avec son savoir et ses techniques.

il faudrait parfois réapprendre le sens de l'humain, du respect et du droit à la différence (même si cela dérange)

au moyen-âge, le "fou" du village était considéré comme un envoyé de Dieu qui avait un message a délivrer.

peut-être serait-il temps d'écouter ce que nos malades ont à nous dire ?

avez-vous été ou travaillé dans un hôpital psychiatrique ? l'humain est lobotomisé et réduit à l'état de zombie ; une fois sorti et détoxiqué, l'humain réapparaît ; en fait, il n'avait jamais cessé d'exister ; on lui avait seulement nié ce droit à l'existence : allez y faire un tour, vous verrez...

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le

bonjour,

je regrette le msg de lacatinelle : j'ai été soignante en psychiatrie endant près de 10 ans. Non, l'humain n'est pas lobotomisé. Certes, les hôpitaux psychiatriques peuvent encore nettement progresser mais les populations préfèrent mettre l'argent dans d'autres raisons. En plus, bcp de gens ne veulent pas de malades psychiques près de chez eux, moi non plus car j'en ai déjà eus. J'ai aussi été proche, je le suis encore, de malades psychiques et j'ai pu constater le point important que les outils psychiatriques sont nettement mieux que rien du tout. Auj., certaines affections avec lesquelles je vis sont aussi dans la santé mentale et j'ai aussi pu constater que les médics chimiques m'aident énormément.

c'est vrai, j'ai bcp souffert de collègues dans les hôp. psychiatriques et je ne confierais pas ma santé à ces gens-là. J'ai aussi rencontré des collègues, de toutes fonctions, tip top et recommandables. Donc, pour n'importe quel sujet, je ne trouve pas bon de généraliser et si tu es directement concernée par des malheurs en psychiatrie, je préférerais lire ton expérience personnelle et tes ressentis.

je te souhaite donc de trouver des espaces pour témoigner de tes expériences personnelles et pour rencontrer des psychiatres qui te conviennent,

aronia

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le

je regrette de t'avoir froissée Aronia Magique mais relis bien ce que j'ai écrit :

j'ai parlé des psychiatres et non des soignants ; le travers des médecins (et donc des psychiatres) c'est d'aller dans le pouvoir (par facilité) au détriment de l'écoute ; de plus j'ai employé le terme "trop souvent" et "trop" ne signifie pas 'tous" : c'est juste un message d'avertissement et je ne cherche surtout pas à généraliser, j'ai rencontré des psychiatres absolument extraordinaire et avec un sens de l'écoute hors norme ; le seul dommage c'est qu'il ne soient pas plus nombreux, c'est un peu comme une loterie MAIS la maladie n'est pas un jeu, elle se respecte.

j'ai été très choquée par ce que j'ai vu en hôpital psychiatrique ; je ne dis pas que tout est mauvais, malheureusement c'est le parent pauvre de la médecine et peu de fonds y sont consacrés.

mon mari - qui est autiste et un pur cérébral - était lobotomisé ; il nous avait fait promettre que si cela lui arrivait, il préférait la mort ; pourtant j'en avais parlé avec le psychiatre qui m'avait promis de ne pas le faire et qui a fait tout l'inverse de cette promesse, malgré le fait que mon mari était calme et obéissant.

mon mari avait été hospitalisé d'office, contre l'avis de toute la famille, après avoir voulu s'immoler (j'ai réussi à l'en empêcher, c'était un moment absolument atroce), j'ai également gagné la bataille contre sa lobotomie. Maintenant, il a retrouvé tout son cerveau et nous partageons beaucoup de rires (que ce soit dans des moments faciles ou difficiles, heureux ou douloureux).

voilà, je souhaite avoir répondu à tes souhaits Aronia Magique ; quant à moi, je laisse la vie m'offrir ce qu'elle a de meilleur à m'offrir.

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le

bonsoir lacatinelle et merci pour ton message, merci pour tes regrets.

Les psychiatres font partie des soignants. Tant mieux si tu en as rencontré de très bien. Tu n'as pas l'impression de généraliser mais relis ton msg dans un mois, tu verras que c'est bien ce que tu fais en partie. Mais finalement, c n'est pas si grave encore moins grâce à ton honnêteté intellectuelle puisque tu es venue commenter nos mg

Moi aussi, quand j'étais proche et directement impliquée dans l'accompagnement de proches en crise psychique, j'ai été très choquée et très énervée par pas mal de choses dans les hospitalisations mais de l'eau a coulé sous les ponts : j'ai aussi appris que la plupart des patients sont dans un très fort déni et ne sont pas du tout mais alors pas du tout autonomes dans la connaissance et dans les infos diverses de leurs maladies et des conséquences multiples au quotidien, leurs proches non plus d'ailleurs. Je connais bien à très bien les troubles psychiques affectifs pour les adultes et les personnes dès 55 ans ainsi que bien à très bien pour les troubles cognitifs de légers à la mort pour les personnes des 50 ans jusqu'à la mort juste avant 100 ans. J'ai aussi vécu des moments atroces et de sentiments de grande trahison. Je ne veux ainsi pas minimiser ton vécu mais t'écrire que je peux tout-à-fait imaginer ce que sont des moments atroces en santé mentale.

… Ton mari autiste… Je suis sûre que tes témoignages doivent être très enrichissants, curieux d'être mariée à un mari autiste bien que je sais qu'il existe 36'000 formes d'autisme. D'autant plus intéressant pour moi qu'il y a à peine un mois, une praticienne en neurofeedback a expliqué à ma femme qu'elle avait pas mal de traits autistiques…. … C'est chouette que les choses se soient améliorées dans la santé de ton mari et que vous passez des moments pleins d'émotions.

Pour le psychiatre inconscient, à défaut de porter plainte, tu peux aussi écrire une lettre claire sur ses promesses, ce qu'il a fait et pas fait. Pas dans une visée juridique mais pour ta conscience et l'évolution citoyenne et pour vous faire respecter ton mari et toi.

Si tu as des liens de lectures pertinentes sur des formes autistiques s'approchant de celles de ton mari, je suis très volontiers preneuse.

Merci d'avance et merci d'être venue commenter ton msg. Belle soirée,

aronia

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le

merci Aronia Magique pour ton message ; même si je suis loin d'être isolée (d'ailleurs aujourd'hui mes collègues et mes patronnes ont organisé un repas pour me soutenir, cela va être un super moment).

je n'avais pas encore eu de messages aussi proche de ce que je vis ; cela m'a beaucoup touchée ; je suis émue, souriante et heureuse.

voilà, je vous quitte, je vais rejoindre mes collègues ... 

Les malades mentaux, victimes avant tout


Posté le

lien : Gregg Braden (en français)                                                                   (il s'agit de physique quantique expliquée avec une simplicité déconcertante)

ça ne parle pas de l'autisme, car un autiste n'est pas seulement un autiste, il est aussi (et surtout) plein d'autres choses qui font sa spécificité 

mon mari m'a appris à élargir ma vision, à écouter ou ressentir tous les possibles, à m'ouvrir à l'inconnu...

voilà, je te laisse expérimenter ;                                                                les discussions ne font que commencer...

Discussions les plus commentées