«
»

Top

Alcool, tolérance zéro ?

27 août 2018 • 63 commentaires

Alcool, tolérance zéro ?

Selon une étude relayée par l'AFP, boire un seul verre de vin ou de bière par jour comporterait un risque sur la santé. Alors, on range son tire-bouchon ou son décapsuleur ?

 

Des chiffres alarmants sur les dangers de l'alcool...

L'étude, publiée vendredi par la revue médicale The Lancet, évalue les niveaux de consommation d'alcool et leurs effets sur la santé dans 195 pays entre 1990 et 2016. D'après elle, l'alcool a causé pas moins de 2,8 millions de morts en 2016 ; un buveur d'alcool sur trois meurt de problèmes de santé liés à l'alcool chaque année, dont 2,2% de femmes et 6,8% d'hommes.

En 2016, la consommation d'alcool était le septième facteur de risque de décès prématuré et d'invalidité dans le monde. Boire un verre par jour pendant un an augmente parmi les personnes âgées de 15 à 95 ans de 0,5% le risque de développer l'un des 23 problèmes de santé liés à l'alcool (cancers, maladies cardiovasculaires, AVC, cirrhose, accidents, violences, etc.), estiment les auteurs par comparaison avec les non buveurs.

La consommation d'alcool, en 2016, est la principale cause de décès chez les personnes âgées de 15 à 49 ans (accidents de la route, suicides, tuberculose...). L'alcool est ainsi associé à près d'un décès sur 10 dans cette tranche d'âge. 


Un verre n'est pas anodin

Le Dr Emmanuela Gakidou de l'Institut de métrologie et d'évaluation de la santé (IHME, Université de Washington), co-auteure de l'étude, ne mâche pas ses mots : "Cela correspond à un excès de mortalité de 100.000 morts par an dans le 
monde pour un verre par jour". Selon elle, il y a "des corrélations claires et convaincantes entre la consommation d'alcool et la mort prématurée, le cancer et les problèmes cardiovasculaires."

"Le mythe selon lequel un ou deux verres par jour sont bons pour vous n'est qu'un mythe. Seul le zéro alcool minimalise le risque global des maladies"

En moyenne, le plus grand nombre de boissons alcoolisées (vin, bière, alcools forts...) consommées par jour est relevé chez les hommes en Roumanie (8,2) suivis du Portugal et du Luxembourg (7,3 chacun). Pour les femmes, figurent en tête, l'Ukraine (4,2), l'Andorre et le Luxembourg (3,4 chacun). En France, la consommation est de l'ordre en moyenne 
de 4,9 verres par jour chez les hommes et de 2,9 chez les femmes. 

 

Un contre-avis en faveur d'une consommation d'alcool modérée

"Étant donné le plaisir vraisemblablement associé à une consommation modérée, affirmer qu'il n'y a pas de niveau "sûr" ne semble pas être un argument en faveur de l'abstention", estime Sir David Spiegelhalter, statisticien, professeur pour la compréhension publique du risque à l'Université de Cambridge. Conduire non plus n'est jamais sans danger à 100%, pour autant "le gouvernement ne recommande pas aux gens d'éviter de conduire". "En y pensant, il n'y a pas de niveau de vie sûr, mais personne ne recommanderait l'abstention", plaisante-t-il.

 

Et vous, vous autorisez-vous un verre de temps en temps ?

AFP

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le... >> En savoir plus

Commentaires

le 26/09/2019

bonjour: Il ne pas faut pas oublier que l ’alcool favorise les conduites d’agression physique et verbale entre partenaires intimes ."L’alcool est un facteur déclenchant et Le meilleur moyen pour lutter contre la consommation abusive d’alcool, c’est d’augmenter son prix.

le 26/09/2019

Dans ce cadre que tu nomes,ce n’est que de l'alcoolisme pur et dur,,des situations qui dépassent la mesure du raisonnable et les femmes que je rencontre sont profondément marquées à vie, de peur de revivre cet atmosphère de terreur. Effectivement augmenter le prix n’est pas un critère de poids dans ces cas de figure, que pour le gouvernement qui trouve son objectif avec un motif dissimulé afin d’y trouver son compte profit.....

le 26/09/2019

@pseudo-masqué je ne suis pas sûre que l augmenter suffirait à faire arrêter de vrais alcooliques, c est leurs souffrances pour certains qu il faut soigner

le 27/09/2019

Il ne faut pas oublier que le vin en France ce sont d'excellentes productions, ce sont des élevages de classe et ce sont des emplois nombreux donc des salaires. En outre des gens nombreux consomment modérément du vin et des alcool et les apprécient avec mesure et connaissance. Alors ne tentons passe guérir une addiction a l'alcool en bouleversant ce secteur de production. Il faut traiter les abus de consommation, la maladie d'alcoolémie et pas la production. L'alcoolisme est une conséquence. On ne voit pas de manière excessive la première fois sans raison majeure. C'est cela qu'il faut traiter. Il faut ensuite traiter l'adduction et cela n'est possible que si la personne est volontaire et déterminée. Il est impossible de guerrir de l'alcoolisme sans un effort du malade. Mais c'est le cas de toutes les maladies. Rien de particulier pour la maladie de l'alcool sauf que plus l'accoutumance et l'assuétudes  et psont installées et plus ce sera long et difficile. J'enfonce des portes ouvertes, mais la vérité est souvent simple!!!

le 27/09/2019

 boire 2 verre de vin pour une femme par jour cest rien et 2 verres de biere pour un homme je trouve cest rien

Vous aimerez aussi

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lupus
Polyarthrite rhumatoïde

Le Plaquénil pour traiter le COVID-19 : quelles conséquences pour les patients chroniques ?

Lire l'article
Coronavirus et hypertension artérielle

Hypertension artérielle

Coronavirus et hypertension artérielle

Lire l'article
Coronavirus et cancer

Coronavirus et cancer

Lire l'article
Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Coronavirus et gestes barrières : quelles sont les précautions à prendre ?

Lire l'article