«
»

Top

Vie professionnelle : quels droits à la réinsertion pour les patients ?

22 févr. 2019

Une nouvelle étude* a livré des résultats sur les effets du cancer sur la carrière. Que peut-on en conclure ? Comment adapter son travail à la maladie chronique en tant que patient ? Quelles sont les normes en vigueur d’un pays à l’autre ?

Vie professionnelle : quels droits à la réinsertion pour les patients ?

Droit à l’oubli, horaires aménagés, statut de travailleur handicapé… autant de thèmes qui résonnent tout particulièrement pour les malades chroniques. Leur parcours professionnel est souvent bouleversé par la maladie. L’étude menée par des chercheurs et datant de janvier 2019 a montré que la probabilité d’occuper un emploi au moins un trimestre dans l’année est fortement diminuée l’année qui suit l’annonce d’un cancer, par rapport à l’année avant le diagnostic. Jusqu’à cinq ans après la découverte de la maladie, on note un accroissement des arrêts maladies puis une hausse des situations d’inactivité sur le long terme.

Le type de cancer influe sur la réinsertion professionnelle

L’étude a distingué les trajectoires professionnelles selon le type de cancer dont le patient est atteint. Chez les femmes, le cancer de l’ovaire est celui qui a les conséquences les plus négatives sur la carrière, suivi par le cancer du sein. Chez les hommes, le cancer de la prostate a des conséquences peu prononcées sur le moment mais les effets se ressentent sur le long terme. Chez l’ensemble des patients atteints d’un cancer, les cancers du poumon et des bronches sont les plus impactants sur la vie professionnelle, contrairement au cancer de la thyroïde qui n’a que peu de répercussions sur l’emploi des patients concernés.

>> (Re)lisez le témoignage d’Alain : « le marché du travail exclut les malades chroniques »

L’étude conclut que les entreprises ont un rôle majeur à jouer et devraient être incitées par l’État à lutter contre les discriminations liées à la maladie.

Maladies chroniques et vie professionnelle : quelles solutions mettre en œuvre ?

Les cancers ne sont pas les seules maladies qui peuvent influer sur la carrière. Toute maladie qui a des conséquences sur le moral, la condition physique ou la santé mentale peut justifier des aménagements de poste. Il ne faut pas hésiter à en parler à un professionnel de santé.

>> Rejoignez notre forum dédié aux droits et démarches administratives pour poser vos questions

Dans certains pays, la visite médicale est obligatoire dans le cadre d’une embauche. Le médecin du travail est alors l’interlocuteur privilégié du patient et pourra exiger des aménagements de votre cadre professionnel.

Privilégier l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés…

De la même façon, le statut de travailleur handicapé, appliqué en France et au Luxembourg, permet de reconnaître les droits des patients dans le monde professionnel. Certains pays, principalement en Europe, ont mis en place l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés. En France, elle s’applique pour les entreprises de plus de 20 salariés en France, à hauteur de 6% des effectifs, sous peine d’amendes. L’Allemagne, l’Italie et l’Espagne appliquent des politiques similaires en matière d’accès à l’emploi. L’Allemagne fait d’ailleurs office de bon élève de l’Europe puisque le taux obligatoire d’emploi de 5% est presque atteint dans le privé comme dans le public, à 4,5%.

Ou la lutte contre les discriminations ?

En revanche, au Royaume-Uni, la seule base juridique est l’Equality Act de 2010, qui protège contre toutes formes de discrimination (âge, sexe, origine, handicap…). Une aide financière nommée Access-to-Work peut également être octroyée aux patients pour mieux s’équiper. Aux Etats-Unis, l’American with Disabilities Act plaide pour une approche inclusive, luttant pour l’égalité des chances. C’est également une approche au cas par cas, sans obligation d’emploi particulière pour les handicapés.

 

Pensez-vous qu’il faille obliger les entreprises à embaucher un certain nombre de travailleurs handicapés ? Quelle politique mettriez-vous en place ?

Comment bien gérer son retour à l’emploi après un cancer ou après le diagnostic d’une maladie chronique ? Avez-vous été victime de discriminations ?

Donnez-nous votre avis et partagez votre expérience pour aider d’autres personnes à mener une vie professionnelle épanouie !

 

 

*Thomas Barnay et al., « L’effet des cancers sur la trajectoire professionnelle », Questions d’économie de la santé, n° 238, décembre 2018. Etude fondée sur la base de données administratives Hygie.

avatar Louise-B

Auteur : Louise-B, Content & Community Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le vécu des patients et qui portent leur voix. Forte d'une formation pluridisciplinaire axée sur le journalisme, elle coordonne la rédaction des contenus des plateformes Carenity et facilite l'expérience des membres sur le site.

Commentaires

le 22/02/2019

au lieu de faire travailler les gens qui ont un cancer , le gouvernement ferait mieux d'envoyer les chômeurs qui ne cherchent pas de boulot  . Les gens qui ont un cancer sont déjà assez fatigués  par leur maladie . Ces chômeurs qui se réveillent à 11 heures du matin ne risquent pas d'avoir des ampoules aux mains mais plutôt au cul

le 25/02/2019

@pseudo-masqué bonjour,

Concernant le cancer, l'idée n'est pas de ne pas faire travailler des gens malades qui ont besoin de repos mais de pouvoir les réintégrer sur le marché du travail lorsqu'ils sont guéris !

Merci à vous, bonne journée

le 25/02/2019

la plus part du temps , on a un cancer vers 50 , 55 ans et avec les traitements durs c'est pas évident de reprendre le boulot et il y a aussi le regard des autres ouvriers qui regardent  cette personne pour un chien galeux . Je peux le dire car ceci est arrivé à mon boulot et même par un chef . Sur qu'une personne qui a un cancer et en plus qu'il est guéri et qu'il a une trentaine d'année qu'il reprenne le taf c'est bien et bon pour le moral

le 25/02/2019

Bonsoir pour moi la reprise du travail après un cancer du sein a été très dure et l’est encore aujourd’hui, mon employeur  n’a jamais rien fait pour m’aider dans mon travail il n’a jamais voulu me muter pour me soulager..!!  j’ai 100 km aller et 100 km retour de mon travail à mon domicile, même certains collègues de travail ne comprennent pas pourquoi je suis en arrêt de travail de temps en temps à cause de la fatigue et dont assez méchants en paroles..!!! C’est dur ..!! 

le 26/02/2019
Dsl! Pour moi il y a d'autres personnes à envoyer travaille que les personnes remis d'un cancer. Ces personnes ont asser souffert ces le temps pour eux de jouir un peux de la vie.

Vous aimerez aussi

Quels symptômes sont les plus contraignants pour les patients ?

Quels symptômes sont les plus contraignants pour les patients ?

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec le paracétamol ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec le paracétamol ?

Lire l'article
Rencontrez Louise, votre animatrice de communauté

Rencontrez Louise, votre animatrice de communauté

Lire l'article
Vie professionnelle et maladie chronique : le vécu et les solutions des membres Carenity

Vie professionnelle et maladie chronique : le vécu et les solutions des membres Carenity

Lire l'article