«
»

Top

Insuffisance rénale : comment lire ses analyses de sang et d’urines ?

5 août 2020 • 4 commentaires

L’insuffisance rénale chronique (IRC) évolue silencieusement pendant plusieurs années et touche près de 10% de la population française adulte. C’est pourquoi, et notamment en cas de facteurs de risques (diabète, hypertension artérielle...), il est important d’effectuer une surveillance régulière de la fonction rénale. Mais savez-vous à quoi correspondent les différentes valeurs mentionnées sur vos bilans sanguins et d’urines ? On vous les détaille dans cet article ! 

Insuffisance rénale : comment lire ses analyses de sang et d’urines ?

Qu’est-ce que l’insuffisance rénale chronique ?

Il s’agit d’une diminution permanente du débit de filtration glomérulaire (ou DFG qui correspond au volume de sang en mL filtré par le rein par minutes) depuis au moins 3 mois.

En effet, on observe une altération progressive des néphrons (unités fonctionnelles du rein responsables de l’épuration du sang). Cette atteinte est organique et donc irréversible. Les fonctions excrétrices (production d’urines avec élimination des déchets comme l’urée et la créatinine) et endocrines (production d’hormones telles que l'érythropoïétine et l’adrénaline) rénales sont diminuées.

Le diagnostic de l’IRC repose sur une valeur de la clairance de la créatinine (qui correspond à la mesure du DFG) < 60 mL/min/1,73m2.

Analyse sanguine

Une prise de sang permet d’évaluer le taux de créatinine dans le sang (ou créatininémie). Il s’agit d’une protéine issue de la dégradation de la créatine (présente au niveau des cellules musculaires).

Les valeurs usuelles de la créatine sont comprises entre 60 et 100 µmol/L (ou 7 à 12 mg/L).

Elle ne dépend que du débit de filtration glomérulaire et permet donc une estimation de la fonction rénale.

Par ailleurs, le taux d’urée dans le sang (ou urémie), dont les valeurs usuelles sont comprises entre 2,5 et 7,5 mmol/L, augmente  en cas d’insuffisance rénale mais il est un mauvais reflet du fonctionnement du rein car sa valeur peut varier sans IRC (régimes hyper/hypoprotéinés, fièvre, infection, déshydratation…).

Enfin, le taux de potassium dans le sang (ou kaliémie), dont les valeurs usuelles sont comprises entre 3,8 et 4,8 mmol/L, est à vérifier. Il existe en effet un risque majeur d’hyperkaliémie dans l’IRC avancée avec un pronostic vital engagé (troubles du rythme cardiaque). 

Equations pour le calcul de la fonction rénale

Pour mesurer la fonction rénale, il est important de relier le taux de créatininémie à l’âge, au sexe, à la taille et au poids. Pour cela, on utilise des formules qui permettent de calculer la clairance de la créatinine (ou débit de filtration de glomérulaire).

Équation de l’étude CKD-EPI

La formule CKD-EPI (Chronic Kidney Disease EPIdemiology) est l’équation la plus fiable pour estimer le débit de filtration glomérulaire (DFG) à partir de la créatininémie (taux de créatinine dans le sang).
Toutefois, cette équation présente certaines limites : elle n’est pas valable pour les patients de type non caucasien (à l’exception de la population afro-américaine où il existe un coefficient), les patients âgés de plus de 75 ans et les patients en surpoids ou dénutris.

Équation de l’étude MDRD

La formule MDRD (Modification of Diet in Renal Disease) ne prend pas en compte le poids et est plus précise que la formule de Cockcroft et Gault.

Formule de Cockcroft et Gault

Cette formule utilise la créatininémie et tient compte du sexe, de l’âge et du poids :

Cl = k x (140 – âge) x poids / créatininémie en mL/min 
(avec k=1,23 pour les hommes et 1,04 pour les femmes)

Toutefois, cette formule surestime le DFG chez le sujet jeune et en cas de surcharge pondérale et sous-estime le DFG chez les patients ayant plus de 75 ans. Elle n’est pas utilisable chez l’enfant (utilisation de la formule de Schwartz qui permet d’estimer la clairance de la créatinine jusqu’à 21 ans) et tend à être remplacée par la formule du MDRD ou l’équation CKD-EPI.
En pratique, elle n’est plus utilisée mais elle permet néanmoins de calculer l’adaptation des posologies des médicaments.

Pour le calcul du DFG à l’aide ces différentes formules, il est possible d’utiliser la calculette en ligne de la Société Française de Néphrologie.

Analyse urinaire (sur des urines de 24h)

De plus, l’urée urinaire (dont les valeurs sont comprises entre 300 et 500 mmol) et la créatinine urinaire (dont la normale est 10 à 18 mmol chez les hommes et 9 à 12 mmol chez les femmes) peuvent être dosées et refléter le pouvoir filtrant rénal.

La présence de protéines dans les urines (ou protéinurie) peut également être diagnostiquée après utilisation d’une bandelette urinaire puis dosées sur des urines de 24h : une protéinurie > 500 mg/24h est pathologique. 

Actuellement, on mesure plus fréquemment le rapport protéinurie/créatininurie (pathologique si > 500 mg/g) à partir d’un échantillon urinaire pouvant être prélevé à tout moment de la journée.

Dans certains cas, on pourra rechercher des protéines spécifiques dans les urines telle que l’albumine : une albuminurie > 300 mg/24h et un rapport albuminurie/créatininurie > 300 mg/g sont pathologiques. Plus précisément, la microalbuminurie peut être dosée dans les stades précoces de l’IRC (notamment chez le sujet diabétique) : on parle de microalbuminurie lorsqu’elle est comprise entre 30-300 mg/24h ou lorsque le rapport microalbuminurie/créatininurie est compris entre 30-300 mg/g

Enfin, la présence de sang dans les urines (ou hématurie) peut aussi être recherchée à l’aide d’une bandelette urinaire et précisée à l’aide d’un ECBU (examen cytobactériologique des urines). L’hématurie est définie par la présence de plus de 10 hématies/mm3 (ou > 10000/ml). Elle peut être microscopique (lorsqu’elle est invisible à l’oeil nu dans les urines) ou macroscopique (quand les urines sont rouges).

Classification des stades d’évolution de l’insuffisance rénale chronique

Ainsi, après calcul du DFG, il est possible de classer les différents stades d’IRC

  • Diagnostic d’IRC : < 60 mL/min/1,73m2
  • IRC modérée : 30-59 mL/min/1,73m2
  • IRC sévère : 15-29 mL/min/1,73m2
  • IRC terminale : < 15 mL/min/1,73m2

>> Pour en savoir plus sur cette pathologie, vous pouvez vous rendre sur notre fiche Insuffisance rénale chronique : tout savoir !

 

Cet article vous a-il été utile ?
N’hésitez pas à poser toutes vos questions ou partager vos remarques en commentaires !

Prenez soin de vous !

avatar Alexandre Moreau

Auteur : Alexandre Moreau, Assistant Marketing Digital

Au sein de l'équipe Marketing Digital, Alexandre est en charge de la rédaction de fiches maladies et d'articles scientifiques. Il s'occupe également de la modération et l'animation de la... >> En savoir plus

Commentaires

beffay
le 08/08/2020

Cet article est très bien fait, accessible à tous, de façon claire, compréhensible. Bravo à Alex.

Ketaka
le 09/08/2020

Merci Alexandre, c'est bien rédigé et maintenant, on peut  comprendre l'isuffisane reinale

alexmreau
le 10/08/2020

Merci @beffay‍ et @Ketaka‍, ravi que cet article vous ait plu, très bonne journée ! :)

arlesienne
le 10/09/2020

bonjour ami! cet article que je connais depuis 12 ans maintenant  jour de ma greffe!!! tout s'est bien passé! mais avec l'age la créa peut monter doucement insidueusement ,il n'y a que les analyses qui nous prévient  ? et comme ça on fait encore plus attention a la nourriture? je pense selon se que tu mets dans ton assiette ? je te dirai comment est ta santé?La viande rouge ? est pas bonne pour l'IRC ! je ne mange plus de viande rouge depuis 11 ans,je prend a la place FUMAFER ! merci pour votre article! 

Vous aimerez aussi

Le diagnostic de l'épilepsie raconté par les membres Carenity

Epilepsie

Le diagnostic de l'épilepsie raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Le diagnostic de l'endométriose raconté par les membres Carenity

Endométriose

Le diagnostic de l'endométriose raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (3/3)

Maladie d'Alzheimer

Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (3/3)

Lire l'article
Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (2/3)

Maladie d'Alzheimer

Entretien avec un expert : comprendre la neuropsychologie (2/3)

Lire l'article